Articles

Publié le 24 mai 2020 Mis à jour le 19 octobre 2020

Autarcie linguistique

Quand les langues survivent à l'envahisseur

En ce premier semestre de 2020, le monde entier connaît une étrange crise qui nous pousse tous à vivre comme en autarcie, physiquement coupés du monde. Mais le fait de moins dépendre de la société nous permet-il de nous en libérer complètement, de ne plus faire partie de cette mondialisation ?

Épictète, érudit philosophe Grec (50-135 ap. J.-C.), disait de la liberté qu’elle était l’indépendance de la pensée. Peut-on alors se considérer davantage libres sans les autres ? Le terme d’autosuffisance peut-il également s’appliquer dans un contexte linguistique ? Cela fonctionne-t-il à court et à long terme ?

Bienvenue en autarcie linguistique, à la rencontre de deux peuples d'irréductibles protecteurs de leurs langues…

Les Amish


Communauté autarcique par excellence, les Amish forment une communauté à part, en marge de la société.   Leur crédo résume à lui seul cette envie d’indépendance et d’émancipation par rapport au reste du monde : « Tu ne te conformeras point à ce monde qui t’entoure ».

Fondée en 1693 en Suisse par Jakob Amman, la communauté amish vit principalement en Amérique du Nord (Pennsylvanie et Ohio surtout, mais aussi en Ontario) et se veut anabaptiste.

Ils mènent une vie très authentique, simple et modeste, bannissant l’usage de l’électricité, de l’automobile, du progrès et des influences du monde extérieur. Pourtant situés dans un contexte anglophone, les Amish parlent toutefois un dialecte allemand appelé «Pennsylvania Dutch».

Attention, ici le mot « Dutch » ne renvoie pas à la traduction du mot « néerlandais », mais bien au mot « allemand » (deutsch en version originale). On retrouve d’ailleurs, aujourd’hui encore, ce même dialecte dans le canton de Berne, en Suisse, qui est, rappelons-le, le pays d’origine du créateur de cette communauté religieuse, mais aussi en Alsace et en Lorraine, dans l’est de la France, où ce type de langue alémanique est toujours d’actualité.

À noter que pour les Amish, ceux qui ne parlent pas leur langue, le Pennsylvania Dutch, sont des « English ». On ne badine pas avec la langue chez les Amish !

Les Québécois


Bon, ici le terme d’autarcie est moins radical que pour le précédent exemple, car n’oublions pas que cette doctrine concerne généralement « le système économique d’une collectivité, qui peut suffire à tous ses besoins et qui vit seulement de ses propres ressources » (définition d’Antidote).

Or, le Québec est une province à part entière du Canada et donc, en tant que tel, ne vit pas en autarcie complète. Toutefois, en ce qui concerne la langue, il convient de souligner que la Belle Province « résiste encore et toujours à l’envahisseur » (pour reprendre les mots d’Albert Gosciny, le créateur d’Astérix), l’anglais, qui domine sur tout le territoire nord-américain. Certes, le Canada est officiellement bilingue, mais si au Québec on vous accueillera même en anglais, on ne pourra pas en dire autant du reste du pays…

Même à Ottawa, la capitale du Canada, nombreuses sont les institutions qui ne seront pas capables de vous répondre dans la langue de Molière… Mais revenons au Québec ! C’est en 1534 que le navigateur français Jacques Cartier arrive dans le Nouveau Monde, alors baptisé la Nouvelle France. La langue des colonisateurs est la même que celle parlée alors dans le Paris du XVIIe siècle et, au fil du temps, elle évoluera elle aussi afin de devenir une variante de la langue française, le français québécois.

Bien conscient de la pression environnementale anglophone dans laquelle évolue le Québec, le Gouvernement fédéral du Canada a décidé, en 1960, « d’adopter des politiques de bilinguisme pour l'administration publique et les services de l’État ainsi que pour l’étiquetage et l’emballage », calmant alors la grogne des francophones qui se sentaient lésés par rapport au reste du pays où l’anglais prédominait sans partage.

En 1977, une autre étape importante est franchie pour la protection du français avec la création de la Charte de la langue française (plus connue sous le nom de Loi 101 au Québec) qui propulse le français à la première place et revendique même sa seule et unique place de langue officielle de la province. Les Québécois sont conscients de la fragilité de leur langue dans un tel contexte géographique et c’est pourquoi on peut ici parler de véritable autarcie linguistique. Le français leur est cher et ils ne veulent pas le perdre...


Ces deux exemples, tous deux situés sur le nouveau monde, prouvent bien qu’en dépit du temps et de l’espace, quand une communauté veut vivre de façon autonome et indépendante, à savoir économiquement avant tout, il en ira sans doute de même en ce qui concernera son autarcie culturelle et linguistique.

Ainsi, que ce soit pour les Amish qui n’ont jamais cessé de parler leur dialecte suisse alémanique depuis plus de quatre siècles, ou encore les descendants des premiers colons français et des Filles du Roy qui ont peuplé la Nouvelle-France et fait perdurer la langue française jusqu’à nos jours, il semble aller de soi que la liberté de la langue ne dépend pas des seuls contextes politico-géographiques, mais plutôt d’un désir d’une collectivité à maintenir ses traditions culturelles et linguistiques.  Bien d'autres communautés dans le monde entreprennent de préserver leur langue en l'affirmant dans ses usages quotidiens.


Sources et illustrations 

- Les Amish, Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Amish

- Le français québécois, Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Français_québécois

Amish et son buggy, Pixabay, https://pixabay.com/images/id-1618779/

Samuel de Champlain (fondateur de la ville de Québec),Pixabay, https://pixabay.com/images/id-1750690/

Seul contre tous, Pixabay, https://pixabay.com/images/id-407081/



Mots-clés: Langue Française Québec langues amish québécois autarcie

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !