Articles

La transformation du monde de la formation est en marche en France

Passer d’une logique de « gestion de la formation » à une logique « d’apprenance ».

Par Denis Cristol , le 08 avril 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 09 avril 2018

Introduction

Dans l’économie de la connaissance, le chiffre d'affaire des sociétés de technologie éducative se chiffreraient à 200 Milliards de dollars selon Educapital. Tous les 7 ans la quantité de savoir double dans le monde. Le numérique est un stimulateur d’évolution des marchés.

La transformation du monde de la formation se poursuit en France et ne fait pas exception à cette donnée. Norbert Alter nous rappelait que l’innovation est un fait quotidien, il parle même d’innovation ordinaire tellement l’innovation se niche dans des gestes usuels. Donc restons mesurés et ne sacralisons pas l’innovation. Peut-être lorsque nous parlons de diversification des apprentissages nous sonnons plus juste et nous ne disqualifions pas ceux qui innovent déjà sans le dire. Donc si nous parlons d’innovation gardons en tête la nécessité de relativiser.

4 dimensions de l’innovation sont révélatrices de la transformation à l’œuvre.  

Dimension n°1 : L’innovation est axiologique

C’est le sens même de la formation qui mute. En France les accords d’après-guerre fondés sur la reconstruction du pays étaient basés sur 3 piliers implicites : une industrialisation renforcée, un projet de promotion sociale, un syndicalisme fort. L’ensemble se tenait par l’idée de mutualisation de financements qui pouvaient être mobilisés de façon fluide sur le territoire ou dans le temps. Les trois piliers se sont effondrés et la mutualisation s’est rigidifiée sous le poids de règles pointilleuses et d’orientations paritaires exogènes aux besoins des apprenants.  L’émancipation individuelle et collective est-elle toujours le moteur ? Aujourd’hui le big bang de la formation est proclamé.

  • Le big, c’est  un projet de réforme ambitieux qui déqualifie les organismes financiers intermédiaires et promet de « l’argent pour tous » (5000 euros par personne chiffret-on). Il consacre la marchandisation du savoir, la valorisation d’un capital chiffrée en euros plutôt qu’en temps. L’espoir libertaire de l’autodétermination de ses apprentissages rejoint l’idée d’employabilité tout au long de la vie et de la promotion de l’autoapprentissage.
  • Le bang !  c’est un coup de pistolet sur les lois Delors de 1971 sur lesquelles s’était bâti le modèle français de la formation et de redistribution d’une collecte financière. Elles ont presque tenues 50 ans avec des « réformes de la formation professionnelle » une fois tous les deux ans ! La médiation financière prend un coup dans l’aile. Les 6 000  collaborateurs (environ) qui travaillent dans les Organismes Financiers (OPCA) sont en première ligne.

La fin de la « formation professionnelle » comme seul horizon, va permettre la redécouverte d’autres pratiques pédagogiques issues de la démocratie participative ou de l’éducation populaire, des apprentissages informels souterrains ou à l’initiative de nouveaux acteurs.

Dimension n°2 : L’innovation est organisationnelle

L’individualisation de la société facilite la montée en puissance des groupes d’échanges de pratiques, des e-communautés ou des  meet-ups informels. La formation se dilue et devient social learning. On apprend partout. La tendance est au collaboratif, au coopératif, au codéveloppement professionnel, au co-design, aux communs de la connaissance, au partage du savoir. Il est maintenant facile de partager en ligne et cela accélère encore les échanges et les nouvelles connexions d’individus, de groupes et d’idées. L’innovation de produit et de services est en même temps un corollaire et un enjeu de l’innovation organisationnelle.

Dimension n°3 : L’innovation est sociale

La transformation des postures d’apprenants va de pair avec celles des appreneurs (auteurs de leur propre apprentissage). La guidance se modifie elle se fait facilitation, coaching, accompagnement. Le « j’enseigne donc tu apprends » est passé de mode. Les murs n’arrêtent pas les ondes. La porosité des espaces induite par l’omniprésence des téléphones portables et d’internet (73% des français possèdent des smarphones et 86% ont accès à internet) anéantit le huis-clos dans une salle de formation entre un formateur et un groupe de stagiaires.

Il s’agit pour les formateurs de réinventer leur métier, et d’apprendre à concevoir des écosystèmes d’apprentissage pour capter une attention si sollicitée.

Dimension n°4 : L’innovation est technologique  et matérielle

On passe du numérique au digital. On ne tapote plus sur les touches, on effleure les surfaces tactiles.  Serious-game, MOOC, SPOC, plateforme, pédagogie enrichie de multimédia sont la partie la plus commentée et la plus visible de l’innovation en formation. Peut-être parce qu’il y a là plus de moyens matériels et d’investissement financier qui cristallisent les décideurs.

Le cerveau est aussi touché par les transformations technologiques. On s’intéresse aux effets de la mécanisation des informations et des flux continus de données sur le fonctionnement neuronal. De nouveaux câblages faciliteraient l’apprentissage ou au contraire l’inhiberait. L’innovation matérielle s’observe aussi dans les espaces physiques qui se renouvellent : fab-lab, espace de coworking, learning lab, etc. Ces espaces colorés mobiles, flexibles  permettent de nouveaux gestes pour enseigner et apprendre.

En conclusion

Innovez, innovez, innovez ! Nous dit-on. Oui mais pourquoi ? Pourtant, la réponse est claire l’innovation ne se justifie que si elle prend en considération les générations futures et la préservation de la planète et des espèces animales en cours de disparition. La formation peut jouer un rôle.

À chaque fois qu’un acte pédagogique est coopératif il encourage l’altérité, le souci de relations de qualité, l’élévation du niveau de conscience individuel et collectif. La pédagogie coopérative participe à un mieux vivre et nous concerne dans le devenir de notre propre espèce humaine. Avec internet on peut devenir de véritables socionautes. Naviguer à plusieurs pour apprendre ensemble. Faire de nos espaces d’apprentissage physiques ou virtuels des lieux où l’on co-construise du savoir et pas seulement des espaces ou on les distribue.

Il est heureux de passer d’une logique de « gestion de la formation » à une logique « d’apprenance », de passer de la logique de la tuyauterie financière à celle de l’eau vive et du désir d’apprendre.

Sources

Educapital - https://www.educapital.fr/

Norbert Alter – L’innovation ordinaire
https://www.cairn.info/l-innovation-ordinaire--9782130583530.htm

Lois Delors 1971 - https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000687666

Wikipédia – Démocratie participative - https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie_participative

Wikipédia – Education populaire - https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ducation_populaire

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné