Articles

Publié le 03 mai 2020 Mis à jour le 05 mai 2020

D'une lecture de l'espace du formateur à son agir pédagogique - [Thèse] Sylvain Riss

Une clinique de l’activité spatiale du formateur

Espace, pouvoir, être

La thèse de Sylvain Riss «D'une lecture sémiologique de l'espace du formateur à son agir pédagogique» s’intéresse à un impensé de la pédagogie : le rapport entre l’espace du formateur et sa pédagogie.

Par le moyen d’une recherche-action Sylvain Riss cherche à décrypter les influences du formateur sur son milieu et les effets en retour. Il s’efforce tout d’abord de décrire ce qu’il entend par milieu et se centre sur l’espace du formateur avec les notions d’espacement, d’espace symbolique et de creux dans la continuité.

Il rappelle la situation particulière du formateur dans un espace de pouvoir et la construction de sa posture d’autorité. Il note également toute l’importance de situer l’espace dans la globalité d’une géopolitique du lieu de formation et de la place et du rôle du lieu dans un dispositif.

Un lieu pour apprendre et enseigner

Pour Riss, l’espace contribue à la mise en  tension vers un objectif d’apprentissage. Il existe en effet une relation entre le périmètre territorial du formateur, le périmètre d’apprentissage et l’espace de formation. Pour Riss  « Cette relation n’est pas nécessairement conscientisée, intégrée à nos esprits de formateurs, apparente, mais catalysée par l’espace ». 

Cette zone de rencontre tient de la notion d’écotone évoquée par  Abbas (2012), qui est une « zone de transition écologique entre deux écosystèmes, c’est l’espace de négociation qui ajuste perpétuellement ses frontières et les territoires ». La notion d’écotone est issue de l’écologie et signifie «zone de transition et de contact entre deux écosystèmes voisins». L’écotone est donc un espace interface un milieu hybride ou les écosystèmes floraux et animaux sont contigus. En formation c’est un espace contingent, de friction, de négociation.  Ce tiers espace se négocie progressivement se territorialise et se naturalise. Des points de densité apparaissent.

Mais il existe aussi des « terrains-vagues » ou espaces transitionnels, qui sont des coulisses et des espaces postérieurs dans la présentation de soi, des espaces de contrebande, des espaces hostiles, des espaces neutres dans les espaces de l’homme, des zones tampons, des lieux stratégiques de repli et d’échange, ou aussi des terrains d’aventure dans l’imaginaire.

Ces « no man’s land » (espace devant le vidéoprojecteur, recoin, seuil ou lieu de passage, espaces indéfinis donne à lire la liberté offerte aux apprenants et aux formateurs. Dans la multiplicité des espaces le formateur erre, c’est-à-dire qu’il se déplace et construit une géométrie de l’espace, cette géométrie du mouvement porte un sens. L’espace est en effet socialement connoté entre l’espace conçu, l’espace de représentation est l’espace vécu, qui renvoient à des registres d’objectivation scientifique, phénoménologique voire psychanalytique.

Pour construire un diagnostic spatial , Riss s’appuie sur le triangle pédagogique de Houssaye et décrit trois postures du formateur :

  • La posture de l’artisan - le formateur explicatif : révélateur d’une philosophie analytique des langages formels et naturels. C’est le programme qu’inaugure le positivisme logique (1930) et qu’on peut qualifier de théorie descriptive de la connaissance.

  • La posture du jardinier - le formateur constructiviste : tenant d’une science des systèmes cognitifs naturels et artificiels. C’est le programme inauguré par Piaget et qui aboutit aux théories représentationnistes de la connaissance.

  • La posture du médiateur - le formateur dialoguiste : issue d’une théorie des jeux de langage. C’est le programme inauguré entre autres par Wittgenstein et qui débouche sur les théories pragmatiques de la connaissance.

Puis pour bâtir sa méthode d’observation des espaces il cherche à comprendre l’architecture, il reprend à son compte la proposition de Marcel Mauss et de son manuel d’ethnographie qui propose le principe d’action suivant : « Pour étudier la maison, procéder en architecte ». Il convient donc d’étudier les fondations du terrain avant même de s’en approcher.

Il retient ensuite 4 points de vigilances de Piveteau et Lardon (2002) pour mener à bien ses observations :

  1. La traduction de phénomènes en objet et processus spatiaux.
  2. L’explicitation des modèles sous-jacents, donc la capacité à formuler, derrière l’observation d’une régularité spatiale, un modèle explicatif et au besoin le valider.
  3. La combinaison ou la capacité à mettre en relation et à analyser les cohérences entre les différents objets et les différents processus analysés.
  4. L’évaluation, ou la capacité à passer d’un modèle spatial à la formulation d’un jugement.

Sylvain Riss complète son dispositif avec 7 principes organisateurs des espaces : appropriation, échanges, gestion, affectation, polarisation, flux et transformation.

Riss utilise la photographie avec des prises de vues à plusieurs moments de la journée (avant/après) en compléments d’un outil d’observation des mouvements du formateur. La calcographie de (Deligny, 2007) qu’il emploie est un relevé des déplacements du formateur sur un calque dans une salle. 

Pour finaliser le relevé de traces du mouvement du formateur, il structure l’espace à observer par un maillage (disposition spatiale, proxémie, distances et territorialités), un quadrillage (proxémie, territoires et seuil), une hiérarchie (individu/groupe, approches multi-référentielles, fixité spatiale, rapport aux savoirs, autorité) et des contacts (décor, coin).

Il identifie des façons de spécifiques des formateurs de gérer leur polarité et de théâtraliser leurs interventions à la façon de prêtre (assurant un prêche), de citadin (réalisant un stand-up) ou de marin (naviguant dans l’espace). Pour ces trois figures archétypiques, il analyse les polarités, les tropismes et les dynamiques.

L’auteur reprend point par point son approche et détaille avec bonheur sa méthodologie comprenant :

Étape n°1 : Travail sur calques - la cartographie

Étape n°2 : Instruction au sosie

Etape n°3 : Questionnaire au formateur

Une magnifique thèse bien écrite et particulièrement documentée qui nous permet de mieux pénétrer ce que pourrait être une « clinique de l’activité spatiale du formateur »


Sources

Riss, S. (2013). D'une lecture sémiologique de l'espace du formateur à son agir pédagogique (Doctoral dissertation, Université de Lorraine).
https://www.researchgate.net/publication/333204450_D'UNE_LECTURE_SEMIOLOGIQUE_DE_L'ESPACE_DU_FORMATEUR_A_SON_AGIR_PEDAGOGIQUE


Mots-clés: Espace D'apprentissage Écologie Formateur écosystème clinique Mésologie milieu thèse posture

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !