Articles

Pourquoi les maths sont-elles aussi mal-aimées ?

Qu'est-ce qui peut bien causer l'angoisse des maths?

Par Alexandre Roberge , le 18 novembre 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 21 décembre 2018

Ça ne sert à rien

Il s’agit probablement de la critique la plus souvent adressée aux mathématiques. Après tout, hormis les opérations arithmétiques, en quoi tout cela va-t-il être utile? Cette quête d’utilité de la matière crée non seulement de l’ennui mais aussi des sueurs froides pour certains. Ils deviennent vite accablés par les notions algébriques, géométriques, etc. Au point où les professeurs de mathématiques sont soit vus comme des tortionnaires ou pris en pitié de devoir transmettre cette malaimée.

Or, est-ce que d’observer cette science uniquement sous son angle utilitaire n’est pas réducteur de tout ce qu’elle apporte comme compétences?

Un langage plus qu'un outil

Ce professeur de mathématiques comprend bien qu’il n’enseigne pas la matière la plus appréciée du monde. Citant un confrère, il rappellera que de chercher une utilité n’est ironiquement pas utile. En fait, il saisit tout à fait l’angoisse liée aux mathématiques. Déjà, elle est une contrainte importante pour ceux qui se dirigent vers des études plus littéraires ou de sciences humaines. Or, surtout, il souligne que les mathématiques sont un langage qu’il serait désolant de perdre.

Uniquement dans les filières des sciences, il est pratiquement impossible d’être un expert sans maîtriser les maths. Parce que les règles mathématiques sont non seulement une grammaire universelle, elles peuvent même inspirer des découvertes. Les formules pour expliquer le fonctionnement du monde et de l’univers sont le socle sur laquelle repose la physique. Certains concepts mthématiques imposible, comme les nombres imaginaires (√-1) ont permi de résoudre bien des problèmes concrets. Ce langage est essentiel dans le milieu des sciences.

D’ailleurs, régulièrement les critiques par rapport à l’enseignement des mathématiques contiennent la notion de langue. Les apprenants affirment qu’ils ne comprenaient rien, comme si leurs professeurs semblaient parler chinois. Le fait qu’une certaine partie de la population qui n’arrive pas à saisir les mathématiques aurait une explication neurologique. Il s’agirait d’un déficit de la mémoire procédurale, une part du cerveau souvent affectée aussi par la dyslexie ou la dyspraxie. Les enfants ayant des problèmes de mathématiques ne seraient donc pas nécessairement paresseux mais pourraient avoir ce déficit de cette fonction de mémoire. Ainsi, au lieu de les encourager à l’effort, les profs de maths feraient bien mieux de travailler à améliorer la communication, à simplifier et faire comprendre la langue mathématique.

Une science spécifiquement humaine

Et puis, au-delà du langage, les mathématiques sont profondément humaines. Comme le rappelle cette charmante capsule vidéo, dessiner des formes géométriques dans le sable ou la pierre a été un des premiers réflexe humain. Certes, la nature adopte une géométrie mais c’est l’humain qui lui a donné du sens. Malgré le côté très carré de l’enseignement des mathématiques, une part de cette science qpeut être très créative. Un aspect qui gagnerait peut-être à être exploré davantage.

Sans oublier que les mathématiques apportent des compétences de logique et d’analyse qui ne servent pas uniquement à l’école mais aussi en société. En effet, dans un monde où le débat public est de plus en plus complexe, les mathématiques rappelleraient l’importance d’user des arguments logiques. Il est aussi, quelque part, au cœur de la démocratie dans la mesure où le principe 1=1 est utilisé. C'est-à-dire que le vote d’un riche vaut la même chose que celui d’un pauvre, un principe qui vaut la peine d'être défendu.

Les mathématiques ne devraient donc pas causer autant de sueurs froides aux apprenants. Il s'agit d'un langage permettant de mieux expliquer et analyser le monde. Du côté des enseignants, il faut davantage voir sa transmission comme celle d’une langue étrangère qui a ses règles. Et comme avec n’importe quel langage, peut-être faut-il laisser les élèves créer avec celle-ci ne serait-ce qu’un peu. Question qu’ils en aient moins d'appréhensions.

Illustration : Dmitry Dzhus on Foter.com / CC BY

Références :

Arithm'Antique. « Les Maths, ça Sert à Rien ! » Agence Science-Presse. Dernière mise à jour : 28 juin 2018.
https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/arithm-antique/2018/06/28/maths-sert-rien

Caussarieu, Aude. « De La Physique Sans Mathématiques? » Vous Avez Dit ... Dactique? Des Sciences. Dernière mise à jour : 10 septembre 2018.
https://ditdactique.hypotheses.org/221

Messias, Thomas. « Pourquoi Déteste-t-on Les Maths?*. » Slate.fr. Dernière mise à jour : 12 septembre 2018.
http://www.slate.fr/societe/pourquoi-detester/pourquoi-deteste-on-les-maths

Sastre, Peggy. « Si Vous êtes Nul En Maths, C’est Peut-être Que Votre Cerveau a Un Problème De Mémoire. » Slate.fr. Dernière mise à jour : 20 septembre 2016.
http://www.slate.fr/story/123657nul-maths-cerveau-un-probleme-de-memoire

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné