Articles

Publié le 15 décembre 2019 Mis à jour le 19 octobre 2020

Et si 50% des stages ne servaient à rien ?

Oui mais alors que faut-il conserver et que faut-il éliminer?

Le stage est un colon

Le stage a colonisé le monde de la formation professionnelle. Il apparaît comme un mantra indépassable combinant un programme prédéfini, une salle de cours, un formateur, un groupe. Ce mantra est gravé dans le marbre depuis au moins l'après-guerre. Pourtant la stagification est décriée depuis 45 ans (Guigou 1975). Elle est une prolongation de l’esprit scolaire chez l'adulte quand bien même les différences entre pédagogie et andragogie sont établies comme nous le rappelle dans un numéro de la revue Savoirs jean Pierre Boutinet chercheur en sciences de l'éducation.

Un tropisme scolaire demeurera, nécessitant de se poser des questions spécifiques pour l’adulte :

  • « La formation ne vise pas comme l’éducation les initiations premières acquises dans le jeune âge ; elle concerne les initiations secondes auxquelles un adulte va se familiariser ».

  • « La formation n’est pas de tous les temps et de tous les lieux. Elle se donne comme le produit original d’un environnement culturel spécifique valorisant la mutation des savoirs et les changements dans les modes d’adaptation, cet environnement dit de modernité tardive ou de postmodernité ».

  • « Des temporalités qui se déploient sur du court terme en continuelle alternance avec les autres temporalités existentielles et sociales hors champ de la formation […°] des modes diversifiés d’aménagement des temporalités, des modes qui ont pour point commun les temporalités discontinues »

  • « La relative indiscipline dans laquelle s’organisent les pratiques de formation qui peuvent aller jusqu’à entrevoir leur propre négation, lorsque la formation se fait non formelle ou informelle, lorsqu’elle se dissout dans l’accompagnement ou l’explicitation d’une expérience »

Alors qu'il est établi, et prouvé régulièrement et sur une grande variété de métiers depuis des décennies et les travaux de Tough (2002), que l'on apprend de façon informelle et en situation, la forme canonique du stage reste l'alpha et l’oméga ultra dominant des investissements budgétaires. Alors que 70% de ce que nous savons provient de nos expériences, la plus grosse partie de notre attention est portée sur les stages. Pourtant les stages posent question.

Arrêtez de perdre du temps en poursuivant la logique des stages !

Le stage est juste une perte de temps tellement son format empêche d’apporter des réponses adaptées aux problèmes spécifiques rencontrés. Il a une faible valeur ajoutée par rapport à une activité réelle, car il en réduit considérablement la complexité et les incertitudes. Il se limite trop souvent à des apports de contenus devenus librement accessibles en ligne. Il souffre en outre d'une faible personnalisation et élude les historiques individuels.

Certains gestionnaires ont avalé tout cru le remède numérique mais les formations toutes à distance ou des hybridations forcées avec une ergonomie faible et des navigations linéaires ont peu convaincu.

Regardez plutôt les MOOC qui conservent moins de 10% de leurs auditeurs jusqu’à la fin des programmes. Ce qui importe c'est de savoir qui est là plutôt que l'évaluation des acquis, trop coûteuse pour les organisateurs. L’organisation insuffisante de la progression est notable quand un formateur mal à l'aise avec les méthodes pédagogiques se centre sur sa seule connaissance, évitant d'écouter les apprenants.

Les objectifs pédagogiques sont parfois plaqués à partir des croyances des formateurs ou des points clés définis par un tiers qui connait peu la réalité du travail ou l'a quitté depuis de nombreuses années.  Temps contraints et rythmes imposés répondent-ils aux biorythmes des apprenants ? Difficile quand chacun a le sien.

Le stage est une perte de temps avec des durées de déplacement incompressibles. Et puis s'extraire de son environnement de travail et de son équipe coupe du système d'action indispensable pour mettre en œuvre le nouveau savoir. Le départ en formation est contrôlé par un chef, un partenaire social, des règles budgétaires, bien souvent le moment autorisé pour se former est un moment décalé par rapport au problème rencontré.

La concurrence avec un tutoriel immédiatement disponible est vive. La décision d'une formation professionnelle par un autre que soi nie le besoin d'auto direction de ses propres apprentissages d'un adulte et ampute son autonomie. Ce qui est complétement contraire aux habitudes d’un adulte, qui, lorsqu’il a besoin d’apprendre une tâche pour bricoler ou cuisiner ou toute autre activité de la vie quotidienne, s’organise pour apprendre.

Les stages sont coûteux et difficiles à mettre en œuvre car il faut un nombre critique de participants pour favoriser les échanges. Et si la communication sur la date de regroupement est insuffisante il faut recommencer pour remplir le créneau horaire et consacrer un temps considérable pour cela. Et au passage l’objectif de remplissage prend l’ascendant sur la qualité de la composition d’un groupe.

Mais il y a encore pire. Il n'y a que peu d'évaluation en situation de travail de ce qui est appris. Ce qui se passe c'est une passivation des apprenants qui attendent qu'un programme se déroule. Ils sont placés en posture de consommateurs. Et ces consommateurs vivent la situation comme une récompense ou bien comme une punition sans lien avec une quelconque motivation.

Si vous croyez qu'avec l'ignorance vos problèmes seront résolus, évitez le stage

Le stage est le meilleur objet pédagogique qui soit. Organiserions-nous des apprentissages par essai et tâtonnements en chirurgie comme du temps d'Ambroise Paré ? « Faisons une ablation du foie et voyons si le patient respire mieux ». Laisserions-nous aux pilotes d'avions le droit à l'erreur ? Pas si sûr car un atterrissage approximatif peut s'avérer mortel.

Si l'expérience du terrain est essentielle, les pompiers et les militaires connaissent la valeur d'un aguerrissement progressif. On apprend d'abord à tirer à distance du danger avant d'être éprouvé par les incertitudes du réel. Le stage est un bac à sable sécurisé ou il est possible d'essayer avec un risque amoindri. C'est une opportunité de rencontrer d'autres professionnels, de disposer d’un temps de retrait de sa situation de travail. Cette possibilité de réflexivité et de mise à distance des situations problèmes aide à envisager sans trop d'enjeux des solutions nouvelles.

En effet le stage permet la découverte de contenus et de méthodes innovantes. Un des points plébiscités en dehors de la qualité des services proposés (restauration, salle, temps de détente…), c'est la dynamique de groupe pour apprendre en particulier les échanges entre pairs. Ceux-ci ouvrent à des conflits cognitifs qui facilitent les changements de croyances les plus ancrées.

Le stage est aussi souvent l'occasion d'un changement de lieu et permet de casser la routine du travail. Le droit à l'erreur (encadré), la variété des approches proposées stimulent le cerveau et ouvre le champ des possibles. Les possibilités d'entraînements, d'exercices, d'études de cas rares offrent une possibilité d'aborder des points délicats inexprimables en contexte professionnel. Enfin l’écoute attentive d'un formateur permettra la meilleure adaptation possible.

Que reste-t-il des stages ? 

Le stage fait toujours l'objet d'un suivi de gestion : on compte soigneusement les corps présents mais sans savoir ce que les participants ont réellement appris, ce qui reste très aléatoire tellement le stage est une coproduction entre la situation proposée et l’engagement ou non de l’apprenant.  Si les corps sont additionnés par les comptables, qui se soucie des esprits engagés ?

Le numérique apporte son lot de questions, qu'évaluer quand les corps sont absents ? La question de l’évaluation des effets des stages se repose. Incidemment le passage de la gestion de formation à l'apprenance gagne du terrain par ce chemin digital. C'est peut-être l'un des bénéfices principaux tellement demeure incertain le plus des pédagogies digitales (Pas de différence significative).

Si on n'apprend ni mieux ni moins bien en ligne du moins on se repose des questions sur la façon de le faire. Le stage a encore de beaux jours devant lui car les contacts avec d’autres que soi reste le plus court chemin pour apprendre.

Sources

Boutinet, J. P. (2007). Des sciences de la formation peuvent-elles exister et avec quelle spécificité épistémologique ? Savoirs, (1), 41-44.
https://www.cairn.info/revue-savoirs-2007-1-page-41.htm


Tough, A. (2002). The iceberg of informal adult learning. New Approaches to Lifelong Learning (NALL) working Paper, 49-2002.

Guigou, J. (1975). La stagification. Éducation permanente, 31, 3-25.

Thot Cursus – Cristol Denis – Pas de différence significative
https://cursus.edu/articles/42703/pas-de-difference-significative

Inexfor – Organiser les biorythmes pour réussir 
https://www.inexfor.com/metier-formateur-organiser/les-biorythmes-pour-reussir/
 

C-Campus - Blog formation-entreprise - Conflits sociocognitifs
https://www.blog-formation-entreprise.fr/concept-pedagogique-principes-daction-2-le-conflit-socio-cognitif/
 

 


Mots-clés: Formation Continue Dynamique De Groupe stage adulte essai erreur

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !