Articles

Publié le 22 novembre 2019 Mis à jour le 25 novembre 2019

Accroitre l'adoption et l'usage des technologies mobiles dans le milieu éducatif

De la censure à l’encadrement des usages des téléphones mobiles dans l’enseignement

Taboo School @ geralt on Flickr

De l'enthousiasme collectif au scepticisme des éducateurs africains

À l’échelle globale, les nouvelles technologies ont transformé notre quotidien d’une manière hier encore insoupçonnable. Les appareils mobiles nous offrent désormais un accès[1] sans précédent à de riches contenus vérifiés collégialement, aux périodiques en libre accès et aux cours en ligne ouverts et massifs (CLOM). Avec l'augmentation de la puissance, des fonctionnalités des appareils mobiles et de la connectivité mondiale, les apprenants disposent de plus de possibilités de construire leurs connaissances et de modeler leur propre expérience d'apprentissage.  Ils peuvent participer plus activement à la définition des contenus et des modes d'apprentissage, les enseignants jouant le rôle de facilitateurs et guides, aidant les élèves à naviguer et à tirer parti des innombrables ressources éducatives accessibles par le biais des technologies mobiles, qui leur facilitent une expérience d’apprentissage continue.

Alors que les chercheurs passent depuis longtemps en revue ces avantages de l'apprentissage mobile, la communauté éducative en Afrique subsaharienne, reste encore sceptique. On observe encore des résistances et peu d’enthousiasme quant à l’utilisation des technologies mobiles dans l’éducation. De nombreux éducateurs ne sont toujours pas convaincus que les appareils mobiles aient réellement la capacité de transformer l'apprentissage. En effet, la majorité des initiatives d'apprentissage mobile sont de nature expérimentales, axées sur l’exploration de la manière dont les technologies mobiles pouvaient contribuer à introduire des pratiques d'enseignement et d'apprentissage nouvelles et innovantes.

Comme il s’agit de projets pilotes à courte durée[2] et de faible portée[3], de nombreux enseignants africains n'ont pas encore été témoins des avantages de l'apprentissage mobile dans leur salle de classe comme le confirme ce rapport de l’UNESCO[4]. Il n’est donc pas surprenant qu’ils craignent que les appareils mobiles ne viennent distraire les élèves et ne provoquent des comportements néfastes comme la tricherie, le cyberharcèlement ou le « sexting » (envoi de messages à caractère explicitement sexuel). Cette mauvaise image entraine ainsi l’interdiction du portable dans l’environnement scolaire, et en a fait l'antithèse de l'apprentissage.

Dans cette analyse sur les usages des appareils mobiles dans l’enseignement au Cameroun[5], nous présentions les défis qui subsistent dans la pratique, autant auprès des élèves que des enseignants. Au niveau des enseignants, ils se plaignaient de ce que les téléphones portables constituent des sources de distraction pour les apprenants, qui s’en servent davantage pour avoir accès aux réseaux sociaux, écouter de la musique pendant les cours ou même regarder des vidéos sans rapport avec le cours suivi.

Les apprenants se défendent en disant que leur mobile leur sert également à des fins éducatives, pour faire des recherches sur des sujets pédagogiques, communiquer avec leurs pairs par rapport à la réalisation des travaux de groupe, partager des ressources plus facilement entre eux. Ils reconnaissent cependant que même les enseignants qui se plaignent de l’usage des téléphones mobiles en classe ne prêchent pas par l’exemple.

60% des élèves inscrits au Malawi, révèlent dans cette étude, qu’ils ont déjà vu leur enseignant utiliser son téléphone personnel en classe au moins une fois au cours de la semaine précédente. Ce chiffre monte à 66% au Ghana et 88% en Afrique du Sud. Face à ces conflits d’usage des terminaux mobile dans le milieu éducatif, il est impératif de définir des normes et politiques pour optimiser leur apport dans l’enseignement.

Comment encadrer les usages du mobile dans l’enseignement secondaire.

Pour promotion une utilisation responsable du téléphone à l’école, des régulations doivent être établies autant pour les élèves que les enseignants.

Utilisation du téléphone par des élèves : il est important d'avoir une politique scolaire claire sur l'utilisation du téléphone par les élèves, pour informer les parents à ce sujet et leur expliquer la nécessité de pareilles mesures. Ainsi l’école peut autoriser les élèves à apporter leurs téléphones mais de ne point les utiliser à l’école. Comme c’est le cas dans certains établissements privé du Secondaire, l’administration de l’école récupère les téléphones chaque matin, puis y appose un badge d’identification avant de l’enregistrer dans un registre. Ainsi, les parents ou les tuteurs d’élèves reçoivent un numéro d’appel pour des cas d’urgence.

Cependant, si l’école doit autoriser les élèves à utiliser des appareils mobiles en classe comme calculatrices ou pour accéder à Internet, les élèves et leurs parents pourraient signer une entente d'" utilisation acceptable " chaque trimestre. Les élèves ont également besoin de rappels pour leur rappeler de ne pas publier d'informations personnelles sur Internet et d'en informer leurs parents. Cela optimise le temps passé en classe, garantit une meilleure concentration et apprentissage des élèves. Les parents doivent être encouragés à aider leur enfant à suivre les directives de l'école.

Utilisation du téléphone par l’enseignant : On ne peut prêcher ce qu’on ne pratique point. Pour être convaincants, les enseignants doivent également éteindre et garder leurs appareils mobiles pendant les heures de cours. Si les enseignants utilisent leur téléphone lorsque les élèves sont interdits de le faire, les élèves peuvent être frustrés et trouver cela injuste, limitant ainsi leur volonté à faire de même. En outre, le personnel enseignant doit appliquer une éthique professionnelle ou déontologie rigoureuse, par exemple en n’appelant pas les élèves de leur téléphone portable personnel ou en donnant leur numéro personnel aux élèves ou parents – sauf en cas exceptionnel.

Autres mesures pour l’adoption des technologies mobiles par les enseignants.

La régulation des usages des appareils mobiles dans le milieu éducatif n’est qu’une des mesures possibles pour accélérer l’adoption effective des technologies mobiles et leur intégration dans les pratiques pédagogiques par les enseignants et éducateurs africain. Le nombre limité d’exemples de projets d’apprentissage mobile durables et évolutifs, la censure, le manque d’initiatives localisées, culturellement pertinentes et à grande échelle sont d’autres obstacles.

Pour que l'apprentissage mobile ait un large effet, la faisabilité et l'échelle sont donc cruciales. Un défi majeur consistera à assurer que les projets reconnaissent les réalités[6] et les limites des infrastructures d'éducation et de TIC existantes, ainsi que les contextes sociaux et culturels[7] des différents pays et régions, de façon à assurer la pérennité des projets. Cette pérennité dépend également de la diversité et riches des partenariats multisectoriels – les gouvernements locaux et nationaux, les ONG et les opérateurs de télécommunications. Par exemple, le projet SMS Tips mis en œuvre en Ouganda, fut une réussite résultant des efforts conjoints de Google et de MTN, une compagnie multinationale de télécommunications mobiles.

En définitive, les résistances à l'égard de l'apprentissage mobile continueront de décroître au cours des prochaines années, à mesure que les éducateurs, les élèves et les parents s'accoutumeront à l'usage des technologies mobiles dans leur vie quotidienne. Les éducateurs et autres acteurs du secteur éducatif doivent davantage oser et financer des projets d’apprentissage mobile favorisant des expériences dans le domaine de l’innovation pédagogique et technologique.

Les décideurs doivent cependant être conscient de ce que ce n'est pas la technologie seule qui décidera de la généralisation de l'apprentissage mobile. Pour concevoir des interventions d'apprentissage mobile efficaces, il faudra parvenir à une meilleure compréhension globale des points d'intersection entre la technologie, les facteurs sociaux, culturels et, commerciaux. La technologie est certes importante mais l'usage qu'en font les gens et l'image qu'ils en ont le sont tout autant, sinon plus. Or ce point a été largement négligé[8]. Au cours des prochaines années, les chercheurs en apprentissage mobile devraient élaborer une image plus complète et plus nuancée de ce qui a porté ses fruits et dans quels contextes.

Références

[1] Niall McNulty, « Mobile Learning in Africa: How Mobile Educational Technology Benefits Learners », Niall McNulty (blog), 20 juin 2016, https://www.niallmcnulty.com/2016/06/mobile-learning-in-africa-how-mobile-educational-technology-benefits-learners/

[2] Bien que le potentiel éducatif des téléphones portables fasse l'objet d'une reconnaissance croissante, la généralisation durable de l'apprentissage mobile dans des cadres formels reste lointaine.

[3] En effet, l’une des principales critiques adressées aux projets d'apprentissage mobile est leur échelle restreinte, et leurs résultats fondés sur des expériences localisées. Les mises en œuvre dépassant le stade pilote nécessiteront des apports de la part des praticiens, des chercheurs de l'éducation, des formateurs d'enseignants, des concepteurs de logiciels et de matériels, des compagnies de télécommunications, des ministères de l'éducation et d'autres parties prenantes de l'éducation essentielles pour l'écosystème de l'apprentissage mobile.

[4] UNESCO, « L’avenir de l’apprentissage mobile: implications pour la planification et la formulation de politiques », Official (UNESCO, 2013)
http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002196/219637f.pdf

[5] Christian Elongué, « Usages pédagogiques des terminaux mobiles dans les universités au Cameroun. | Thot Cursus », Thot Cursus, consulté le 19 novembre 2018
https://cursus.edu/articles/42163/usages-pedagogiques-des-terminaux-mobiles-dans-les-universites-au-cameroun

[6] Steve Vosloo, « The Future of Education in Africa Is Mobile », consulté le 23 novembre 2018
http://www.bbc.com/future/story/20120823-what-africa-can-learn-from-phones

[7] Christian Elongué, « La visibilité internationale des langues africaines », Thot Cursus, consulté le 2 novembre 2018
https://cursus.edu/articles/42125/la-visibilite-internationale-des-langues-africaines

[8] Christian Elongué, « Pourquoi et comment associer davantage d’enseignants africains dans les projets d’apprentissage mobile ? », Thot Cursus, consulté le 23 novembre 2018
https://cursus.edu/articles/42270


Mots-clés: Téléphone portable Technologies en classe Téléphone En Classe Éducation Unesco Appareil mobile école

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !