Articles

Les Etats-Unis en pole position pour la création de ressources éducatives libres

Les universités américaines, soutenues par le gouvernement fédéral, investissent le domaine des ressources éducatives libres à grande échelle.

Par Alexandre Roberge , le 25 février 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 15 juin 2011

La première décennie du millénaire aura vu les universités américaines adopter les dispositifs d'enseignement hybrides et à développer leur offre d'enseignement tout à distance. L'année 2011 pourrait bien apporter un autre changement de taille : celui de l'augmentation décisive des contenus éducatifs libres sur la toile.

2 milliards pour des ressources éducatives libres

En effet, à la fin janvier 2011 le gouvernement de Barack Obama annonçait une mesure importante : 2 milliards de dollars seront investis sur 4 ans pour l’avènement de l’open education. Le but est que des individus et des organisations créent une quantité appréciable de matériel pédagogique disponible en ligne. Or, celui-ci devra être sous licence Creative Commons Attribution 3.0 (cc-by), la plus libre de toutes celles qui sont proposées par l'organisation à but non lucratif Creative Commons.

Pour la future présidente-directrice générale de Creative Commons, il s’agit d’un pas de géant dans l’avènement de ressources éducatives libres de qualité et qui pourra être réutilisable partout dans le monde par le biais de portails comme OER Commons.

Au même moment, plusieurs acteurs de l’industrie de la publication libre, des organisations de formation en ligne et d’académies se réunissaient au campus de l'University of California Irvine pour débattre de la manière dont le libre a changé et changera la pédagogie universitaire. Tous sont tombés d'accord sur un constat : les ressources libres vont se généraiser dans les universités américaines, petites ou grandes.

L’exemple du MIT

Évidemment, tout le monde rêve d'égaler la performance que connait l'initiative OpenCourseWare du Massachusetts Institute of Technology. 93% des bacheliers (licence) de cette institution et 85% des étudiants en maîtrise ou en doctorat se servent de cette plateforme très renommée et respectée (mais ils ne constituent pas la majorité des utilisateurs, loin de là). Selon les respnsables de l'OCW, la mise en ligen de tous ces cours constitue un puissant outil de recrutement. 35% des inscrits ont admis, dans un sondage, avoir été influencés par le matériel libre disponible sur l’OCW! De plus, les enseignants du MIT disent s'être sentis obligés de réviser les cours avant de les mettre en ligne, alors qu'ils pouvaient les utiliser tels quels pendant des années dans les amphis.

Bien entendu, toutes les universités américaines n'ont pas les moyens de développer de telles bibliothèques virtuelles libres. Néanmoins, pour Gary Matkin, doyen de l’éducation continue et à distance de l’University of California Irvine, chaque campus pourrait se spécialiser dans un type de ressources libres. Ainsi, certains pourraient favoriser la mise en ligne de manuels alors que d’autres privilégieraient les vidéos sur YouTube accessibles à tous. Une chose est sûre selon G. Matkin : d'ici peu, les ressources en ligne libres serotn aussi évidentes que les bibliothèques physiques sur les campus.

G. Matkin parle en connaissance de cause puisque son université fut l'une des premières à mettre en place un OpenCourseWare, avant le MIT. D’autres, comme l'Université Rice à Houston, participent grandement à Connexions ou à iTunes U. Créé sous l'impulsion de l'Open University britannique, iTunes U cumule d’ailleurs un total, en date du 14 février 2011, de 27 millions de téléchargements. L'Open U raflant à elle seule 20 millions de téléchargements.

Cet engouement pour le libre fait dire à plusieurs experts, dont le président de Flat World Knowledge qui offre des manuels numériques libres utilisés par plus de 800 institutions, qu'il n'est pas prêt de quitter le paysage éducatif.

Il est intéressant de constater que c'est aux Etats-Unis, pays de la libre entreprise et du libéralisme, que se sont développées les plus connues des initiatives en faveur des ressources libres, des licences Creative Commons créées par Lawrence Lessig à l'Université de Harvard, à la dotation fédérale pour la création de resosurces éducatives libres, en passant par l'Open Course Ware du MIT et la création du portail OER Commons. Souhaitons que des pays qui défendent une vision a priori plus équitable de l'accès à l'éducation soient inspirés par ces initiatives qui, rappelons-le, constituent en outre d'excellents moyens de promotion des savoir-faire éducatifs de chaque institution.

"Open courseware on every campus by 2016?", eCampus news, 14 février 2011

Illustration : Creative Commons BBBSteren GianniniCC BY 2.0

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné