Articles

Un robot pour faciliter la communication des enfants et adultes à besoins particuliers

Enfants et adolescents à besoins particuliers, personnes handicapées ou âgées isolées

Par Frédéric Duriez , le 16 avril 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 25 mai 2018

Parce qu’ils ont une forme humaine et qu’ils ont inspiré des dizaines d’œuvres de science-fiction, les robots androïdes fascinent. Leur utilisation reste pour l’instant limitée à des fonctions particulières, mais les expérimentations dans le domaine du handicap ou du grand âge montrent une réelle utilité pour appuyer le travail des enseignants et des soignants, ouvrir les personnes sur leur environnement et même communiquer.

Le robot Nao comme fil rouge et appui pédagogique

Lors du Rendez-vous des écoles francophones en réseau de mars 2018 à Montréal, une expérience faisant intervenir un robot dans une classe d’adaptation scolaire a été présentée. Elle fonctionne grâce à une collaboration étroite entre des chercheurs, une enseignante et la direction de son établissement, l’école Nouvelle-Cadie de St-Gervais sur la Rive-Sud de Québec.

L’établissement accueille des jeunes entre 8 et 13 ans. Quelques-uns souffrent d’autisme, et tous ont des besoins particuliers en terme d’apprentissage. L’enseignante, Marie-Christine Audet relève en particulier des troubles de l’attention et un temps de concentration faible. Nao intervient auprès de ces jeunes, soit en groupe entier, soit en binômes, soit en individuel. Il est programmé par Thierry Karsenti ou un membre de son équipe, selon un scénario ou pour réagir aux contextes et communications des élèves. L’interface de «Chorégraphe», le logiciel de Nao, permet cette réactivité.

Le robot n’est présent qu’une journée par mois. Mais il sert de fil rouge à la classe. Les élèves lui écrivent. Il leur envoie du courrier. Cette médiation amène des enfants, qui restent parfois inaudibles des jours entiers, à communiquer. Ils développent des compétences relationnelles qu’ils construiraient plus difficilement dans une relation avec d’autres personnes.

nao - robot humanoîde

Programmer un robot et en faire un vecteur de communication

Le CHU de Nantes et l’École Centrale de Nantes ont travaillé pour leur part avec de jeunes autistes adolescents. Ils leur ont proposé d’apprendre «Chorégraphe», le langage informatique qui permet de programmer Nao. Les jeunes se sont familiarisés avec la manipulation de Nao et ont pu organiser un spectacle, où les robots étaient les acteurs. Ils utilisaient les voix numérisées des adolescents et jouaient la pièce que ces derniers avaient conçue.

Le détour par Nao a eu plusieurs effets. Les jeunes se sont d’abord défoulés. Ils se sont amusés à faire proférer des injures aux robots, puis ils leur ont fait exprimer leurs sentiments. Ils ont aussi manié l’humour dans les répliques et les scènes exposées. Les échanges et la communication qui posent problème au quotidien se font plus naturellement par l’intermédiaire du robot. Le travail en groupe autour d’un enjeu important, le spectacle, est aussi une situation d’apprentissage stimulante.

Un objet amical qui veille et facilite l’accès à l’environnement

Laurence Devillers est chercheuse au CNRS. Elle a également étudié l’impact de robots comme Pepper, Nao et même Paro, qui a la forme d’une peluche de phoque. Elle s’est intéressée à l’intervention des robots dans le champ du handicap et des personnes âgées dépendantes.

Le constat de départ est impressionnant : on compte des centaines de milliers de personnes atteintes de maladies dégénératives en France, dont beaucoup nécessitent une attention continue, 24 heures sur 24. Un robot représente une opportunité de répit pour les proches aidants. Il facilite la communication et permet à la personne de s’informer sur son environnement.

Rendre service - communiquer - ouvrir sur l'environnement

Le robot Beam n’a pas une forme humaine. C’est un robot de téléprésence. Il peut aller à l’école à la place d’un enfant ou faire une visite de musée. Il lui permet de suivre le cours en visio et d’interagir avec les enseignants et les autres élèves. Le robot va là où la personne malade ou handicapée ne peut pas se déplacer. Il la représente et lui permet de sortir de son environnement.

Paro ressemble à une peluche de phoque. Il apporte un peu de confort, de chaleur et de sécurité. Pas question pour autant de remplacer les animaux de compagnie. Les soignants ne sont pas loin. Le robot-peluche va souvent entraîner la conversation sur les animaux, et les souvenirs.

De nombreuses questions éthiques

Lorsqu’il est question de robots, les inquiétudes qui émergent concernent le remplacement de l’homme sur les postes de travail. Mais si la problématique est réelle pour les robots industriels, spécialisés dans une tâche qu’ils font très vite et très bien, elle est moins pertinente pour ces robots androïdes. Ils sont en contact et en interaction avec des humains. Il faut que les programmeurs puissent intervenir régulièrement. Un enseignant ou un soignant doit rester présent.

D’autres interrogations concernent plus directement les robots androïdes. Lorsqu’on voit le visage amical de Nao ou de Paro et qu’on interagit avec eux, on peut rapidement leur prêter des intentions, et s’investir dans la relation. Les voix sont toujours plus fluides, les réactions crédibles, les expressions faciales cohérentes. Ils simulent des sentiments et s'adapteront bientôt aux émotions de ceux qui les utilisent. Des personnes fragiles et isolées, souffrant parfois de troubles cognitifs peuvent se laisser tromper sur la réalité du dialogue ou de la conversation qu’ils ont avec le robot.

Dans une perspective de déploiement de ces robots, la question de la veille sur les personnes implique la collecte de données et le stockage numérique des informations. Que deviendront ces informations d’ordre médical ? Laurence Devillers, des chercheurs et des intervenants de disciplines diverses tentent d’apporter des réponses et un cadre à ces technologies qui progressent très rapidement.

Laurence Devillers -1. Des robots et des Hommes issu de Mooc Digital Media sur Vimeo.

Illustrations : Frédéric Duriez

Ressources

Handicap.fr  - Un robot pour communiquer avec les jeunes autistes ?
https://informations.handicap.fr/art-robot-communication-autisme-988-8575.php

Solidarum : « Rob'autisme : les adolescents autistes se connectent » mis en ligne en octobre 2017, consulté le 15 avril 2018
http://www.solidarum.org/sante/rob-autisme-adolescents-autistes-se-connectent

Solidarum : Demain les robots pour le soin - interview de Laurence Devillers réalisée en juin 2017
http://www.solidarum.org/sante/laurence-devillers-demain-des-robots-pour-soin

Le site de paro, le phoque : http://www.phoque-paro.fr/

Awabot, éditeur du robot de téléprésence « Beam » consulté le 15 avril 2018
http://awabot.com/

Allistène - Éthique de la recherche en robotique - Rapport n° 1 de la CERNA
Commission de réflexion sur l’Éthique de la Recherche en sciences et technologies du Numérique d’Allistene - 2014
http://cerna-ethics-allistene.org/digitalAssets/38/38704_Avis_robotique_livret.pdf

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné