Articles

La technologie, moyen de survie des langues autochtones canadiennes

Condamnées à disparaître, les langues autochtones canadiennes pourraient peut-être survivre grâce à l'informatique et un regain d'intérêt des jeunes

Par Alexandre Roberge , le 30 septembre 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 15 novembre 2018

Dans un jeu-questionnaire, une personne à qui l’on demanderait quelles sont les langues du Canada, répondrait sans hésiter : l’anglais et le français. Elle n’aurait pas tort puisqu’il s’agit des deux langues de communication du gouvernement canadien, celles dites « officielles ». Or, techniquement, ces deux idiomes sont peut-être les plus utilisées dans la vie courante mais ne représentent pas le portrait linguistique global.

Déjà la masse importante de gens venus d’ailleurs y ajoute de nombreuses langues et dialectes (20,6 % de la population totale du Canada est née à l'étranger), dont le mandarin, le cantonnais, le pendjabi, le tagalog. Mais, loin derrière, avec quelques dizaines de milliers de locuteurs chacune, on trouve les langages des peuples qui étaient là bien avant la colonisation.

Des langues menacées

Selon le recensement de 2016, ils seraient un peu plus de 260 000 personnes autochtones en mesure d’avoir une conversation de base dans une des 70 langues autochtones présentes dans le vaste pays, le cri étant la plus parlée, avec 29 000 locuteurs et l'inuktitut avec 17 000 . Cela peut sembler beaucoup mais il s’agit d’un chiffre qui se réduit au fil du temps. Déjà parce que durant la période des pensionnats autochtones, les autorités religieuses leur interdissaient de parler ces langues. Puis, les jeunes générations des premières nations hésitent à apprendre une langue qui ne leur servira pas, à leur avis, plus tard. D’autant plus que ces langues ne sont pas considérées comme officielles par le pays et donc beaucoup moins protégées par des lois. Ainsi, ce sont surtout les personnes âgées qui continuent d’entretenir une part de leur culture qui s’érode tranquillement.

Un documentaire de 2018 d’un réalisateur québécois met d’ailleurs en vedette six langues autochtones du Québec : l’inuktitut, l’attikamek, l’abénaki, le naskapi, le kanien'heká et l’innu. Pas de sous-titres dans ce film puisque le but était que le public entende ces langages condamnés possiblement à disparaître. De donner la parole à ces aïeuls qui n’ont jamais voulu renier leur langue maternelle.

La technologie, source d'un regain d'intérêt pour les langues autochtones

Néanmoins, l’heure n’est pas totalement au pessimisme. En effet, si la situation des langues autochtones n’est pas réjouissante à l’heure actuelle, des initiatives originales contribuent à les faire revivre.

Depuis 2015, à Wendake, on inculque aux petits en centres de la petite enfance des termes de huron-wendat. Une langue qui était pratiquement disparue depuis 1900 et qui renaît avec la possibilité de leur apprendre, par exemple, à compter jusqu’à dix. Et puis, depuis 2012 à Montréal, le nombre de cours de langues et de programmes d’études autochtones a quintuplé. Ce mini-boom peut s’expliquer par la mise en place de cours gratuits, bien sûr, mais aussi une volonté pour de jeunes générations d’Autochtones de se réapproprier leur culture. D’ailleurs, bien des étudiants ont fortement réclamé que les universités montréalaises fournissent des cours. Ce à quoi les établissements ont répondu favorablement, en général.

Si ce type de langue, comme bien des apprentissages linguistiques, nécessite du présentiel afin de pouvoir pratiquer, il n’en demeure pas moins que des solutions technologiques facilitent la transmission. En effet, il est tout à fait possible d’utiliser son téléphone pour apprendre des mots. Par exemple, une application mobile permet d’inculquer des termes liés aux salutations, aux chiffres, aux clans et aux sentiments en mohawk.

Pour éviter que l’innu ne disparaisse, depuis cinq ans, un dictionnaire en ligne qui contient plus de 27 000 vocables est proposé. Ceux-ci couvrent les dialectes des Innus du Labrador. Ceux du Québec devraient être intégrés dans les prochains mois et années. Heureusement, cette langue s'est standardisée et plusieurs personnes ont élaboré des codes de grammaire et de vocabulaire pour les enseigner.

Celui-ci figure d’ailleurs dans l’inventaire des ressources en ligne des différentes langues autochtones, une page mise en place par le gouvernement canadien. On y retrouve des ressources d’apprentissage, d’enseignement et des liens vers des programmes d’études.

Comme nous le disions plus tôt, bien des universités comme celle d’Ottawa offrent désormais la chance d’apprendre ces langues. La question est de savoir si cette intégration universitaire et ce regain d’intérêt pour ces langues vont permettre une augmentation de locuteurs, offrant un poids politique afin d'obtenir plus de protection.

Illustration : artnoose Care for the Land via photopin (license)

Références

Beaudoin-Paul, Émilie. « Mettre L’accent Sur Les Langues Autochtones. » Quartier Libre. Dernière mise à jour : 13 avril 2018. http://quartierlibre.ca/mettre-laccent-sur-les-langues-autochtones/.

Blais-Morin, Madeleine. « Comment Faire Revivre Une Langue Qui N’était Plus Parlée Depuis Un Siècle? » Radio-Canada.ca. Dernière mise à jour : 15 décembre 2015. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/755277/enseignement-langue-huron-wendat-wendake-quebec-cpe.

Innu-aimun.ca. Consulté le 27 septembre 2018. http://www.innu-aimun.ca/francais/vocab/.

Lebel, Anouk. « Des Outils Pour Enseigner L’innu Comme Langue Seconde. » Radio-Canada.ca. Dernière mise à jour : 19 avril 2018. https://ici.radio-canada.ca/espaces-autochtones/1096089/cours-innu-universite-montreal-yvette-mollen-autochtones.

Petitclerc-Vilandré, Raphaëlle Hannah, Geneviève Gélinas, and Émilie Lavallée. "Miniboom Des Langues Autochtones à Montréal." Le Devoir. Dernière mise à jour : 22 mai 2017. https://www.ledevoir.com/societe/499383/mini-boom-des-langues-autochtones-a-montreal.

« Portail Autochtone : Apprendre Votre Langue. » Guides De Recherche · Research Guides at University of Ottawa. Consulté le 27 septembre 2018. http://uottawa.libguides.com/portailautochtonebibliotheque/apprendrevotrelangue.

« Ressources Pour L’apprentissage Et Pour L’enseignement. » Ressources Du Portail Linguistique Du Canada. Dernière mise à jour : 31 août 2018. https://www.noslangues-ourlanguages.gc.ca/fr/ressources-resources/autochtones-aboriginals/apprentissage-learning-fra.

Samson, Antoine. « Assurer La Survie Des Langues Autochtones, Un Défi De Taille. » Radio-Canada.ca. Dernière mise à jour : 30 mars 2018. https://ici.radio-canada.ca/espaces-autochtones/1092318/langue-autochtone-canada-avenir-locuteur.

« Une Application Pour Apprendre Le Mohawk. » Radio-Canada.ca. Dernière mise à jour : 20 novembre 2017. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1068205/application-langue-mohawk-autochtone.

« “Ceux Qui Viendront, L’entendront” Ou La Richesse Des Langues. » Les Méconnus. Dernière mise à jour : 8 juin 2018. https://lesmeconnus.net/ceux-qui-viendront-lentendront-richesse-des-langues/.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné