Articles

La chimie, science ancestrale de la transformation de la matière

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 31 janvier 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 01 juin 2011

Le journal du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France consacre son numéro de janvier-février 2011 à la chimie, "science ancestrale de la transformation de la matière". Cette science est remise au goût du jour par les Nations Unies qui ont décrété 2011 année internationale de la chimie, sur proposition de l'Unesco.

"Pourquoi parler de la chimie ? Parce que la discipline occupe rarement le devant de la scène alors qu'elle se trouve partout dans notre vie quotidienne. Elle est indiscutablement un des piliers de notre société et elle est incontournable pour relever les défis liés à l'avenir de la planète" lit-on sous la plume de l'éditorialiste, Gilberte Chambaud qui n'est autre que la Directrice scientifique de l'Institut de Chimie du CNRS.

Intitulé "La chimie prend soin de nous", ce nouveau numéro fait natruellement la part belle à la chimie et lui consacre plusieurs articles. L'Enquête, l'une des rubriques dudit journal, est composée de quatre articles sur les dernières recherches et innovations de la chimie dans le domaine de la santé  :

  1. Inventer les médicaments de demain : le processus d'élaboration d'un médicament est explicité dans cet article. Ce processus débute par la recherche d'une nouvelle molécule active et se termine par sa mise à disposition de monsieur et madame Tout-le-monde. Les médicaments de demain dont il est question dans l'article sont connus sous le nom de nanomédicaments. Cent fois plus petits que les globules rouges, ces médicaments disposent d'un principe actif qui présente l'avantage de pénétrer plus facilement au coeur de l'organe, du tissu et de la cellule malade.
  2. De  nouveaux outils pour le diagnostic : une présentation de l'imagerie médicale et des avancées technologiques en la matière permettant de prendre en charge plus efficacement le cancer et les maladies du foie.
  3. Ces matériaux qui réparent le corps : les chimistes mettent au point des implants et des prothèses sur mesure voire biocompatibles pour suppléer des organes déficients, réduisant ainsi les risques de rejets
  4. Trois innovations à suivre : des pansements qui libèrent des médicaments, une pile alimentée par le corps humain et des lentilles de contact de grand confort.

Chasseur des pathologies rares

Le journal dresse également le portrait de Didier Raoult, fondateur de l'Unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes (URMITE). Ce spécialiste des maladies infectieuses a obtenu en 2010 le Grand Prix de l'Inserm pour l'ensemble de sa carrière.

Son parcours scolaire est peu détaillé dans l'article qui lui est consacré. Mais il faut savoir que ce scientifique a eu maille à partir avec l'école durant sa scolarité. Renvoyé à plusieurs reprises, il obtient finalement le Bac littéraire en candidat libre avant de s'inscrire malgré lui en médecine, seule discipline que son père accepte de financer.

De son parcours professionnel, on retient qu'il est le découvreur de virus géants et qu'il s'intéresse particulièrement aux pathologies rares. Classé parmi les dix meilleurs scientifiques en termes de publications (près de cent articles par an) par la revue Nature, son équipe à l'URMITE est un centre de référence mondiale pour certaines pathologies. Un brillant parcours à découvrir dans le journal du CNRS n°252-253.

Télécharger : La chimie prend soin de nous (.pdf)

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné