Articles

Apprendre ou ne pas apprendre le nouveau langage universel : le code

Pourquoi les petits devraient apprendre le code le plus vite possible afin d'avoir une langue commune et une façon de réfléchir différente

Par Alexandre Roberge , le 03 mars 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 04 avril 2019

Nous retrouvons des ordinateurs partout : dans nos maisons, dans nos banques, dans nos voitures et même dans nos poches! Nos téléphones intelligents sont de véritables mini-ordinateurs. À moins de vivre loin de la civilisation, impossible de ne pas toucher à de l’informatique au moins une fois par jour, voire plus souvent. Conséquemment, alors que le monde s’informatise, il semble nécessaire que les générations futures soient en mesure d’utiliser correctement ces outils. Pour plusieurs, il devient même essentiel que les jeunes maîtrisent le nouveau langage universel qu'est le code informatique.

Coder : un langage compréhensible partout

En effet, cela peut sembler bizarre de parler de langue universelle dans un milieu où il existe tout de même différentes approches de programmation : JavaScript, C++, Python, etc. D’autant plus que les opposants américains à l’implantation obligatoire de cours de code dans certains districts trouvent cela aberrant. Est-ce que les problèmes diplomatiques sont résolus en programmant? Aucun grand roman n’est écrit en code et pour cause, la plupart de ces langages n’ont qu’une centaine de termes à tout casser contre 60 000 et 100 000 uniquement en français.

En fait, ce qui change le résultat est l’assemblage de ces termes. Il s’agirait donc davantage d’une approche pragmatique et logique qui peut apporter beaucoup de bien aux élèves. D’où l’accent mis par les grandes compagnies informatiques sur l’apprentissage du code du primaire à l’université. Il s’agit, bien sûr, pour eux d’une méthode pour obtenir de futurs travailleurs mais aussi pour réfléchir autrement le monde de demain. Pour Tim Cook, PDG d’Apple, apprendre le code a plus d’importance qu’une langue étrangère parce que tous les programmeurs peuvent comprendre à partir de lignes de code le résultat auquel il aboutira et les erreurs qui sont présentes dans un programme.

Sans compter que pour plusieurs experts de la science informatique, les algorithmes sont un langage universel qu’il sera essentiel de comprendre afin de ne pas être simples consommateurs ou individus passifs devant des intelligences artificielles qui évoluent. La mise en place de cours de code en classe ou même dans les bibliothèques publiques des différentes contrées pourrait, selon eux, favoriser l’émergence de générations sachant pousser plus loin les possibilités informatiques.

Un apprentissage pas à la portée de tous?

Mais est-ce que tout le monde peut être en mesure d’apprendre cette langue? Parce que si certains sont à l’aise comme des poissons dans l’eau avec la programmation, encore plusieurs ont des difficultés à simplement créer des fichiers partagés, par exemple. Conséquemment, difficile de proposer une solution universelle à des compréhensions fort diverses de l’informatique. D’ailleurs, dans une baladodiffusion, un débat a eu lieu avec Frédéric Barbeau, confodateur d’une école de programmation, et Laurent Alexandre, à la tête de DNAVision, sur la place du codage en classe.

Pour M. Alexandre, cela s’avérera complètement inutile puisqu’il sera impossible pour tous les enfants d’accéder à des niveaux où l’intelligence artificielle les surpassera. Il leur faudrait donc, à son avis, enseigner des compétences qui viendront compléter et améliorer la place des I.A. dans nos vies. Pour M. Barbeau, cette vision se veut un peu élitiste et il reproche à son interlocuteur d’oublier que l’apprentissage du code ne signifie pas simplement mener à des programmeurs futurs mais aussi leur transmettre des méthodes de pensée différentes. Qui sait ce que pourraient donner des futurs gestionnaires ou même employés possédant une réflexion plus algorithmique?

Le code ne sera sûrement pas le langage universel de tous. Il est bien trop limité comme moyen de communication. Peut-être vaut-il alors mieux enseigner une approche de programmation afin que les élèves et futurs citoyens adoptent des postures qui permettront de repenser la société.

Illustration : Foter.com

Références :

Benoit-Godet, Stéphane. « Apprendre à Penser Comme Un Ordinateur. » Le Temps. Dernière mise à jour : 3 mars 2018. https://www.letemps.ch/opinions/apprendre-penser-un-ordinateur.

Gärtner, Bernd. "Teaching a Universal Language to the Very Young." ETH Zürich. Dernière mise à jour : 25 mai 2018. https://www.ethz.ch/en/news-and-events/eth-news/news/2018/05/gaertner-computer-science-universal-language-children.html.

« L’apprentissage De La Programmation Informatique En Bibliothèque. » BAnQ. Dernière mise à jour en 2018. http://www.banq.qc.ca/services/services_professionnels/milieux_doc/dossiers_thematiques/services_public/codage/.

« L’apprentissage Du Code, Cheval De Bataille Des Géants De L’informatique. » CNews. Dernière mise à jour : 5 février 2018. https://www.cnews.fr/vie-numerique/2018-02-05/lapprentissage-du-code-cheval-de-bataille-des-geants-de-linformatique.

« Podcast : Lire, écrire, Compter... Et Maintenant Coder?? » Hello Future - Orange. Dernière mise à jour : 12 mars 2018. https://hellofuture.orange.com/fr/lire-ecrire-compter-et-maintenant-coder/.

Roulette, Eloise. « La Programmation Informatique Est-elle Une Langue ? » Paris Match. Dernière mise à jour : 8 mai 2018. https://parismatch.be/actualites/societe/140521/la-programmation-informatique-est-elle-une-langue.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné