Articles

Publié le 24 février 2020 Mis à jour le 20 octobre 2020

5 questions à Sergey Grigoriev sur l'éducation en Russie

Enseignant à l’Université de la ville de Moscou et rédacteur en chef de «Informatics and Education»

Collège Moscou

J’ai rencontré Sergey Grigoriev lors du Congrès Edu Summit en 2019 à Québec. Passionné d’informatique et de pédagogie, enseignant à l’Université de la ville de Moscou et rédacteur en chef de la revue «Informatics and Education», j’ai pensé qu’il était bien placé pour nous donner un point de vue actuel sur certains aspects de l’éducation en Russie. 

Bien sur que nous savons qu’une méfiance inculquée depuis notre enfance teinte les communications entre la Russie et l’Occident en général, mais nous sommes certains que la meilleure façon d’en venir à bout est la communication.

Je lui ai présenté 5 questions auxquelles il a aimablement accepté de répondre. Les échanges se sont fait par courriel et par traduction automatique via deepl. Certaines tournures de phrases ont été modifiées, mais pour l’essentiel, le sens a été préservé.


D.L.


Vue de l’Ouest, la Russie inspire à la fois crainte, respect et curiosité, mais nos impressions sont fondées sur assez peu d’éléments. Plus spécifiquement, au niveau éducatif, la Russie fait face à plusieurs défis qui lui sont très spécifiques et dont nous pourrions certainement apprendre.

1- Avec ses quelques 160 nationalités (Tatars, Bachkirs, Tchouvaches, Tchétchènes, etc.), comment le système éducatif russe fait-il pour unir, respecter ou mettre en valeur toutes ces cultures ? Y a t’il une politique nationale culturelle ? Est-ce que la diversité est encouragée ou au contraire évitée, par exemple dans les manuels, par l’engagement des enseignants, etc.  ?


S.G.

Le fait est que je ne suis pas un expert sur un certain nombre de questions, mais elles sont pertinentes.

En effet, beaucoup de peuples, de confessions différentes, de traditions culturelles différentes vivent dans notre pays. Il existe différents points de vue sur la question nationale.  Je ne peux pas les décrire tous. Je vais parler de mes impressions personnelles.

Je suis né dans la ville de Kazan - c'est une vieille ville, de plus de mille ans. Elle est situé sur les rives de la Volga, la rivière principale de la Russie. La famille de mon père vit dans cette ville depuis plusieurs centaines d'années. Je suis russe et orthodoxe.

De nombreuses nationalités vivent dans cette ville, actuellement c'est la capitale de la République du Tatarstan. Presque tous les Tatars parlent russe. Beaucoup de russes parlent le tatar. Par exemple, ma grand-mère parlait avec peu ou pas d'accent. Je n'ai pas vécu à Kazan depuis longtemps, mais je me souviens de quelques mots et, en parlant à mes amis, j'aime montrer la connaissance de la langue tatare.

Les enfants de différentes nationalités apprennent ensemble.

J'ai étudié à l'Université de Kazan à la faculté de Mathématiques. Cette université a été fondée en 1804, il y a plus de deux cents ans. Parmi les étudiants et les professeurs de l'Université de Kazan, il y avait toujours des personnes de différentes nationalités.

Mon expertise porte sur les mathématiques, les technologies de l'information et les méthodes d'enseignement de ces disciplines. Mais j'ai un passe-temps : l’histoire. J’ai écrit il y a quelques années un travail consacré à la question nationale dans l'Empire russe. J’y examine les aspects «génétiques», archéologiques, documentaires et personnels des relations nationales dans mon pays, du IXe siècle au XIXe siècle. Je le rapportais à l'Université de Glasgow ( à l'époque, nous avions une subvention avec les universités de Bologne, Lisbonne, Glasgow). Il serait intéressant d'en discuter et d’approfondir la question. Elle est complexe et ne se réduit pas simplement.

 
DL

2- Est-ce que les préoccupations environnementales commencent à faire partie des programmes d’éducation (au primaire, secondaire) ou de recherche ?
Dans les écoles de l’Ouest et dans les universités, beaucoup de politiques pro-environnement sont mises de l’avant. Est-ce le cas en Russie ?


S.G.

Les questions d'écologie ne sont pas mon sujet, je ne peux pas juger avec certitude de ces problèmes. Mais je sais que ces problèmes sont discutés à l’école.


3- De par son immense territoire et sa faible fécondité, la Russie est appelée à devenir de plus en plus une terre d’accueil et d’immigration.
Quels sont les efforts consentis et les politiques d’intégration mises en place pour accueillir toujours plus d’immigrants dans le système scolaire ?
Apprentissage de la langue et de la culture, équivalence des diplômes, visas, accès à la citoyenneté, accès à l’école, au logement, aux bourses d’étude, etc.


S.G.

La question des relations nationales, l'arrivée des migrants et d'autres problèmes se posent. Cependant en Russie, il n'y a pas une telle situation que dans la partie occidentale de l'Europe. L’afflux de migrants n’est pas aussi intense. J’ai été dans de nombreux pays. Je dirais qu'en Russie, la situation est sous contrôle.


D.L.

4- Beaucoup de découvertes fondamentales sont faites par des chercheurs russes.
Du tableau périodique des éléments jusqu’aux engins hypersoniques, comment expliquez-vous cette vitalité de la recherche en Russie, malgré des moyens financiers réduits ?
Y a t’il une organisation de la recherche qui facilité le travail des chercheurs ?


S.G.

En ce qui concerne les découvertes de nos scientifiques, le niveau de formation des étudiants, vous avez raison : la technologie de traitement des métaux, la Grande route sibérienne – le plus long chemin de fer, l'avion et l'hélicoptère multi–moteurs, la télévision, le satellite, le vol spatial habité (cette liste est longue) - sont des inventions russes. 

Pourquoi cela est-il devenu possible est une question dont la réponse est simple. De la fin du XIXe à la fin du XXe siècle en Russie, la meilleure éducation mathématique était offerte. Et cette éducation était accessible à presque tout le monde. Bien sûr, sa maîtrise nécessite un effort intellectuel considérable. Malheureusement, il y a actuellement une dévaluation des programmes éducatifs, compte tenu de l'expérience de l’Occident.


D.L.

5- Est ce que l’accès à l’éducation pour tous est toujours une priorité d’État ?
Au niveau pédagogique, est ce que les efforts financiers sont au rendez-vous pour équiper les écoles d’Internet et d’ordinateurs à l’échelle du pays ou est-ce réservé uniquement aux grands centres urbains ?


S.G.

Depuis 1985, toutes les écoles du pays dispensent une formation dans les domaines de l'informatique et des technologies de l'information. À l’heure actuelle, presque toutes les écoles et universités sont équipées d’ordinateurs et l’accès à Internet est assuré dans la quasi-totalité du territoire. Il peut être soit via une connexion cellulaire, soit via des fils et des lignes optiques.


Désolé de ne pas avoir répondu complètement à vos questions.


D.L

Nous pourrons certainement enrichir cette article dans une seconde occasion. Merci


Illustration : tpsdave - Pixabay


Mots-clés: Russie École

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !