Articles

L’éducation au développement durable, l’école et les territoires apprenants – 2015 - Maryvonne Dussaux

L'éducation au développement durable

Par Denis Cristol , le 17 décembre 2018

Une question de gouvernance et de participation

La conception et le déploiement de politiques éducatives au service d’un changement sociétal qui nous concerne tous.  Faire face aux défis économiques sociaux et de développement durable est la question centrale de cette thèse.

La thèse «L'éducation au développement durable, l'école et les territoires apprenants.» débute par une analyse de la mutation sociétale qui est attendue mais qui tarde à venir. Le constat est implacable : un modèle économique non viable se diffuse à toute la planète et pourrait produire un effondrement de la civilisation. Les institutions se mobilisent et font évoluer leur prisme de l’écodéveloppement au développement durable.

L’Union européenne, s’engage dans la protection de l’environnement et le développement durable et la France se dote d’une stratégie de de développement durable et essaye de fédérer l’ensemble des acteurs via un Grenelle de l’environnement.

Cependant le projet politique est controversé. Les discours politiques ne s’ancrent pas dans la réalité. Le développement peut-il être durable ? La croissance est telle un élément indépassable de l’équation ? Elle est au coeur de la controverse. Face à ces enjeux l’éducation est mobilisée. Elle serait au fondement des nouvelles politiques publiques. Mais la machine est lourde. Il a fallu une décennie pour infléchir les politiques éducatives, avec le Grenelle de l’environnement comme une étape remarquée : un pas vers la société éducative. De là l’éducation au développement durable s’inscrit dans la société de la connaissance.

Cependant une variété d’acteurs et une multiplicité des approches pouvent faire du développement durable un objet de fracture. Pour la fédération des acteurs, les territoires pourraient bien être au fondement des nouvelles politiques publiques. D’ailleurs l’ONU ne s’y est pas trompé en s’appuyant sur les collectivités locales pour agir. Des politiques territorialisées sont observées, avec des questions sur lel positionnement stratégique pour l’État. La piste qui pourrait se dessiner est celle d’une démocratie écologique de proximité, celle-ci supposerait d’améliorer les fonctionnements institutionnels : le partenariat, le droit à l’information, participation et gouvernance et pose la question du type de démocratie pour l’écologie ?

L'évolution de l'école.

Dans une deuxième partie la thèse examine l’évolution de l’école au cœur des enjeux vers des établissements en démarche de développement durable. Elle répertorie des initiatives riches d’enseignement de l’éducation à l’environnement à l’éducation au développement durable. Il s’agit souvent de démarches pragmatiques centrées sur l’établissement scolaire. Cette orientation est aussi une opportunité de développer des partenariats avec les territoires.  Ces partenariats donnent du sens au projet d’établissement.

L’école est questionnée dans son fonctionnement car elle est ancrée dans son territoire. Ce faisant c’est tout le modèle transmissif qui est interrogé. Comment éduquer pour un avenir viable ? Le modèle transmissif est remis en question. Un renouvellement de l’enseignement, notamment des sciences, est suggéré au regard ‘un projet pluridisciplinaire d’éducation au développement durable,. Une nouvelle pédagogie de l’apprentissage s’impose pour accompagner le développement des savoirs pour le XXIème siècle. Cette pédagogie interroge la citoyenneté dans les politiques éducatives et surtout quelle citoyenneté pour le XXIème siècle ?

Vers une éducation partagée

La troisième partie la thèse analyse le territoire éducatif et son glissement vers une éducation partagée.  Ce partage se réalise par un renouvellement des liens entre collectivités locales et établissements scolaires. Une organisation scolaire qui se tourne vers le local avec un passage de l’intervention aux marges de l’école au projet éducatif local.

Dans ce nouveau tissage de liens, la place des acteurs est interrogée avec une impulsion donnée par les collectivités locales et le début d’un dialogue avec les associations et les entreprises. Cette dynamique préfigure ce qui peut se nommer « territoires apprenants », c’est-à-dire une éducation embarquée dans les dynamiques locales, en particulier dans les projets territoriaux  ou le mouvement des villes éducatrices.

Amplifier  la création de territoires apprenants autoriserait simultanément un autre regard sur l’éducation, un autre regard sur le territoire et un autre regard sur le partenariat et la participation.

Source

L'éducation au développement durable, l'école et les territoires apprenants - Maryvonne Dussaux   https://halarchivesouvertesfr/tel

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné