Articles

Publié le 14 mai 2018 Mis à jour le 14 juin 2018

Langage animal, mythe ou réalité ?

Les animaux parlent-ils ? Pourrons-nous communiquer un jour ?

Un proverbe africain dit :

« Si un animal vous dit qu'il peut parler, il ment probablement. », 

mais Jean de la Fontaine (célèbre écrivain-poète Français du XVIIe siècle) disait aussi :

« Je me sers des animaux pour instruire les hommes.»

En 2016, selon une étude du groupe GFK, on estime que plus de la moitié de la population mondiale possédait un animal de compagnie, les stars du foyer étant les chats, chiens, poissons et oiseaux. Mais même si nos petits compagnons à poils, à écailles ou à plumes font désormais partie de notre vie et de notre famille, nous ne pouvons toutefois pas communiquer avec eux, du moins pas par l’usage de la parole et de la discussion.

Mais peut-on à proprement parler de langage des animaux ? En ont-ils un ? Et surtout, question cruciale, pouvons-nous les comprendre ? Sera-t-il un jour possible de traduire un « miaou » ou un « waf waf » comme on traduit un « bonjour » ou un « guten Morgen » ? Oui, telle est la promesse du géant commercial Amazon, qui se dit capable de développer ce traducteur dans moins d’une dizaine d’années.

Le langage des animaux

Oui, les animaux sauvages communiquent entre eux, pas par la parole, mais en utilisant plusieurs autres moyens : visuels, sonores et olfactifs.

Les exemples visuels sont nombreux et sosnt illustrés par des attitudes significatives traduisant d’abord des intentions : le chat qui dresse la queue et le chien qui agite la sienne sont manifestement contents ; à l’opposé, le chat qui rabat ses oreilles vers l’arrière et le chien qui découvre ses crocs et retrousse ses babines symbolisent la colère ou encore le lézard qui déploie sa collerette ou le poisson-globe qui se gonfle en un dispositif de défense impressionnant l’ennemi.

D’autre part, ces messages visuels peuvent être des signaux avant l’accouplement (changement de couleurs chez les poissons, parade nuptiale chez les oiseaux…), mais aussi des repères pour mieux être vus (écailles brillantes des poissons, fesses roses chez les singes, plumage coloré des oiseaux mâles…), voire le cas des lucioles qui produisent carrément des signaux lumineux pour faciliter le rapprochement et l’accouplement… à ne pas confondre avec certains poissons des profondeurs qui utilisent quant à eux leurs organes lumineux pour de moins nobles actions, celles d’attirer leurs proies pour mieux les dévorer !

Les exemples sonores sont également très faciles à percevoir : chez les insectes, les mâles lancent des appels aux femelles en utilisant soit le frottement de leurs antennes, de leurs ailes, de leur abdomen ou de leurs cuisses; chez les animaux marins, le monde du silence n’est pas tout à fait celui qu’on croit puisqu’on a admis la présence des sons sous-marins des animaux grâce aux sonars (ceux-ci détectent leur présence).

Par exemple, la moule craque en ouvrant et fermant sa coquille, le homard grogne, la baleine mugit, la crevette produit comme un claquement de pistolet, le dauphin chante… Chez les batraciens, même chose, leurs sons vont « d’un son de flute très doux pour le crapaud accoucheur jusqu'à un véritable mugissement pour la grenouille-bœuf. »

Comment ne pas parler également des chants des oiseaux qui expriment plusieurs sentiments et sont tous aussi multiples et caractéristiques de chaque espèce ; ou encore les cris des mammifères qui ronronnent, sifflent (la marmotte), brament (les cervidés), se frappent la poitrine (les gorilles), martèlent le sol (les lapins) ou émettent des ultrasons (la chauve-souris).

Mais alors, peut-on parler d’un langage animal ? En fait, non, car bien qu’ils puissent exprimer des cris et des bruits, faire comprendre leurs intentions et leurs sentiments, cela ne peut être comparé à un véritable système langagier, dont la complexité n’est -pour l’instant- que le propre de l’homme. Toutefois, il convient d’évoquer la danse des abeilles (qui indique aux autres abeilles la position des fleurs), le langage des dauphins (si complexe qu’on l’étudie encore) et le fait que les singes peuvent apprendre le langage des sourds !

De tous temps et de tous lieux, ce sujet a tenu en éveil les scientifiques du monde entier et les études continueront à se poursuivre encore longtemps, jusqu’à sans doute à ce qu’on trouve un moyen de communiquer avec les animaux...

La promesse d’Amazon

… et c’est peut-être pour bientôt ! Enfin, une dizaine d’années, selon le géant américain de la vente en ligne, Amazon. Du moins, c’est sa promesse.

Mais pourquoi ? En fait, tout commence par une étude commandée par Jeff Bezos, le PDG d’Amazon en personne, au futurologue Will Higham. Selon ce spécialiste de la façon dont les stratégies de consommation vont évoluer, « les avancées technologiques seront suffisamment performantes dans dix ans pour permettre de commercialiser des traducteurs du langage des animaux. »Pour cela, il se base sur le fait que :

« Les produits innovants qui réussissent sont fondés sur les besoins réels et principaux des consommateurs. La quantité d’argent désormais consacrée aux animaux de compagnie — ils deviennent de véritables bébés à fourrure pour tant de personnes — signifie qu’il y a une grande demande des consommateurs dans ce sens. ».

Sérieux ce projet, ou pure utopie ? Sérieux, si on se réfère aux travaux de Con Slobodchikoff, professeur en biologie d’une grande université américaine, qui a réussi à mettre en place une IA (intelligence artificielle) pour étudier le langage des chiens de prairie et réussir à oberver un véritable système de communication comportant tous les aspects du langage. Utopie, si on se réfère aux travaux de la britannique Juliane Kaminski, doctorante en psychologie, pour qui la manière de communiquer des animaux ne peut en aucun cas être assimilée à un langage au sens scientifique.

Finalement…

Bien que les animaux ne fassent pas le même usage de la langue que nous, ils communiquent toutefois bien entre eux et arrivent aussi à interpréter leurs intentions pour nous les faire comprendre. Quant à l’idée d’un traducteur pour discuter avec nos boules de poils préférées, on ne pourra juger qu’à la prochaine décennie. Mais comme le disait le Renard au Petit Prince : « Le langage est source de malentendus », le risque ne serait-il pas, alors, si cela se concrétisait, de nous éloigner d’eux plutôt que de nous rapprocher ?

Sources 

Comprendre les animaux grâce à un traducteur, ce sera possible d’ici 10 ans, Claire Cambier, LCI, 01/08/2017, https://www.lci.fr/sciences/comprendre-les-animaux-grace-a-un-traducteur-ce-sera-possible-d-ici-10-ans-estime-amazon-2060240.html

Langage animal, Vikidia, https://fr.vikidia.org/wiki/Langage_animal

Illustrations : La danse des abeilles, CC BY-SA 3.0,
Langage corporel du chat,
Parlez à vos animaux


Mots-clés: Animal

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !