Articles

L'art plastique sur écran numérique

Par Alexandre Roberge , le 08 février 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 23 février 2010

Dans la classe de M. Jean-Cyrille Etourneaud, on ne trouve pas les classiques pots de peintures, crayons de fusain ou cartons pour bricoler. Non, dans cette classe de collège, on trouve seulement des ordinateurs. Sur les écrans, une image fixe est affichée. Il s'agit du canevas sur lequel travailleront les artistes en herbe.

Comprendre un langage, intégrer des routines

L'outil informatique est d'abord utilisé comme un outil créatif. Mais il constitue également un vecteur d'apprentissage des termes techniques et artistiques. Au-delà des mots, ce sont les techniques et enchaînements de tâches qui sont assimilées. En agissant, grâce aux logiciels appropriés, sur l'objet pour la modifier (luminosité, transparence, effet de calque...), l'élève intègre quelques-unes des bases sur lesquelles s'élèvent les savoir-faire des techniciens et artistes multimédia. Pour répéter les opérations, il doit mémoriser des enchaînements de tâches.

Comme on peut le voir sur la page officielle des travaux dans la classe de M. Etourneaud, le travail sur ordinateur offre de nombreuses opportunités d'activités pédagogiques:

  • Utilisation de calques sur une image numérique et modification partielles du support;
  • Intégration de "sculptures numériques" dans un paysage donné;
  • A partir d'une recherche sur l'art abstrait, donner un rendu du même style à des photos;
  • Modifications artistiques de photographies dans la lignée d'artistes visuels connus (Klein, Warhol, etc.).

L'idée est aussi d'accompagner l'élève dans l'utilisation réfléchie des outils de retouche d'image. L'adjonction de contraintes fortes aux consignes, comme dans cet exercice décrit sur le site de l'Agence des usages des TICE, oblige l'élève à penser ses activités, à sortir de l'essai-erreur pour bâtir une stratégie.

De la consommation à la création

Les pratiques numériques dans le cadre de l'éducation artistiques contribuent à l'acquisition des compétences nécessaires à l'obtention du B2I. Mais, bien au-delà, ces usages spécifiquement dédiés à la création modifient l'attitude des élèves face à l'outil informatique. Comme le souligne M. Etourneaud dans son témoignage, les élèves sont déjà de gros utilisateurs de l'informatique. Cependant, ils sont plutôt passifs dans leurs usages. Ils interagissent beaucoup, oui, mais sans créer. Or, en intégrant la création numérique au cours d'art plastique, on les oblige à devenir des concepteurs.

Ces activités contribuent également à forger un regard critique sur les images qui nous entourent. En se frottant aux outils de retouche, les jeunes comprendront aisément que les images idéales qui foisonnent sur les panneaux publicitaires, dans les magazines et sur Internet, ne divent pas être considérées comme des reproductions fidèles de la réalité.

Les images ont une histoire, y compris dans leur fabrication. L'utilisation des outils numériques devient alors une voie innovante pour familiariser une génération qui pourra, dans un avenir proche, utiliser la force du discours visuel pour passer ses propres message...

L'infographie, nouvelle source d'enseignement en arts plastiques, Agence des usages des TICE

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné