Articles

La troisième personne de la relation pédagogique

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 13 décembre 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 04 mai 2015

Pour simplifier à l'extrême, de la relation pédagogique on ne connaissait que deux acteurs : l'enseignant et l'enseigné, engagés tous deux dans un processus d'actions et de réactions, d'échanges et d'influences réciproques. Puis sont apparus les dispositifs de formation à distance qui font la place à une troisième personne dans cette relation pédagogique : le tuteur à distance.

Comment devient-on tuteur à distance ?

Jusqu'à une époque récente, il n'existait pas de formation diplômante en tutorat à distance. Les tuteurs étaient formés sur le tas. La politique institutionnelle en la matière consistait à recrutrer le personnel d'encadrement parmi les enseignants ou parmi les seniors.

Dans certains dispositifs, c'est donc le chargé du cours lui-même ou un autre enseignant qui assiste les apprenants dans le processus d'enseignement/apprentissage à distance. Dans d'autres, ce sont des anciens étudiants ayant complété brillamment leur cursus qui sont responsabilisés pour assister les nouvelles recrues.

Dans tous les cas de figure, la fonction tutorale reste la même : aider l'apprenant à atteindre les objectifs de la formation.

Que fait le tuteur à distance ?

Il va sans dire que du fait de l'introduction du tuteur à distance dans la relation pédagogique, il se produit une redistribution des rôles. Dans un article publié l'année dernière, Elise Garrot-Lavoué (créatrice de la plate-forme TE-Cap) et deux autres chercheurs de l'Université de Lyon ont répertorié tous les rôles attribués et attribuables au tuteur dans les formations à distance.

Ce référentiel des fonctions que remplissent effectivement les tuteurs dans les dispositifs comporte 16 rôles différents  (à voir dans le tableau ci-contre), organisés en trois catégories, lesquelles catégories correspondent à des facteurs qui déterminent le type d'interventions tutorales. Ces catégories, pour les citer, sont :

  • la médiatisation des communications,
  • la nature des activités d'apprentissage (individuelles ou collaboratives), et
  • la temporalité de la formation (ponctuelle ou durable).

Elles ressemblent à peu près aux trois compétences tutorales (relationnelles, pédagogiques et managériales) mentionnées dans le Guide du tuteur en ligne du Greta du Velay.

La lecture dudit article est vivement recommandé du fait de sa clarté et de l'explication qui y est donné des différents rôles en relation avec le contexte de la formation.

Dans la même veine, l'Agence Universitaire de la Francophonie a pour sa part édicté un référentiel intitulé « Rôles, compétences requises et tâches des tuteurs à distance ». Ce document distingue deux grandes fonctions en tutorat à distance mais on y retrouve peu ou prou les mêmes rôles.

En revanche, sa partie introductive présente un grand intérêt en ce qu'elle décrit l'objet de l'intervention tutorale :

  • aider à l'identification et à la formulation des problèmes rencontrés par les apprenants,
  • susciter les questions des apprenants, répondre rapidement à ces questions,
  • rechercher les réponses lorsqu’il ne les a pas.

Selon le même document, pour exercer ses activités, le tuteur doit :

  • organiser la gestion de son propre temps de travail,
  • maîtriser les divers outils disponibles sur le site dans leurs différentes fonctions,
  • savoir utiliser le médium le mieux adapté au message,
  • savoir s’exprimer clairement et sans fautes dans ses écrits aux apprenants.

 

Ni pompier, ni adjoint administratif, le tuteur à distance réinvente sa fonction chaque jour et chaque expérience est singulière.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné