Articles

L’intention pédagogique avant la technologie

L'horizon des Tice s'éclaircit si l'on prend soin de se demander, avant de choisir un outil : "qu'est-ce que je veux en faire ?"

Par Alexandre Roberge , le 16 janvier 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 15 juin 2011

Il y a deux ans environ, un cours en ligne en anglais proposait aux professeurs actuels une formation sur les différents outils technologiques accessibles sur la Toile. Dans ce qui reste des vestiges de ces leçons, on peut retrouver une page Internet couvrant tous les logiciels et services Internet disponibles. La liste a de quoi donner le vertige :

  • Outils de création, édition et partage
    • Documents
    • Diagrammes et graphiques
    • Images
    • Diaporamas
    • Sites Internet
    • Blogues
    • Wikis
    • Vidéos (édition, enregistrement, convertisseur, partage)
    • Audio
  • Outils de communication et réseautage
    • Messageries instantanées
    • Forums de discussion
    • Conférences par le Web
    • Outils de réseautage
    • Microblogging
  • Outils d’aménagement du temps, des tâches et de l’information
    • Pour les cours
    • Le temps
    • Les tâches
    • Les projets collaboratifs ou en équipe
    • Moteurs de recherche généraux, visuels, etc.
    • Métarecherche
    • Collecte d’informations

Et nous en omettons! Bref, un enseignant peu familier des TICE pourrait croire, en regardant cet inventaire, qu’il en a pour des années à apprivoiser tout ce qu’il est possible de faire sur la Toile. Sans compter que cette liste date du début 2010, que certains outils sont obsolètes et que d'autres ont fait leur apparition....

Or, s’il est vrai qu’il vaut mieux en savoir plus que pas assez, Jean-Marie Gilliot, enseignant chercheur au département informatique de Télécom Bretagne, a eu cette réflexion sur son blogue : la meilleure intégration des TICE passe par leur pertinence.

Les intentions pédagogiques avant tout

Le spécialiste relève trois présentations faites au cours du colloque TICE 2010 organisé par l'université de Nancy. Dans l’une, on abordait l’utilisation de blogues pédagogiques à l'Ecole Centrale de Nantes (diaporama), dans la seconde la très connue Laurence Juin partageait sa façon d'user Twitter en classe ( sujet que nous avons traité ici); dans la troisième, Virginie Paillas et Pascal Nodenot présentaient une démarche de formation et d’explication des TICE aux enseignants.

Les derniers intervenants ont proposé d’ailleurs un schéma fort intéressant des différents objectifs d'utilisation d'outils comme Twitter, Diigo et Netvibes en classe. Or, comme l'indique Jean-Marie Gilliot, il y a un aspect important à considérer au-delà de l'attrait intrinsèque des outils : l’intention pédagogique. Par exemple, Laurence Juin utilise Twitter pour familiariser les élèves avec la rédaction de messqges courts, perttinents et grammaticalement corrects, pour apprendre le fonctionnement des médias numériques et pour développer une identité virtuelle positive.

En 2008, sur Thot Cursus, nous présentions le blogue "Un blogue pour apprendre, apprendre avec un blogue". Dans une entrevue donnée au Web Pédagogique en mai 2010 le créateur de ce blogue, Jean-Paul Moiraud, explique que ses élèves ont réagi favorablement à l'arrivée de ce nouvel outil qui a été totalement intégré à ses pratiques pédagogiques. De plus, la création d'un blogue répond à des objectifs pédagogiques bien identifiés :

  • Déposer des ressources en temps réel
  • Créer et diffuser des ressources par interaction entre les divers acteurs
  • Communiquer de façon synchrone et asynchrone
  • Créer des réseaux de relations entre professionnels et apprenants.

[…] « Un blogue pour apprendre » a été conçu pour ses potentialités pédagogiques c’est-à-dire comment intégrer des pratiques de travail collaboratives et de co-construction à l’aide d’un environnement numérique choisi. »

Tout enseignant doit donc se poser la question des objectifs à atteindre et des pratiques à développer avant de s'engager dans l'utilisation des TICE.  Une fois que cela est fait, il devient alors plus facile de sélectionner les outils pertinents. Certains proposent d’ailleurs de développer une cartographie des TICE pour aider les enseignants à choisir. Ce qui peut être intéressant pour se repérer dans l'énorme offre d'outils le plus souvent gratuits, mais qui ne doit surtout pas empêcher l'enseignant de choisir lui-même l'outil le plus adapté à son intention, même si son choix n'apparaît pas comme évident.

IBeaucoup d'enseignants hésitent encore à utiliser les TICE, craignant de devoir consacrer toute leur énergie à la technologie plutôt qu'à la discipline à enseigner. Or, comme l’écrit M. Gilliot : « Pour peu que la structuration pédagogique soit au rendez-vous, la facilité des outils, le sentiment de communauté, l’ouverture à l’extérieur font sens, et permettent aussi bien aux étudiants qu’aux enseignants de dépasser le cadre de la classe. »

En janvier 2011, Christine Vaufrey a présenté une étude intitulée "Les meilleures pratiques d'éducation 2.0 - 10 ans d'utilisation des TIC en enseignement" aux rencontres d'Autrans. L'importance de l'intention pédagogique y est constamment présente, dans les parties consacrées aux modifications des manières d'enseigner avec les tice. Sans cette intention de faire mieux, autrement, pour atteindre des objectifs pédagogiques clairement définis, les TICE se trouvent réduites à des gadgets plus encombrants qu'autre chose.

« Réseau social pédagogique : l’intention pédagogique avant tout », Jean-Marie Gilliot, 13 décembre 2010

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné