Articles

Portail francophone des ressources scientifiques et pédagogiques

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 21 février 2011

Savoirs en partage est un portail lancé en novembre 2010 par l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF).  L'AUF ne le dit pas, mais ce portail pourrait rapidement et valablement succéder à l'Infothèque francophone, l'ancien portail des ressources et actualités scientifiques francophones, dont l'actualisation a été interrompue en 2008 en vue de son évolution.

Quoi qu'il en soit, Savoirs en partage poursuit quasiment les objectifs de l'Infothèque francophone et offre de nouveaux services.

Cinq services importants sont regroupés sur le portail :

  1. Répertoire des chercheurs
  2. Ressources scientifiques
  3. Actualités
  4. Sitothèque
  5. Agenda scientifique

Le répertoire est un outil qui recense les universitaires de l'espace francophone. Il existait anciennement sur le site de l'AUF. Désormais, on peut y accéder à partir du portail et sans se déplacer vers un site externe. Tout universitaire qui le désire peut s'enregistrer dans ce répertoire et renseigner son profil scientifique (domaine de recherche, discipline, thème(s) et groupe(s) de recherche, mots-clés). Le principal avantage du répertoire est de faciliter les contacts entre les universitaires, non plus en fonction des réseaux de recherche mais de repères thématiques et régionaux.

La banque de ressources quant à elle comporte plus de 6.000 contenus scientifiques produits par les implantations, les directions, les réseaux de chercheurs de l'AUF en collaboration avec les établissements membres. Il s'agit d'ouvrages, de revues, d'articles, de cours en ligne, etc., regroupés en un seul endroit et repérables grâce au moteur de recherche intégré offrant sept options d'affinement.

Enfin, la sitothèque propose une sélection de sites web créés avec le soutien de l'AUF. A ce jour, on dénombre 92 sites comportant des cours en ligne, des revues scientifiques et des fonds patrimoniaux.

Le portail Savoirs en partage est en accès libre. Nul doute qu'il jouera effectivement le rôle de point de rencontre de la communauté scientifique francophone.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur