Articles

Pourquoi les petits écrivent à l'envers ?

Longtemps source de mystère, l'écriture miroir a été étudiée et expliquée par des neurologues

Par Alexandre Roberge , le 12 novembre 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2018

Nous sommes toujours intrigués par les actes étonnants des jeunes enfants. Ils rebiffent à manger le repas préparé par les parents mais peuvent se mettre de la terre en bouche sans problèmes, ou ils n’ont aucune pudeur et n’hésitent pas à parler très fort alors que tout le monde est silencieux. Parmi ces actes suprenants, parfois, quand ils commencent à tracer des lettres et des chiffres, ils adoptent un drôle de comportement : il leur arrive d’écrire en miroir.

Jusqu’à maintenant, cette situation n’avait jamais été expliquée. Les experts supposaient qu’il s’agissait peut-être d’une question concernant les enfants gauchers. De leur côté, bien des parents ont eu peur que cette écriture en miroir soit un signe précoce de dyslexie. Or, aujourd’hui, les scientifiques essaient de rassurer tout le monde.

Un cerveau sans orientation

Cette forme d’écriture n’est pas pathologique. Le phénomène était entré dans la littérature scientifique à la fin du 19e siècle grâce à un neurologue allemand qui l’avait appelé, dans son étude, le « Spiegelschrift » (Écriture miroir). Or, pendant longtemps, il n’y avait aucune explication satisfaisante qui ressortait de la recherche. Néanmoins, les avancées neurologiques ont permis de clarifier en partie ce comportement des enfants.

Cela n’a rien à voir avec la prédominance de la main droite ou gauche. En fait, on a appris que le cerveau élimine l’orientation lors de la mise en mémoire des images. Cela permet, par exemple, à une personne de reconnaître le faciès d’un compère sans avoir besoin de discerner le profil de chaque côté. Or, du coup, cela veut dire que si les symboles, chiffres et lettres s’inscrivent dans le cerveau, elles ne sont pas nécessairement orientés.

D’ailleurs, notre matière grise ne retient pas souvent l’orientation. Cet article américain en donne un bon exemple. La plupart des gens seraient en mesure de décrire dans les grandes lignes la Statue de la Liberté comme sa forme, sa couleur, etc. Or, vous rappelez-vous dans quelle main elle porte son flambeau? La droite ou la gauche? Les neurologues ont remarqué que la plupart des images perçues n’ont pas besoin d’avoir un sens précis. Il n’y a que dans le langage que cela cause des problèmes. Un « p » en miroir devient la lettre « q » et, inversé, un « b » ou même un « d ». Et cela change tout dans la compréhension de phrase.

Un phénomène inspirant la pédagogie

Pour des experts comme Mariano Sigman, ce n’est donc pas une problématique chez l'enfant. Au contraire, il s’agit d’un processus naturel et fascinant de l’enfant qui acquiert peu à peu son alphabet et ses chiffres. D’ailleurs, il affirme que cette aptitude devrait être saluée puisque ce réflexe se perd. La plupart des adultes n’arriveraient pas à faire facilement le même exercice. D’ailleurs, les enfants vont délaisser cette « habitude » comme leurs parents et apprendre à désapprendre l’écriture en miroir au fil du temps. Et puis, un génie comme Léonard da Vinci écrivait ses notes à l’envers. Seuls les écrits destinés aux autres étaient faits dans la bonne orientation. Pourquoi le faisait-il? C’est encore un mystère mais ses réalisations montrent bien que ce type d'écriture ne laisse pas présager d'autres problèmes.

Pour Sigman, cet apprentissage et « désapprentissage » de l'écriture miroir pourrait même influencer la pédagogie. Il cite, entre autres, une étude qu’il a faite auprès d’élèves avec des collègues mathématiciens. Le groupe en question avait étudié pour un test prévu en mathématiques. Puis, celui-ci a été divisé en deux sous-groupes. Le premier ne faisait que répondre au problème demandé comme d’habitude. Le second, par contre, devait le lire et le formuler dans leurs mots et ensuite le résoudre. Du coup, certes, le deuxième groupe perdait un peu de temps mais cette traduction leur permettait de performer davantage et mieux que les autres élèves. Et dans le fond, peut-être que cette expérience résume bien l'apprentissage : reformuler dans ses termes les savoirs obtenus afin de les retenir.

Illustration : tramstras Atelier d'écriture-3320 via photopin (license)

Références

Fischer, Jean-Paul. « L’écriture En Miroir Chez l’enfant De 5 à 6 ans. » The Conversation. Dernière mise à jour : 11 octobre 2017. https://theconversation.com/lecriture-en-miroir-chez-lenfant-de-5-a-6-ans-85008.

« I Need Help! My Five-Year-Old Writes Backward. » FamilyEducation. Consulté le 8 novembre 2018. https://www.familyeducation.com/life/cognitive-psychological-development/i-need-help-my-five-year-old-writes-backward.

Marshall, Colin. "Why Did Leonardo Da Vinci Write Backwards? A Look Into the Ultimate Renaissance Man’s 'Mirror Writing?" Open Culture. Dernière mise à jour : 13 novembre 2017. http://www.openculture.com/2017/11/why-did-leonardo-da-vinci-write-backwards-a-look-into-the-ultimate-renaissance-mans-mirror-writing.html.

Shannon, Delisa, et Noah Friedman. « Why Children Write Their Letters Backwards. » Business Insider. Dernière mise à jour : 1er mai 2018. https://www.businessinsider.com/why-children-write-letters-backwards-natural-learning-process-2018-4.

Sigman, Mariano. « The Fascinating Reason That Children Write Letters Backwards. » TED-Ed Blog. Dernière mise à jour : 15 mai 2018. https://blog.ed.ted.com/2018/05/15/the-fascinating-reason-that-children-write-letters-backwards/.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur