Articles

La fin des flux RSS ?

Par , le 24 octobre 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 27 octobre 2010

Avec le développement du web personnel et du web dit social, les technologies de l'information et de la communication se sont muées en technologies de la relation et/ou de la recommandation (TR), pour reprendre une expression chère à Joël de Rosnay. Les TR signent-elles le début de la fin des flux RSS au profit des outils de veille sociale et collaborative ?

Veille sociale vs RSS

C'est devenu un lieu commun de préciser que les outils de réseautage social comme Facebook, Linkedin, Viadeo ou Twitter sont désormais des plateformes informationnelles incontournables pour les netchercheurs et autres professionnels de la veille au sens large. On a pu voir récemment que ces réseaux étaient de plus en plus spécialisés (comme Knowtex, réseau social de la culture scientifique et technique) et visaient même parfois des tranches d'âge spécifiques, par exemple les seniors. Si l'information semble de plus en plus distillée et recombinée à travers le prisme des médias sociaux au détriment des agrégateurs de flux , faut-il pour autant croire en la disparition des fils RSS comme le suggèrent Sam Diaz sur ZDNet ou encore Henry Blodget sur Business Insider ? Francis Pisani sur le blog Transnet émet un avis plus nuancé et moins dichotomique en rappelant les potentiels effets d'une "pensée unique" convergente générée par la construction d'un ou de plusieurs réseaux de personnes qui, d'une certaine manière, se ressemblent. Peut-être faut-il alors être particulièrement vigilant, comme le précise Rémi Thibert sur le site de l'INRP, dans sa sélection de personnes ou " d'individus-pivots" à suivre pour prendre l'exemple de Twitter. Pour un usage plus poussé de ce service de microblogging, on pourra d'ailleurs consulter les conseils prodigués dans le récent dossier Twitter pour les pros sur le site Frenchweb.fr et aussi le support de la conférence de Frédéric Martinet (Actulligence Consulting) publié le 01 octobre 2010.

Pour une multiplicité des outils

Pour les professionnels de la veille et les diverses personnes chargées d'effectuer régulièrement un suivi documentaire, la navigation sociale opérée grâce à des outils de travail collectif comme Diigo s'avère particulièrement utile pour le partage et l'exploitation de liens. Même si ce type d'outil se base sur le signalement et la validation par des "pairs" et constitue ainsi une forme d'intelligence collective, il serait insuffisant de s'en contenter. Selon les besoins et les objectifs, on sera amené à utiliser d'autres outils et en particulier des instruments de recherche automatisée pour parachever le plan de veille mis en place:

  • Logiciels monopostes d'agrégation de flux comme FeedDemon aux options très étendues (archivage, partage, filtrage par mot-clé, intégration des podcasts...) et souvent plus complètes que celles proposées par les applications en ligne à l'exception de Google Reader et Yahoo Pipes.
  • Des services d'alertes tels que Alertes Google ( signalement par courriel lorsque de nouveaux articles correspondant aux termes ou expressions que vous recherchez une fois publiés en ligne (blogs, actualités, vidéos, discussions).
  • Des outils de surveillance de pages web: les extensions SiteDelta ou WebScanner pour Firefox ( options de surveillance basiques)
  • Recherche automatisée sur le moteur de recherche Bing : en ajoutant la chaîne de caractères "&format=rss" à l'URL d'une page de résultats suite au lancement d'une requête par mot(s) clef(s) ou expression, on crée un flux à intégrer de suite dans son lecteur de fils RSS.

Un zeste de "pull"

Au vu des applications traitées ci-dessus on pourrait croire que seule la méthode "push" est privilégiée ici. Il me semble que les moteurs de recherche classiques ont encore leur rôle à jouer dans un dispositif de recherche et de veille informationnelle. Si l'on considère en effet les avancées de la recherche en temps réel de Google ainsi que sa fonctionnalité de recherche instantanée, on se rend compte que la firme de Mountain View peut apporter une aide appréciable en matière de résultats. L'option "mise à jour" permet d'ailleurs de rapatrier les différents tweets en fonction de la requête proposée, de visualiser les messages sur une ligne de temps (par mois, jour et heure) et de créer ensuite une alerte. Rien n'empêche également de créer son outil de recherche personnalisé en sélectionnant ses propres ressources grâce aux outils disponibles actuellement (GCSTopicle).

On s'aperçoit donc qu'il est peut-être un peu précipité de négliger, voire d'abandonner les flux RSS d'autant plus que de nouveaux services comme Sindup ou Netvibes Dashboard continuent d'intégrer cette technologie dans leurs fonctionnalités de base. Au niveau des outils originellement apparentés au web 1.0, force est de constater que les principaux acteurs continuent de s'adapter aux besoins et à l'évolution des réseaux en proposant des services innovants même si l'on doit cependant observer un réel déclin dans l'usage des annuaires et des métamoteurs, à l'exception notable, pour ce dernier, d' Ixquick qui privilégie notamment le domaine de l'identité numérique.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné