Articles

La BD interactive au service de l'apprentissage

Par Alexandre Roberge , le 09 mai 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 10 avril 2012

La bande dessinée, comme bien des formes d'art, évolue avec son temps. Avec l'arrivée du Net, certains artistes (surtout chez les Anglo-saxons) se sont lancés dans la BD interactive qui permet au lecteur de rendre sa lecture plus proactive et qui intègre du contenu multimédia (vidéos, musique, voix, etc.).

Mais cette manière de raconter des histoires pourrait servir dans de futurs modèles de e-learning.

Devenir le héros d'une BD pour mieux comprendre le sujet

Cathy Moore, une conseillère depuis 25 ans dans l'utilisation de technologies pour apprendre, révélait récemment avoir développé avec une firme spécialisée dans les simulations une bande dessinée interactive pour le compte de l'armée américaine.

"Connect with Haji Kamal" (disponible gratuitement, en anglais seulement) met le lecteur dans la peau d'un jeune lieutenant qui doit parlementer avec un leader Pashtun influent en Afghanistan. Selon les options choisies, les négociations se passeront bien ou aboutiront à un échec. Le tout est donc conçu, comme on peut le voir dans le billet de madame Moore, comme un livre dont vous êtes le héros. Seulement voilà, avant de s'investir dans chaque situation, deux supérieurs expérimentés vous donneront leurs avis sur ce qu'il convient de faire. Le tout se déroule dans une case où le joueur-personnage écoute leurs arguments (seule utilisation de l'audio dans cette BD interactive).

Le but de l'armée américaine avec cette activité est de renforcer les compétences interculturelles et de force de paix des jeunes soldats. Ainsi, sans surprise, les meilleures voies reposent dans la patience et le respect des traditions de l'autre alors que les choix ethnocentriques finissent plutôt mal.

Une conclusion très peu subtile donc, mais un moyen formidablement cathartique et fascinant d'effleurer quelques aspects de la culture afghane, de toucher du doigt la fragilité des relations diplomatiques (encore plus quand on est en uniforme militaire), etc.

La BD interactive suivra-t-elle le chemin des "serious games" ?

Les premiers comptes-rendus de "Connect with Haji Kamal" dans lieux de formation militaire sont plutôt positifs: 70% des apprenants désiraient discuter des thèmes abordés par cette bande dessinée interactive le lendemain de l'activité. Les instructeurs avaient d'ailleurs relevé cet enthousiasmependant que les étudiants lisaient la BD, ce qui les amenait à partager leurs histoires personnelles sur le sujet de leurs contacts avec différentes cultures.

La question est donc la suivante: la BD interactive pédagogique pourrait-elle suivre la voie du serious game ? Après tout, l'armée américaine avait été aussi une des premières "entreprises" à se servir du jeu vidéo sérieux pour recruter (America's Army, 2000). Et une BD interactive comme celle créée par Cathy Moore comprend une notion de jeu ou plutôt, d'immersion de l'apprenant. Un concept qui pourrait plaire à de grands publics, particulièrement les garçons friands de comics américains. sans même parler de l'Europe, terre d'élection de la bande dessinée, ou encore du Japon, patrie des mangas...

De plus, la création et le développement d'une bande dessinée interactive sont beaucoup moins longs et onéreux que ceux d'un jeu vidéo si on se fie au compte rendu de Madame Moore. La bande dessinée interactive pourrait alors apparaître comme une alternative crédible de support de formation à distance ou de support enrichi de formation en présence, notamment pour les petites entreprises ou institutions scolaires. Elles pourraient se le permettre financièrement et atteindraient la même immersion des apprenants qu'avec un serious game.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné