Articles

Télémédecine et formation à distance en Afrique : l’exemple de Dakar

Par Thotediteur , le 05 janvier 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 12 novembre 2018

Une expérience de formation médicale en ligne s'est déroulée en 2009-2010 à Dakar, au Sénégal, dans le cadre de la coopération entre ce pays et la France, à travers leurs universités, l’Ucad pour le Sénégal et l'université de Brest avec l’appui de Grenoble pour la France. De telles expériences sont déjà fréquentes en Afrique. On connaît par exemple le fameux Vestibule de la santé (Keneya blown)  qui a initié un réseau de télémédecine en Afrique francophone.

Le projet vise la formation en ligne de gynécologues sénégalais. Ces médecins ont ainsi suivi des cours théoriques par Internet ou sur DVD. Ils ont également effectué leurs stages pratiques sur place au Sénégal au titre de l’UMVF, l’université médicale virtuelle francophone, qui s'est engagée dans la mise en place d'une formation Nord-Sud en e-learning.

La préparation d'un diplôme interuniversitaire d'échographie obstétricale à distance à l'UCAD, dans les conditions d’études favorables et incitatives parce que permettant simultanément les activités professionnelles et universitaires, vient d’aboutir avec la remise des DIU  et doit bientôt déboucher sur un vaste programme international de formation à distance. Plusieurs universités francophones sont sélectionnées, dont l’Université du Gabon, du Vietnam et du Maroc. On pouvait lire au début de l'année 2010 sur le site d'Educpros, que le DIU chirurgie gynécologique devrait débuter en décembre au Sénégal, au Niger et au Mali.

 La réalisation de cette expérience suscite de nouveaux espoirs, à en croire les responsable des institutions car, du projet d'une formation à distance au projet de e-learning - entre 5 et 8 DIU dans 17 pays africains et asiatiques - déployé sur 3 continents... il y a un pas. Un pas que les 3 millions d'euros sur 4 ans débloqués par le ministère français des Affaires étrangères ont permis de franchir.

De telles expériences, immédiatement utiles et formatrices sont celles que souhaite mener l’Afrique pour rompre avec son éternelle dépendance en ressources humaines et financières.

.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné