Articles

La gouvernance universitaire et l'évolution des usages du numérique - Thèse de Bertrand Mocquet

Comment la gouvernance numérique transforme l'université

Par Denis Cristol , le 10 décembre 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 31 janvier 2019

Source Pixabay

L'apparition d'une culture numérique

La thèse «La gouvernance universitaire et l’évolution des usages dunumérique : nouveaux enjeux pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche français» retrace l’évolution des TIC dans le contexte de l’Enseignement supérieur et la recherche en France» part du contexte français, mais intègre également le point de vue de l’OCDE ou biencelui  d’une association européenne des universités.

La forme de gouvernance des établissements d’enseignement en France est passé en revue de même que la part du numérique à partir des textes officiels français.   Un repérage sur une histoire des dispositifs TIC et la création de la politique numérique, et du soutien à l’administration des universités est rappelé, tout en la distinguant de la politique propre à l’Éducation nationale.

La thèse justifie également de son cadrage par une mobilisation pluridisciplinaire propre aux sciences de l'information et de la communication. Cette pluridisciplinarité permet en effet de mieux saisir une variété d’effets et d’usages tout en offrant une approche conceptuelle des TIC qui puise abondamment à la sociologie des usages du numérique. La thèse aide à percevoir l’apparition d’une culture du numérique universitaire spécifique.

Organisation communicante

L’Université peut être considérée comme une organisation soit avec une vision mécanique, soit avec une vision plus humaine, en fonction des représentations que chacun se fait des organisations de travail des institutions et des systèmes. En fait c’est à une évolution des organisations à laquelle on assiste dans laquelle l’Université pourrait bien se comprendre comme une organisation apprenante. Ceci passe par une représentation systémique de l'organisation et nécessite de mobiliser l’approche complexe de la réalité.

Pour étayer cette perspective, la thèse reprécise la théorie de la pensée complexe, les théories de l’acteur, la logique de réseau et in fine, la pragmatique de Palo-Alto appliquée au système de l’Enseignement supérieur et de la recherche appliqué à son contexte. Dès lors l’articulation entre communication et information, communication et communication interpersonnelle, catégorisation de l’information et plus largement approche communicationnelle s’impose.

L'Université représentée par le numérique

De nombreux enjeux sont sous-jacent à l’idée de transformation d’université, en particulier les enjeux d’image de marque, de performance et d’efficience des organisations avec les concepts et mesures pris en référence. Ces enjeux sont analysés au regard des concepts de l’analyse stratégique dans le but d’appréhender la performance organisationnelle dans une approche conceptuelle de l’Université résolument systémique et complexe, tournée vers les usages du numérique d’une typologie des publics en contexte d’apprentissage.

Les référentiels de compétences du numérique, les outils d’auto positionnement et indicateurs du développement numérique participent de la nouvelle stratégie du numérique pour cibler le développement des usages du numérique et sont à la base d’une définition de la gouvernance du numérique universitaire.

Un tour d’horizon non exhaustif de cette « gouvernance du numérique » dans les organisations publiques est réalisé. Le pilotage par indicateurs est une nouvelle tendance des universités en Europe de même qu’un design agile de la gouvernance du numérique universitaire. Ces changements pour la gouvernance des établissements de l’ESR sont liés à la transformation numérique des établissements. La transition numérique et la transformation numérique sont au cœur et l’innovation est utilisée comme conduite du changement de cette transformation.

Redessiner la gouvernance du numérique universitaire est facilité par une catégorisation des dispositifs développant les usages du numérique dans le contexte universitaire et des comparaisons avec des dispositifs exogènes. Des rapports « Transformation numérique et vie au travail » de Bruno Meeting, l’influence des actions du CNNUM, l’effet des nouvelles lois sur le numérique, la Mission numérique de l’enseignement supérieur (MINES), la Conférence des Présidents d’Université (CPU), France Université Numérique sont autant d’éléments qui influencent les choix de gouvernance.

Le médium est le message, la fonction détermine la forme

Le chantier numérique est immense, il comprend les schémas du numérique des ESR, les services numériques à l’étudiant dans les universités, la formation au numérique ou la formation par le numérique. La question touche également des lieux emblématiques de l’usage du numérique et également des contenus et des pratiques comme, par exemple, l’usage du numérique dans la recherche dans les humanités.

Une forme de catégorisation des dispositifs influençant le numérique universitaire est expérimentée pour montrer comment la transformation numérique de l’ESR est « une transformation sociale, rendue possible par les technologies de réseau. »

Les 5 terrains de recherche investigués a permis de couvrir l’ensemble du processus de transformation numérique de l’ESR qui conduit à la nécessité d’une gouvernance du numérique universitaire.

Selon les résultats de la thèse une nouvelle gouvernance du numérique maitrisée, comprenant et agissant en amont de la mise en place des outils des TIC, permet aux universités de développer des spécificités les différenciant des autres établissements et améliorant leur image de marque.

Pour le premier cas étudié, la nouvelle gouvernance du numérique qui se met en place porte un dispositif en lui attribuant les moyens pour fonctionner, en limitant les zone d’incertitude et en affichant des modalités de mise en oeuvre explicites et d’étendre la certification au personnel, accompagnant ainsi la transformation numérique de l’université observée.

Pour le second cas étudié de nouvelles organisations voient le jour depuis la mise en place de l’obligation de nomination d’un VP Numérique avec de nouvelles organisations s’appuyant sur des schémas informationnels ascendants et descendants.

Pour le troisième cas l’analyse des feuilles de route confirme que des schémas directeurs du numérique existent. Les acteurs participent au travers de leurs usages à des dispositifs de régulation, qui permettent d’entamer une négociation avec ceux qui pilotent l’établissement.

Le quatrième cas réalisé lors de l’observation 4 montre selon un usage avéré des réseaux socionumériques, que des membres de l’université contribuent à la stratégie numérique des futurs dispositifs TIC.

Le personnel et le général

La thèse confirme que les universités doivent entrer par les usages des acteurs pour construire une stratégie numérique, et que ces usages doivent être mieux appréhendés par tous. Cette hypothèse a été testée à travers trois des cinq observations. Dans le cadre du premier cas étudié, la mise en place d’un dispositif de généralisation de certification pour tous les acteurs de l’université facilite le développement des usages pour les moins aguerris. Le quatrième cas étudié montre qu’un usage acquis initialement par des pratiques personnelles des TIC, trouve une application dans les différents métiers de l’université. Le cinquième cas montre que le personnel de l’université reste connecté pendant les temps de repos et de congés avec un risque de risques sur les conditions de travail.

La thèse montre que des bénéfices en termes de performance et d’image de marque, favorisent un meilleur positionnement au sein de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Le premier cas étudié valide l’approche d’un point de vue performance de l’organisation, un budget est identifié, une adhésion par les acteurs existe, et cette mise en oeuvre offre une meilleure visibilité à l’université observée. Le troisième cas étudié démontre une meilleure visibilité des acteurs du pilotage de la transformation numérique. Le quatrième cas étudié montre l’impact des réseaux socionumériques, et leurs rôles dans le cadre de l’amélioration de l’image de marque d’une université. Enfin le cinquième cas étudié a montré tout le bénéfice expérientiel à tirer pour l’Université en appréhendant davantage les modalités de connexion/déconnexion des outils TIC des acteurs de l’établissement.

Comprendre les enjeux de la gouvernance du numérique

Les contributions de ce travail de recherche permettent une meilleure compréhension des enjeux de la gouvernance du numérique dans le contexte universitaire, dans le cadre de l’analyse d’un système vivant, dynamique, en pleine transformation, toujours en mouvement, en croisant différents terrains, en relevant les informations recueillies par enquêtes, par entretiens auprès de professionnels.

Les orientations préconisées visent une gouvernance agile, adaptable à de nouveaux signes envoyés par le ministère de tutelle ou la société, via des partenaires socioéconomiques en lien avec les usages. Les universités sont aussi révélées dans leur capacité à s’auto-analyser en utilisant les compétences des chercheurs de leurs laboratoires.  Les dispositifs analysés (la généralisation de certification informatique, l’usage d’un réseau socionumérique, l’enquête sur les modalités de déconnexion…) ont permis de mieux appréhender les usages des acteurs de la communauté universitaire.

Selon les conclusions de la thèse, chaque université peut trouver des dispositifs qui permettent de développer les usages et les gouvernances canalisent leur attention sur la finalité de l’action stratégique plus que sur les outils pour y arriver : d’où l’importance d’un schéma stratégique le plus coconstruit en amont de sa mise en place.  L’un des rôles des personnes qui pilotent la stratégie d’une université est d’améliorer le positionnement de l’établissement au sein du système.

La thèse s’appuie enfin sur le rapport de François Taddéi qui propose de contribuer à « Inventer l'éducation supérieure du XXIe siècle ». Pour cela il suppose de « passer à une pédagogie active, intégrant les apports du numérique et appuyée sur la recherche, qui pourrait bénéficier d'un grand programme de recherche sur la société apprenante». C’est probablement un axe des recherches à venir.

Sources :

Téléchargement de la thèse «La gouvernance universitaire et l’évolution des usages dunumérique : nouveaux enjeux pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche français» de  Bertrand Mocquet
https//telarchivesouvertesfr/tel/document

Conseil national du numérique - CNNUM -  https://cnnumerique.fr/

L’association des vice-présidents du numérique - http://vpnum.fr/

Mission de la pédagogie et du numérique pour l'enseignement supérieur - DGESIP A MIPNES
https://lannuaire.service-public.fr/gouvernement/administration-centrale-ou-ministere_190614

Conférence des présidents d’université -  http://www.cpu.fr/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné