Articles

Garants pédagogiques sur Internet, un nouveau rôle en gestation

Acessibilité et validation

Par Mohamed Ouzahra , le 29 mars 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 16 juin 2015

Internet a brouillé les cartes de la veille éducative. Les moteurs de recherche, de plus en plus performants et ciblés, nous apportent l’information toute cuite en bouche si on peut dire. Est-ce un progrès pour autant ? Pas sûr si un certain nombre de conditions ne sont pas réunies. En voici quelques-unes.

La condition première est de ne pas confondre vitesse et précipitation. Internet et les réseaux sociaux imposent la dictature de l’instant. Mais, ce qui peut s’avérer intéressant pour motiver les jeunes en suivant leur rythme, n’est pas toujours exempt de risques de désinformation. Il faut alors ériger des garde-fous, et, à l’instar des réseaux de transactions commerciales, sécuriser l’information crédible. Oui mais comment ?

De l’accessibilité à l’information…

Le problème se pose en amont en termes d’accessibilité à l’information et en termes de non-discrimination. Et là, ne sont pas concernées les seules personnes handicapées pour lesquelles un guide de l’Union européenne propose des pistes de réflexion très utiles. Il est essentiel de penser l’accessibilité indépendamment du public concerné ou du contexte si on veut la garantir partout et de manière équitable.

L’accès à l’information est certes de plus en plus perçu comme étant un des droits fondamentaux de l’homme mais qu’en est-il dans sa déclinaison numérique par exemple ? En réalité, l’accessibilité doit accompagner la conception du document et non pas être une simple étape clôturant la chaine éditoriale. Un article recense très pertinemment les multiples erreurs à éviter pour parvenir à un accès plus équitable aux ressources du web. L’auteur y conseille très justement de ne pas se limiter aux seules exigences des standards.

L’accessibilité numérique comprise in extenso donc concerne par exemple aussi les personnes démunies ou vivant dans la précarité. Un très riche site bibliographique sur Internet et Quart Monde permet de faire le point sur la situation dans les pays en développement. Comme dans les pays qui se targuent d’une couverture Internet très étendue du reste. En effet, la fracture numérique touche de plus en plus, comme l’explique fort bien ce bulletin, la génération Internet dans ces pays riches avec des répercussions qui pour être différentes n’en sont pas moins sérieuses, notamment au plan de l’employabilité des jeunes.

Premier pas donc, garantir l’accès à l’information dans des conditions équitables. Mais au-delà, il faut pouvoir disposer d’une information utile et fiable. C’est ici un autre défi de taille et une étape supplémentaire. En effet, l’Internet est un océan d’approximations et de leurres et pour pouvoir s’en extirper sans dommages, on a parfois besoin d’aide.

… à la validation de sa pertinence pédagogique

Une des solutions est de former des garants pédagogiques, c'est-à-dire des éducateurs ou des inspecteurs de l’enseignement qui s’engagent – et engagent leur réputation – pour certifier l’exactitude d’une information. Sa pertinence au plan scientifique d’abord, son opportunité pédagogique ensuite.

Ce rôle de garants pédagogiques, qui s’apparente à de la veille intelligente ou à de la médiation, pourrait se révéler très important à l’avenir. Et à y bien penser, on ne voit pas d’ailleurs pour quelle raison les protocoles mis en place pour assurer une bonne transmission des données – nous pensons au droit opposable sur le haut débit en Finlande ou auxserveurs mandatairesdu Québec – ne concerneraient pas les contenus.

En vérité, garant pédagogique pourrait être un véritable nouveau métier du web. Un nouvel avatar de ces médiateurs, facilitateurs ou autres relais de savoirs dont nous avons besoin pour naviguer aujourd’hui que la parole s’est libérée un peu partout. La question de ces repères indispensable se pose déjà dans certains domaines comme celui de lavulgarisation scientifique, où l’on souhaite édicter des normes. Compris ainsi, l’une des premières tâches de ces garants serait de valider l’information produite sur les blogs ou les réseaux sociaux par exemple.

Le garant pédagogique, d’où le choix du titre, donnerait un label de pertinence pédagogique à la ressource repérée ou proposée à sa validation. Sur le plan pratique, il est possible d’imaginer l’utilisation d’outils comme des QRcodes pour identifier et signaler les ressources labellisées.

On peut tout à fait imaginer que ce rôle de garant soit tenu par des collectifs, ce qui atténuerait l'aspect dirigiste de la fonction. C'est du reste de cette manière que fonctionne Wikipedia par exemple, qui confie à la communauté le soin de valider l'exactitude des informations fournies dans les articles. Les sceptiques face à "l'intelligence des foules" ne manqueront pas d'être surpris face à la réactivité de la communauté wikipédienne pour corriger les articles approximatifs ou demander des références complémentaires, y compris aux rédacteurs les plus respectables qui seraient tentés de s'affranchir des règles de la communauté.

Le recours à des garants ne serait pas en réalité une idée nouvelle. Dans l’espace arabo-musulman elle renvoie à une pratique très ancienne qui a permis, notamment, d’authentifier à travers une chaine de garants justement les faits et gestes du Prophète (connus sous le nom générique de Hadiths) ou, avant cela, les odes poétiques de l’Arabie antéislamique [1]. Comme on le voit, les idées qui paraissent neuves sommeillent souvent dans les mémoires et les archives, ne demandant parfois qu’à bénéficier d’une seconde vie. Sans jeu de mots !  

 

[1] Le grand écrivain égyptien Taha Hussein s’était attiré en son temps les foudres des hommes de religion en remettant en cause cette chaine de garants à propos de la poésie d’avant l’Islam. Et pour cause, il s’attaquait ainsi indirectement aux fondements de la tradition prophétique.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné