Articles

L'apport du numérique dans le rapport école-musée

Une expérience québécoise pourrait inspirer bien des musées à voir au-delà de leurs murs

Par Alexandre Roberge , le 01 avril 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 16 mai 2018

Nous avons généralement tous eu la chance une fois dans notre vie d’écolier de nous rendre dans un musée. Cela fait partie du folklore scolaire. Monter en rang dans un autobus qui nous menait vers un établissement plus ou moins loin de l’école. Nous y découvrions alors avec étonnement ou amusement des œuvres d’art que nous ne comprenions pas ou des artefacts de nos ancêtres qui nous semblaient vivre à l’époque des cavernes. Après tout, comment ces gens pouvaient vivre sans voitures, toilettes ou supermarchés? Ces visites laissaient donc une marque plus ou moins indélébile sur nous, selon l’intérêt de l’exposition.

Or, ce rapport aux musées n’est pas simple pour les enseignants, particulièrement pour ceux travaillant au Québec. La majorité voit encore l’utilité d’y aller, mais ils sont de plus en plus à y penser à deux fois. Un document publié par le CEFRIO en avril 2017 exposait les problèmes liés aux visites. En effet, pour des professeurs aux budgets limités, ces visites sont moins faciles à organiser qu’auparavant. La paperasse exigée ne diminue pas non plus. Et puis, surtout, ils ne sont pas toujours préparés à se servir du musée comme activité pédagogique.

Bien des enseignants ont l’impression que le musée est un élément à part qui n’a que des liens ténus avec ce qui s’apprend dans les salles de classe. Or, si le rapport musée-école doit être renforcé, c’est justement en rappelant les possibilités didactiques utilisables par le corps enseignant. Toutefois, ce type d'initiative était pratiquement inexistant au Québec. Au mieux, les musées des grands centres offraient un peu de contenu à consulter sur leur site Internet... un contenu à la relation encore unidirectionnelle, qui ne s’intègre pas toujours bien dans un cursus.

Une expérience interactive inspirante

Dans ce contexte, le CEFRIO s’est intéressé aux différentes expériences que des musées dans le monde ont effectuées dans une stratégie numérique. La plupart ne concernaient pas à proprement dit l’école, mais des façons d’interagir avec le public. Parmi celles-ci, il y avait cette initiative d’août 2014 où le musée anglais Tate proposait pendant quelques nuits aux internautes des visites faites après les heures d’ouverture : dans la pénombre, des robots contrôlés par quelques individus sélectionnés au hasard pouvaient donc offrir une expérience différente du musée, une autre approche. Des experts de l’art commentaient aussi en direct ce qui était diffusé.

Toutefois, le CEFRIO désirait trouver une application scolaire. Avec le Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM), ils ont développé un site spécial destiné à une approche pédagogique. Lancé le 20 septembre 2017, ÉducArt se veut une approche 350 œuvres artistiques présentes dans le musée. Le site est divisé en thèmes dans lesquels sont regroupés divers tableaux. Or, ceux-ci ne sont pas abordés nécessairement sous l’angle de l’art uniquement. Ce texte du Devoir donne l’exemple de la peinture de Jan Bruegel « Paysage du paradis peuplé d’animaux et d’oiseaux dans une clairière, près d’un étang ». Ce tableau montrant divers animaux dans ce qui semble un coin de paradis est une aberration pour un biologiste. Dans une vidéo sur le site, celui-ci affirme que les lions de la toile auraient déjà, dans la vraie vie, dévoré certains des animaux présents. Ainsi, l’œuvre devient un prétexte pour traiter de biologie et d’écosystème.

Cette expérience interactive du MBAM est utilisée dans une dizaine d’écoles de la province qui ont mis en place des projets se servant du site. Le but étant de donner des idées à d’autres collègues. Il sera intéressant de voir comment le corps enseignant s’appropriera cette grande banque de ressources . Et surtout, cette expérimentation sera-t-elle celle qui mènera à d’autres initiatives du genre dans la francophonie afin de renforcer le lien entre écoles et musées? En tout cas, le MBAM vient de montrer que cela était possible.

Références

"L'apport Du Numérique Dans La Collaboration école-musée." CEFRIO. Dernière mise à jour en avril 2017. https://cefrio.qc.ca/publications/numerique-education/l-apport-du-numerique-dans-la-collaboration-ecole-musee/.

Louise Lepage, Ninon. "ÉducArt, Le Musée Pour Tous, Partout Au Québec." École Branchée. Dernière mise à jour : 5 octobre 2017. https://ecolebranchee.com/2017/10/05/educart-musee-partout-quebec/.

Plamondon Émond, Étienne. "Faire Entrer L'art Dans Les écoles Par Le Numérique." Le Devoir. Dernière mise à jour : 21 octobre 2017. https://www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/510705/faire-entrer-l-art-dans-les-ecoles-via-le-numerique.

Tate. "After Dark ? Special Event at Tate Britain." Tate. Dernière mise à jour en août 2014. http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-britain/special-event/ik-prize-2014-after-dark.

ÉducArt. Consulté le 29 mars 2018. https://educart.ca/fr/.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné