Articles

Les profils atypiques, une nécessité pour faire face à la disruption

Il est dans la nature humaine de préférer le statu quo. Pourtant, souvent le statu quo est plus risqué.

Par Régis Vansnick , le 15 avril 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 16 mai 2019

Les départements des ressources humaines d’entreprises déclarent rechercher des profils atypiques. Pourtant de nombreux « zèbres » ne trouvent pas leur place dans le monde de l’école d’abord et de l’entreprise ensuite.

Qu’est-ce que la douance ?

Le Columbus Group, composé de parents et de professionnels connaissant bien les besoins de l'apprenant doué, a rédigé cette définition en 1991 :

Le don est un développement asynchrone dans lequel les capacités cognitives avancées et l'intensité accrue se combinent pour créer des expériences intérieures et une conscience qui sont qualitativement différentes de la norme. Cette asynchronie augmente avec l'augmentation de la capacité intellectuelle.

Le caractère unique des surdoués les rend particulièrement vulnérables et nécessite des modifications dans l'éducation des enfants, l'enseignement et le conseil afin qu'ils puissent se développer de manière optimale. [1]

Les représentations mentales des enseignants

Certains enseignants pensent qu'un enfant doué est un enfant obéissant qui répond à beaucoup de questions en classe, qui fait des devoirs, qui obtient de bonnes notes et qui est un élève modèle.

Au contraire de ce type de profil du « très bon élève », les enfants doués ont une pensée plus critique. De même, ils ne fourniront pas la réponse attendue et évidente mais essaieront de trouver une solution à laquelle peu ont pensé.

La différence entre cette perception et la réalité peut induire des incompréhensions mutuelles entre l'apprenant surdoué et l'enseignant. Si l'enseignant ne met pas en place des méthodes d'apprentissage adaptées, cela peut finir en conflit selon le profil de l'élève.

Comment reconnaître la douance ?

Bien qu’il existe des tests pour reconnaître la douance chez un élève, un œil observateur saura les reconnaître. Les élèves doués ont certaines caractéristiques qui ne rendent pas nécessaire de passer un test pour l'identifier. Quelles sont certaines de ces caractéristiques ?

  • Sens aigu de l'équité et de la justice

    Les enfants doués sont souvent très sensibles et réactifs sur le plan affectif. Ils ont un sens aigu de l'équité et de la justice. Beaucoup d'enfants doués ont de la difficulté à passer à autre chose lorsqu'ils croient qu'ils sont en présence d'une injustice.

    Ce sens aigu de la justice peut aussi conduire à avoir de grandes attentes non seulement envers eux-mêmes, mais aussi envers ceux qui les entourent.
     

  • L’école les ennuie

    Les élèves doués dont les capacités ne sont jamais mises à l'épreuve s'ennuient et peuvent présumer que les milieux d'apprentissage traditionnels sont une perte de temps. Cela peut les amener à devenir irrespectueux envers l'autorité et les enseignants qu'ils perçoivent comme inadéquats et inefficaces. 
     

  • Le rapport à l’autorité

    Certains peuvent se plaindre de leur insatisfaction et causer des problèmes à l'école. En fin de compte, ils peuvent développer une méfiance chronique envers les personnes en position d'autorité.

    À leurs yeux, le titre ou la fonction ne sont pas suffisant pour en imposer, la personne doit avoir les qualités requises pour justifier le respect. Sans cela, la remise en question de l’autorité aura lieu à un moment ou un autre que ce soit envers un enseignant ou envers un manager dans la vie active.
     

  • Vocabulaire avancé pour son âge ; utilise un langage précoce

    Les élèves doués peuvent s'exprimer d'une manière qui ne soit pas représentative de leur âge. Cela peut impliquer une utilisation d'un vocabulaire plus étendu. Lorsqu'ils parlent, ils le font avec un sentiment de clarté qui manque aux autres enfants du même âge. 

    Ils ont aussi tendance à parler rapidement, parce qu'ils ont tellement d'idées en tête que leurs paroles peut à peine suivre le rythme de leur pensée. Bien que ce ne soit pas toujours le cas, beaucoup d'enfants doués parlent trop parce que cela leur permet de montrer leurs capacités.
     

  • Un sens de l'humour décalé

    Les élèves doués ont souvent un sens de l'humour développé pour leur jeune âge. Ils trouveront des choses drôles que leurs camarades de classe ne trouveront pas et ne trouveront pas des choses drôles que leurs camarades de classe font. Ils ont plutôt le sens de l'humour d'un adulte. Cela ne veut pas dire qu'ils aiment l'humour avec un langage grossier. Cela signifie qu'ils ont un sens plus sophistiqué de ce qui est drôle.

    Le sarcasme est un bon indicateur d'être doué car le sarcasme est très abstrait alors que la plupart des jeunes enfants pensent d'une manière très concrète.
     

  • La douance, une différence

    Les enfants doués peuvent se sentir confus au sujet de leurs différences. Ils reconnaissent la facilité avec laquelle ils saisissent les idées et l'information par rapport à leurs pairs, mais ils n'ont pas de contexte pour comprendre cela.

    Ils sont parfois enclins à la surpensée, au perfectionnisme et à la dépression existentielle, alors qu'ils réfléchissent au sens de la vie. Ils ne voient pas leurs pairs aux prises avec ces mêmes préoccupations, ils peuvent se considérer comme des inadaptés sociaux et des cas particuliers qui n'ont pas droit à des amitiés et des relations " normales ".

Les 6 profils d’élèves doués [2]

Le profil « brillant »

Ces élèves apprennent bien. Ils recherchent ardemment l’approbation des personnes qui jouent un rôle dans leur vie, sont conformistes, dépendants et perfectionnistes.

Le profil « autonome »

Ces élèves sont indépendants et autodidactes. Ils ont l’impression d’être maitres de leur vie et ils expriment leurs sentiments, leurs besoins et leurs objectifs librement et convenablement. Ils ont une image d’eux-mêmes favorable, réussissent bien et se servent du système scolaire à bon escient.

Le profil « provocateur »

Ces élèves sont extrêmement créatifs. Toutefois, ils peuvent sembler obstinés, manquer de tact ou être sarcastiques. Ils ne se conforment pas au système scolaire. Souvent, leurs interactions peuvent être à la source de conflits, car ils ont tendance à corriger les adultes, à mettre les règles en doute, à mal se maitriser et à défendre leurs convictions, tant à l’école qu’à la maison.

Le profil « discret »

Ces élèves refusent d’admettre leurs talents parce qu’ils veulent être acceptés par les autres. Ces élèves résistent aux défis, manquent d’assurance, sont frustrés et souvent, souffrent d’une mauvaise estime d’eux-mêmes.

Le profil « décrocheur »

Ces élèves en veulent aux adultes, à la société et à eux-mêmes, car ils estiment que le système n’a pas su répondre à leurs besoins depuis un certain nombre d’années. Ils souffrent d’une mauvaise estime d’eux-mêmes, se sentent rejetés et souvent, sont amers et ont de la rancœur.

Le profil « à double étiquette »

Malgré leurs possibilités élevées, ces élèves présentent soit des troubles d’apprentissage (dyslexie, dysorthographie, dysphasie,…), soit des troubles affectifs (anxiété, phobies, …).

Selon le profil duquel ou desquels ils se rapprochent les enfants doués auront été diplômé ou pas. Chacun se retrouvera néanmoins sur le marché du travail avec une faculté plus ou moins grande d’adaptation réciproque.

L’enfant doué devenu adulte

L’adulte doué doit apprendre à se connaître et à faire les bons choix de carrière et essayer d’effacer des traumatismes subit dans l’enfance.

Selon Alternatifs [3],

« dans son livre « L’avenir du drame de l’enfant doué », Alice Miller explore l’impact à l’âge adulte des frustrations vécues dans l’enfance. Elle donne une forme d’empathie à la douleur vécue durant les jeunes années, où l’individu a dû s’adapter aux attentes des parents. L’adaptation à ces attentes, dont l’enfant doué est la victime attitrée, crée dans l’inconscient une représentation erronée de la personnalité : le « faux soi ». Ainsi, l’enfant doué à l’âge adulte développe une personnalité de remplacement, répondant non aux attentes du présent mais à celles du passé.»

D’autre part, les entreprises qui recherchent des profils atypiques doivent savoir ce qu’elles en attendent.

Les besoins de profils atypiques dans les organisations

Les profils brillants ont toujours été recherchés et sont des performeurs.

Face à un monde de plus en plus globalisé et à la transformation des organisations tout au long, de nouveaux défis sont apparus. Cette transformation a amené les entreprises à reconsidérer les compétences des formes alternatives et créatives de l'intelligence. Avec ces changements que connaissent les entreprises, la recherche d’autres profils devient impérative. Le provocateur peut permettre de remettre en cause des choses étant considérées comme acquise, l’autonome peut être engagé en vue de devenir un intrapreneur, etc.
 
Les intelligences atypiques et créatives sont des agents de croissance qu'il convient de promouvoir, en particulier dans les organisations en transformation continue.

Il est dans la nature humaine de préférer le statu quo qui semble être moins risqué qu’une remise en cause. C’est souvent une erreur car dans le monde actuel de disruptions et autres facteurs de changement, c’est bien le statu quo qui est devenu risqué.

L'organisation qui recrute des hauts potentiels sait mettre en place une gestion du personnel adaptée à ces personnes afin de ne pas brider leur talent.

[1] https://educationaladvancement.org/what-is-gifted/

[2] http://www.enseignement.be/index.php?page=23827&do_id=9920

[3] https://www.alternatifs.eu/douance-haut-potentiel/

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné