Articles

MOOC DYS, interview de Marco Bertolini

Le 12 novembre 2018 va ouvrir le MOOC Dys, un MOOC international gratuit sur le sujet de la dyslexie.

Par Virginie Guignard Legros , le 17 septembre 2018

Ce Mooc s’adresse aux professeurs, aux professionnels, aux parents qui sont confrontés à ce sujet difficile dans leur salles de classes et à la maison. Sur une idée de Marco Bertolini, que j’ai découvert, il y a quelques années sur le MOOC connectiviste ITyPA, dans lequel beaucoup des grands professionnels du elearning francophone d’aujourd’hui ont fait leurs premiers pas. Celui-ci a accepté de répondre à mes questions au sujet de son projet.

Marco, quoi consiste ton MOOC ? A qui s’adresse-t-il ?

Le MOOC est une formation gratuite et ouverte à tous, sans condition d’âge ni de diplôme. Nous proposons aussi deux modules à destination des parents et des professionnels. Ces deux modules donnent lieu à une certification distincte.

C’est un partenariat européen qui conçoit et réalise la formation tant du point de vue de la structure que des contenus. Ce qui nous permet de proposer la formation en six langues : français, anglais (notre langue de travail commune), italien, grec, portugais et roumain. Mais il ne s’agit pas que de traduction. Nous travaillons souvent en « trans-création ». C’est-à-dire que la structure est commune mais que les contenus sont adaptés à la réalité du pays. C’est le cas, par exemple, pour les aides disponibles pour les familles ou le cadre légal. Mais aussi pour certaines dimensions culturelles. Même le nom de certains personnages de notre récit (storytelling) est adapté dans chaque pays…

La formation comprend des apports théoriques, élaborés par des spécialistes (universitaires, accompagnants scolaires, etc.). Le tout est présenté sous forme de supports multimédias : vidéos, mais aussi cartes mentales, présentations et infographies interactives, etc.

Nous mettons aussi et peut-être surtout l’accent sur les échanges. Les parents et les professionnels disposent souvent de connaissances ou d’expériences précieuses que nous voulons les aider à partager.

La plateforme que nous utilisons est ludifiée (gamified) et nous encourageons les activités d’apprentissage social comme la publication de billets, les commentaires, les appréciations (likes), etc. L’évaluation des participants se fonde d’ailleurs à la fois sur les résultats aux tests, mais aussi sur la participation, via un système de points et de badges.

(cliquer sur les cases de la barre au bas pour fair défiler les diapos)

Source: MOOC Dys

2. Comment t’est venue l’idée de faire ce MOOC ? Qui t’a aidé à le mettre en place ?

L’idée m’est venue lors d’ateliers Apprendre à Apprendre que j’animais il y a quelques années. J’y proposais des techniques de travail basées sur les cartes mentales et conceptuelles, les moyens mnémotechniques, la gestion du travail avec la méthode du Kanban... Très vite, les ados “dys” ont constitué la majorité de participants de ces ateliers. Ils avaient réalisé que ces méthodes leur convenaient et s’étaient passé le mot.

C’est en entendant les histoires que me racontaient ces adolescents et leurs parents que je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose.

Il y avait beaucoup de souffrance et de frustration dans leurs récits : des préjugés tenaces (il est trop paresseux, c’est tout) ; de la méconnaissance (un jeune me rapportait par exemple, qu’un de ses professeurs lui avait demandé : tu n’es pas encore guéri de ta dyslexie, à 15 ans ?). Mais il y avait aussi de leur part, une volonté de s’en sortir, de réussir comme les autres à l’école et dans la vie.

Quand j’en ai parlé avec des enseignants, j’ai aussi entendu beaucoup de bonne volonté de leur part, de désir sincère d’aider ces enfants et ces adolescents. Mais aussi beaucoup de désarroi face à leur méconnaissance des besoins de ces enfants et de méthodes efficaces pour les aider dans leur vie scolaire et quotidienne.

J’ai alors pensé à un MOOC qui me permettrait de toucher de nombreuses personnes. Mais il me fallait des moyens financiers et des collaborateurs dont je ne disposais pas.

Ensuite, j’ai rencontré Bérenger Dupont, le directeur de Logopsycom en Belgique, une entreprise qui rassemble des spécialistes de la dyspraxie. Il m’a parlé de la possibilité d’introduire un projet auprès de l’agence nationale Erasmus+ en Belgique. Nous avons tenté l’expérience. Et notre projet a été retenu !

Des partenaires du MOOC Dys avec Marco Bertolini au centre à Lisbonne (Source : MOOC Dys)

L’Europe finance donc une bonne partie du projet, le reste vient de sponsors et de dons de particuliers. Le projet européen rassemble six partenaires dans le cadre d’Erasmus+ ainsi que des partenaires associés.

Les partenaires sont :

  • Logopsycom pour la Belgique, également leader du projet Erasmus+

  • Marco Bertolini – Conseil et Formation pour la France

  • KEDDY, un département du Ministère de l’Education nationale spécialisé dans l’accompagnement des étudiants en difficulté pour la Grèce

  • CIVIFORM, un réseau d’écoles professionnelles qui ont mis au moins un accompagnement pour leurs étudiants Dys pour l’Italie

  • la Faculté de psychologie de l’Université de Pitesti pour la Roumanie

  • le Réseau DLBC qui rassemble environ 150 associations et entreprises de Lisbonne pour le Portugal

Les partenaires associés sont des associations ou des fédérations comme la FFDYS, la Fédération française des Dys, l’association Dyspraxie Irlande, un Institut grec de recherche sur l’éducation, l’association portugaise nationale des personnes dyslexiques ; les Apprimeurs, un éditeur français avec une expérience à la fois européenne et de publication pour les dyspraxiques, etc. Ces partenaires associés, représentants des familles et des associations nous ont aidé à élaborer le contenu du MOOC.

Nous avons aussi le soutien de The Course Networking, une entreprise issue de l’Université de Purdue à Indianapolis qui nous a offert la plateforme sur laquelle nous produisons et distribuons le MOOC. Ils nous apportent aussi un soutien technique précieux.

3. Quelles en sont les prochaines dates et quel est son contenu ?

La première édition aura lieu du 15 octobre au 25 novembre 2018. Elle dure donc 5 semaines + 1.

Chaque semaine correspond à un module particulier :

  • semaine 0, de découverte de l’environnement d’apprentissage ; nous donnons aussi l’opportunité aux participants de faire connaissance les uns avec les autres ;

  • semaine 1 : Les troubles Dys, qu’est-ce que c’est ? nous exposons les différents types de troubles spécifiques de l’apprentissage. Nous disons aussi ce qu’ils ne sont pas. Car il règne une énorme confusion entre ces troubles, l’autisme, les hauts potentiels, etc.

  • semaine 2 : définition et quelques caractéristiques des troubles Dys : ici, nous entrons davantage dans le domaine scientifique et médical, même si nous veillons à ce que tous les contenus restent abordables pour tout le monde.

  • semaine 3 : impact des troubles dys sur l’école et la vie de famille : mais aussi comment communiquer avec son enfant dys, avec les enseignants, avec les copains de classe, etc.

  • les semaines 4 et 5 sont des semaines « transversales » avec des contenus spécifiques pour parents et professionnels, mais des activités d’échanges entre les deux groupes, pour favoriser la communication et la fertilisation croisée des expertises ;

  • semaine 4 : Parents : supports techniques (logiciels, livres, etc.) ; Professionnels : l’adaptation technique de la classe (comment rendre le matériel accessibles aux enfants et ados dys)

  • semaine 5 : Parents : support moral (en quoi consiste-t-il, où le trouver, etc.) : Professionnels : l’adaptation pédagogique (quelles sont les méthodes pédagogiques les plus efficaces, etc.

La formation est ouverte à tout le monde, mais nous offrons deux modules spécifiques pour les parents et les professionnels (enseignants, bien sûr, mais aussi orthophonistes, ergothérapeutes, accompagnants scolaires, etc.).

Nous sommes en train de mettre en place un réseau d’Ambassadeurs du MOOC Dys. L’idée est qu’apprendre seul derrière son ordinateur n’est pas une fatalité. Et qu’on peut animer des activités en parallèle à la formation en ligne dans « la vraie vie ».

Les Ambassadeurs peuvent donc utiliser les ressources du MOOC pour animer une conférence sur les troubles spécifiques de l’apprentissage ; distribuer des affiches ou des dépliants dans leurs écoles ou associations ; constituer un groupe d’étude où ils apprennent ensemble plutôt que de manière isolée, etc. Nous avons constitué une banque d’idées dans laquelle chacun peut proposer la sienne.

4. Quels sont tes objectifs tant en fréquentation qu’en impact sur le monde de la dyslexie ?

Nos objectifs sont 5 000 participants pour la partie francophone et 5 000 pour l’ensemble des autres langues.

Je pense d’ailleurs que nous allons les dépasser puisque nous approchons déjà des 5 000 en français et que le nombre d’inscriptions dans d’autres langues, notamment le roumain, dépasse déjà nos espérances.

Mais nous ne souhaitons pas toucher que la dyslexie. Le MOOC présente des informations sur la dyslexie, bien entendu, mais aussi la dyspraxie, la dysphasie, la dyscalculie et la dysorthographie. Par contre, nous ne traitons pas du TDA/H, bien que nous évoquions le fait qu’il soit souvent associé aux autres troubles spécifiques de l’apprentissage.

Nous souhaitons dépasser le simple cadre théorique et offrir aux familles et aux professionnels des outils, méthodes et ressources qui les aident de manière concrète tant à la maison qu’à l’école.

C’est pourquoi nous distribuons toutes les ressources créées lors de ce MOOC sous licences Creative Commons BY-NC-SA (attribution – non-commerciale – partage dans les mêmes conditions). Pour que les familles, les écoles ou les associations puissent les réutiliser, les adapter à leurs besoins et les redistribuer librement.

Il existe déjà de nombreuses ressources, mais elles sont souvent dispersées, pas toujours très accessibles. Nous souhaitons apporter une information fiable, vérifiée scientifiquement et structurée de manière qu’elle puisse être utile à tous les participants.

Nous espérons que cette expérience va apporter des outils utilisables tant à la maison qu’à l’école. Qu’elle va aussi faire prendre conscience à certaines personnes de la réalité de ces troubles. Et de leur impact sur la vie des personnes qui en sont affectées. Personnellement, je serais heureux si les troubles spécifiques de l’apprentissage pouvaient mieux être pris en compte à l’école, dès l’enseignement primaire jusqu’aux post-doctorants...

Source de l’image principale : Image Pixabay de Klimkin

Liens complémentaires à découvrir :

Blog pour suivre les dernières nouvelles :
http://www.moocdys.eu/blog/category/projet-mooc-dys/elaboration-du-projet/

Programme de la formation MOOC Dys en français :
http://www.moocdys.eu/blog/mooc-dys-programme-de-la-formation-en-ligne/

Partenaires du MOOC Dys :
http://www.moocdys.eu/partenaires-du-mooc-dys/

Plateforme The Course Networking :
http://www.moocdys.eu/blog/the-course-networking-plateforme-apprentissage/

Programme des Ambassadeurs
http://www.moocdys.eu/blog/devenez-ambassadeur-du-mooc-dys/

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné