Articles

Publié le 02 février 2020 Mis à jour le 03 février 2020

Brexit et gaélique

L'avenir des langues d'Écosse au lendemain du Brexit

« Je ne suis pas un Anglais, je n'ai jamais été Anglais, et je ne veux jamais en être.
Je suis un Écossais ! Je le serai toujours. »

Sur ces quelques mots, Sir Sean Connery (acteur Écossais - pas Anglais ! - né en 1930), le célèbre premier James Bond au cinéma, met immédiatement les choses au point : Anglais et Écossais sont deux citoyennetés différentes. Mais ce problème ne semble pas dater d’hier et ne va pas aller en s’améliorant au vu des récents évènements politiques qui se sont passés au Royaume-Uni. En effet, le 31 janvier 2020, le Brexit entrait officiellement en vigueur, creusant encore un peu plus ce fossé séparant l’Angleterre de l’Irlande, et surtout de l’Écosse.


En quoi l’Écosse se démarque-t-elle du reste du Royaume-Uni, plus particulièrement au niveau linguistique ? Et surtout en quoi le Brexit va-t-il devenir un véritable problème à valeur pédagogique dans ce coin de pays ? Enfilez vos kilts, mettez votre tartan, et direction le pays du whisky, des Highlands, du Loch Ness et de la cornemuse !


Indépendantistes


Fin novembre 2019, j’ai voyagé en Écosse et j’ai pu découvrir un pays riche en culture, traditions et fier de son authenticité et des racines gaéliques. L’Écosse n’est pas l’Angleterre et c’est en effet bien le sentiment qu’on a quand on se balade dans le vieil Édimbourg, Glasgow ou dans les terres des Highlands. Certes, on parle anglais, certes, on paye en livres sterling (mais en livres écossaises, même si nulle part on ne vous refusera les traditionnelles livres britanniques !), mais attention, ici, ce n’est pas l’Angleterre.


L’Écosse, c’est plus de 5 millions d’habitants sur une superficie de 78.772 km2. L’anglais est bien la langue administrative, mais deux langues régionales sont reconnues : le gaélique écossais et le scots.


Mais si l’Écosse se revendique bien d’une chose, c’est de son désir d’indépendance. En effet, jusqu’au 1er mai 1707, le royaume d’Écosse était encore un État souverain. Ce n’est qu’à compter de cette date que le Royaume d’Angleterre, puis de Grande-Bretagne a été instauré. Depuis lors, l’Écosse ne rêve plus que d’une chose, c’est de recouvrir son indépendance… et récupérer tous ses droits, à commencer par celui de sa langue.


Écossais jusqu’au bout de langue !


98% des Écossais ont l’anglais pour langue maternelle, mais un anglais teinté d’accent scots et de certaines particularités lexicales et grammaticales. Quant au gaélique, seul 1,3% de la population est capable de le parler, lire et comprendre. Le Gàidhlig, ou gaélique écossais (à différencier du Gaeilge, le gaélique irlandais) est une langue celtique, elle-même rattachée à la famille de langues indo-européennes et compte environ 60.000 locuteurs, dont environ 2.000 en Nouvelle-Écosse, au Canada !


Historiquement, le gaélique écossais est fortement lié à l’irlandais, pendant la période des Grandes Invasions (Barbares) entre le IVe et le VIIe siècle. La particularité de cette langue est que son alphabet comporte 18 lettres, chacune portant le nom d’un arbre ((ailm - orme, beith - brith, call – noisetier…). 


Le scot, quant à lui, est reconnu comme langue régionale, selon la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Il est parlé par 1,5 million de personnes en Écosse et plus de 300.000 en Ulster (Irlande). En opposition avec le gaélique, qui est traditionnellement la langue des Highlands (les hautes terres), le scot est davantage parlé dans les Lowlands (les basses terres) et découle du vieux northumbrien, un des dialectes septentrionaux du vieil anglais. Puisqu’il n’y a pas d’unité de régulation à son sujet, il n’existe pas d’orthographe standard en scot. Toutefois, vous connaissez la chanson « Ce n’est qu’un au revoir », souvent chantée à l’occasion des fêtes du nouvel an ? He bien, il s’agit tout simplement d’une chanson traditionnelle écossaise dont le titre original est Auld Lang Syne (littéralement, « le temps jadis » en scot) !


Et demain ?


Vient le délicat problème du Brexit, le 31 janvier 2020, qui sonne la fin d’une ère pour l’Écosse, à commencer par une rupture des mécanismes de protection des droits européens en ce qui concerne la protection du gaélique et du scot. Le Brexit semble être le bon motif pour déclencher pour de bon le départ de l’Europe du Royaume-Uni, ce qui lui permettrait de redevenir indépendant et surtout… de retrouver sa langue !


En effet, outre les transformations économiques, culturelles et institutionnelles, l’Écosse mise surtout sur un retour du gaélique écossais comme langue officielle, en lieu et place de l’anglais. 

Langue en voie de disparition, minoritaire ? Non ! Le gaélique est bien vivant et ne cesse même de reprendre des forces, à commencer par le succès (inattendu) du nombre d’apprenants à ce cours en ligne du célèbre Duolingo : près de 140.000 inscrits moins de deux mois après le lancement de cette nouvelle langue sur la plateforme d’apprentissage, représentant alors la plus forte progression du site, toutes langues confondues !


Certes, la majorité (80%) de ces locuteurs en herbe du gaélique vient d’Écosse, mais cela prouve bien que les Écossais se sentent prêts, et surtout motivés, à redécouvrir leurs racines linguistiques et à les mettre en pratique. Le porte-parole de Duolingo précise même : « ce cours de gaélique a été demandé et créé par une communauté très passionnée comprenant des enseignants, des étudiants et des personnes retraitées ».


Et demain ? Ce renouveau culturel progressif continuera-t-il à prendre de l’ampleur, permettant aux Écossais de rendre leur situation linguistique plus confortable, plus apte à accueillir ce nouveau changement dans le cas d’un éventuel retour à son indépendance ?


Le Brexit, le Royaume-Uni, c’est peut-être bien « Auld Lang Syne » pour les Écossais…


Sources et illustrations 


- Écosse, Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Écosse

- Gaélique écossais, Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaélique_écossais 

- Scots, Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Scots 

- les grandes invasions, Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Invasions_barbares 

- le northumbrien, Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Northumbrien

- l’étonnant succès du gaélique écossais dans les cours en ligne, Les Échos, 01/2020, https://www.lesechos.fr/monde/europe/letonnant-succes-du-gaelique-ecossais-dans-les-cours-en-ligne-1160617 

- Brexit : révolution écossaise et nord-irlandaise au Royaume-Uni, Bretagne actuelle, 12/2019, https://www.bretagne-actuelle.com/brexit-revolution-ecossaise-et-nord-irlandaise-au-royaume-dangleterre/accueil-top/

- En Écosse, la conception du nationalisme n’a rien à voir avec la nôtre, Slate, 11/2019, http://www.slate.fr/story/184701/nationalisme-ecossais-ecosse-angleterre-royaume-uni-brexit-identite-nationale

- Inscriptions en gaélique, https://pixabay.com/images/id-981895/ 

- Écossais en kilt et cornemuse, https://pixabay.com/images/id-349717/ 

- Duolingo gaélique, https://pbs.twimg.com/media/EKZ5UYaWkAEuLRs?format=jpg&name=medium 


Mots-clés: Langue Écosse brexit gaélique indépendance

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !