Articles

Un projet européen pour mieux utiliser les médias sociaux en formation des adultes

Dans le cadre de la démarche européenne d’apprentissage tout au long de la vie, un projet vise à intensifier l'utilisation des médias sociaux dans la formation des adultes.

Par Alexandre Roberge , le 06 mars 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 06 décembre 2011

Les Européens sont adeptes des réseaux sociaux. Le Global Web Index de 2010 indique que près de la moitié de la population de Grande-Bretagne (47,1%) entretient un compte dans un réseau social. Suivent les Pays-Bas avec 36,2%, l’Italie et l’Espagne à égalité avec 35,8%, l’Allemagne 32,7% et la France avec 29,3%.

Dans le domaine de l'enseignement initial, on sait ce qu'il en est : des expériences se mènent, mais la crainte du mélange entre public et privé; ajoutée aux légitimes réticences face au fait de rendre publiques des informations normalement réseréves au cadre scolaire, se traduit par un mouvement pour le moins prudent d'utilisation de ces outils.

Néanmoins, le monde scolaire est bien plus avancé que celui de la formation des adultes en matière d'utilisation des outils de réseautage social. Selon un article publié sur elearning papers, trois barrières à l'utilisation de ces outils ont été repérées :

  1. Acceptation : Trop de formateurs et d’apprenants croient qu'ils ralentiront les efforts d'apprentissage. Les formateurs estiment qu'il leur sera difficile d'intégrer leurs contenus et activités aux médias sociaux. Sans compter que les institutions ne les aident pas à emprunter cette voie.
  2. Difficultés techniques : bande passante insuffisante, compatibilité avec l’infrastructure technologique en place, sites de médias sociaux bloqués à certains endroits, surabondance d’outils... sont autant de dimensions qui découragent les formateurs et établissements.
  3. Déstabilisation de la structure des cours et des canaux habituels de communication : le passage aux médias sociaux oblige inévitablement à revoir les canaux de communication et de formation. Une réalité que tous ne sont pas prêts à accepter et qui, pourtant, donnerait de la souplesse au système.

 

Car effectivement, les médias sociaux facilitent la collaboration entre les individus, qu’ils soient apprenants ou formateurs, et les nouvelles applications sont des vecteurs efficaces lorsqu'on les maîtrise. De plus, on peut supposer que le jour viendra où la formation d'adultes suivra le chemin de l'enseignement initial (primaire, secondaire et supérieur) qui voit croître les dispositifs hybrides, dans lesquels l'enseignant laisse la place au tuteur (même s'il s'agit de la même personne) chargé d'accompagner les apprenants dans les apprentissages qu'ils construisent en utilisant les outils de web 2.0 à leur portée.

Le projet SVEA : de 5 régions à toute l’Europe

Dans le cadre du programme Leonardo da Vinci pour l’éducation et la formation tout au long de la vie de la Commission européenne, se développe actuellement le projet SVEA. Impliquant cinq régions européennes jusqu’à présent (le Bade-Wurtemberg (Allemagne), le Vlaams-Brabant (Belgique), l'Estrémadure (Espagne), le Piémont (Italie) et le Pays de Galles (Royaume-Uni)), ce programme a permis le développement d'une plateforme qui réunit dans son environnement différentes applications faciles à utiliser, autant par les formateurs que par les apprenants.

Basé sur le programme code ouvert Open Atrium, la plateforme SVEA comprend :

  • Un wiki qui permet de bâtir des documents collectifs et un bloc-notes qui intègre des médias externes (vidéos, images, diaporama, etc.).
  • Un système de gestion ermettant d'assigner des tâches, de définir leur priorité et de créer des projets de groupe.
  • Un blogue pour que tuteurs et apprenants discutent de sujets en rapport avec la formation suivie.
  • Un calendrier pour communiquer les événements importants et planifier des réunions de groupe, par exemple.
  • Un service de microblogging pour partager de courts messages, hyperliens, etc.
  • Une page de signets pour collecter et partager ses trouvailles sur le Web.
  • Un espace de stockage de fichiers dans lesquels on peut sauvegarder ses documents sous différents formats et, si on le désire, les partager avec les autres participants.

 

Les responsables du projet ont analysé les perceptions et réactions des premiers utilisateurs de la plateforme SVEA. Ce qui en est ressorti est que l’apprentissage prend tout d’un coup plus de flexibilité, les modules étant accessibles en tout lieu et à toute heure. L’interaction entre les étudiants a été grandement facilitée. Les formateurs ont apprécié la rapidité de la rétroaction. Les différents outils ont aussi mené à une gestion plus simple des cours. Enfin, les utiisateurs ont apprécié de disposer d'un environnement fermé, ce qui limite les ridsques de mélange entre temps privés et temps de formation.

Cet environnement de travail a également amélioré la qualité des odules de formation, qui ont intégré une meilleure répartition entre apprentissages individuels et apprentissages en groupe. La variété des outils a permis de diversifier les activités et alisse aux apprenants le choix de leur mode d'intervention. Enfin, la dimension proprement sociale des outils choisis a permis de ne pas isoler les apprenants derrière leurs écrans mais bien de poursuivre les interactions connues lors des temps en présence, facilitant en cela la collaboration.

Le projet SVEA n’est pas terminé. Pour l’instant, seules cinq régions européennes sont engagées, mais d’ici la fin de 2011, c’est toute l’Europe qui pourrait en bénéficier. Cependant, il ne s’agit pas d'en faire une version universelle. L'ambition des promoteurs du projet est de garantir que la plateforme est adaptable aux besoins spécifiques des différents pays et régions qui composent le continent européen, d’où l’option d’un logiciel ouvert.

Le programme n’est pas encore entré dans sa phase d’accessibilité massive. Cependant, les premiers échos laissent présager un coup de pouce considérable dans la formation aux adultes en Europe en alliant tous les avantages des outils 2.0 sur une même plateforme.

Projet SVEA

« How to promote social media uptake in VET and adult training systems in Europe – practical example of the “SVEA” European project », PDF, 10 p., elearning papiers, 22 décembre 2010.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur