Articles

Interview université : Denis Cristol ou l'écriture en intelligence collective

La thèse a été pour moi une expérience de transformation personnelle en profondeur

Par Virginie Guignard Legros , le 05 mai 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 06 mai 2019

Cette série d'interviews présente des personnalités selon le même angle de vue sur le thème de l’université.


Pourquoi avoir choisi de mettre en avant Denis Cristol ?

Denis, c’est un homme extraordinaire. Il est passionant, rapide, efficace, bienveillant et toujours prêt à rendre service à ses amis. C’est aussi un des rédacteurs de Thot Cursus et c’est lui qui m’a ouvert la porte pour y écrire des articles. On a fait pas mal de choses super ensemble, dont celle de créer le #CercleAPE avec lui et Jocelyne Turpin. Quand je lui ai demandé de répondre à mes questions sur le sujet de sa thèse, il a répondu présent et m’a envoyé ses réponses dans l’heure suivante que je partage avec vous.


1. Denis, en général, une thèse c’est le point d’orgue d’environ 10 ans de parcours universitaire étudiant, peux-tu nous parler de ton parcours en quelques lignes ?

Avant la fonction de directeur de l’ingénierie et des dispositifs de formation du CNFPT, mon parcours est assez simple. Maîtrise de gestion, master en ressources humaines, puis un service militaire où je me suis occupé du reclassement de militaires et un premier job en tant que responsable d’une cellule emploi pour une usine qui fermait. Après un emploi dans un organisme de formation où je m’occupais de « passage cadre ». Il s’agissait de dispositif de formation pour aider des hommes et femmes de l’industrie à prendre des responsabilités en transformant leur identité professionnelle.

C’est à partir de là que j’ai fait un master recherche puis une thèse en sciences de l’éducation sur la « fabrique des managers » pour mieux comprendre ce que je vivais.

2. Quel était le sujet de ta thèse ? Quel était son contexte ? Peux-tu nous en dire qq mots ?

"Ma thèse se nomme « La fabrique des managers : identité et rapport aux savoirs » elle cherchait à comprendre la fabrication des identités qui président aux managers qui nous dirigent".

3. Certains sujets sont plus polémiques que d’autres, il y a des jurys plus ou moins unanimes, plus extraordinaires, atypiques que d’autres, quelques fois avec des histoires mouvementées; avec le recul était-ce que ton sujet a favorisé un parcours de thèse tranquille ou alors compliqué ? Peux-tu nous en dire plus ?

Même si j’avais deux masters, je n’avais pas le sentiment d’avoir fait des études particulièrement brillantes, mais recevoir la plus haute mention à l’unanimité avec les félicitations du jury m’a donné plus de confiance dans mon potentiel. Dans la lancée je n’ai cessé d’écrire et j’ai produit 18 livres relatifs à la formation au management à un rythme de 1 à 2 par an.

Je remercie mon jury pour cet élan qu’il m’a donné. Je peux aussi remercier la pratique d’accompagnement à distance de mon directeur de thèse dont j’ai tiré également un article pour Thot Cursus « Ma thèse en 256 courriels » pour expliquer ce qui m’avait vraiment aidé.

4. Aujourd’hui, l’image que l’on a de toi est d’être un homme qui a réussi sa carrière professionnelle. Quelle est la place qu’a joué ta thèse dans ta réussite ? Est-ce que cela t’a ouvert des portes ? Ou au contraire, est-ce que cela t’a cantonné dans une voie ou une localisation plutôt qu’une autre ?

La thèse m’a donné une rigueur et un rythme de travail et a aiguisé ma curiosité, l’envie et le besoin de rester en veille sur ce qui se produit dans mon champ professionnel.

5. Si tu pouvais recommencer à zéro ou choisir un autre sujet, quel serait-il ?

Je continuerais sur le même sujet de développement des dirigeants mais j’intégrerais en plus une conscience écologique et sociale plus forte dans mes questions. Car les nouveaux leaders doivent avoir une conscience plus claire de ces enjeux pour l’intérêt des communautés.

6. Si tu as un conseil à donner à quelqu’un qui doit choisir un sujet de thèse, quel serait-il ?

Il faut suivre sa névrose, car questionner pendant plusieurs années un même objet nécessite de la pugnacité. La thèse a probablement des vertus thérapeutiques pour de nombreux thésards. Alors autant choisir un sujet qui va durer et motiver.

7. Si tu devais résumer le tout en une phrase, quelle serait-elle ?

La thèse a été pour moi une expérience de transformation personnelle en profondeur, car vous êtes constamment en recherche d’un détail qui peut changer le sens de l’ensemble des réflexions, vous êtes obligé de regarder à l’intérieur de vous si en tant qu’instrument d’observation une rationalité satisfaisante se construit en même temps que votre objet.

8. Comment le modèle ou système de thèse pourrait selon-toi être amélioré pour correspondre aux nouvelles possibilités techniques de notre monde ?

Des thèses plus collectives ou écrites en intelligence collective, des thèses mieux suivies à distance, des thèses participatives avec des interactions plus fortes avec l’objet de travail sont probablement ce à quoi on assistera demain.

Source image : Droits réservés Denis Cristol

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné