Articles

L’image créée par les internautes plus rapide, fiable et détaillée que celle des détecteurs.

Par Denys Lamontagne , le 13 avril 2009

L’histoire du service Internet du Centre sismologique euro-méditerranéen (CSEM) donne une image tout à fait originale.

Peu après la mise en ligne de son site Internet, les administrateurs du site ont rapidement constaté que les pics d’achalandage de leur site avait toutes les caractéristiques de celui de leurs sismographes.

En investissant un peu d’attention et de développement informatique, ils ont conçu un logiciel qui permet d’associer les pics de fréquentation précoces avec les zones géographiques d’origine des internautes et, en moins de cinq minutes (bientôt deux), de déterminer avec précision l’origine et l’intensité du tremblement de terre.

Cette performance est  impossible à réaliser avec les sismographes, puisque ces derniers doivent attendre la réception décalée des ondes p et s, qui ne voyagent pas à la même vitesse, pour connaître la distance approximative d’un tremblement de terre, décalage de plusieurs minutes, puis de recouper ces données avec d’autre sismographes distants et par triangulation de déterminer le lieu d’origine, ce qui prend encore plus de temps.

Mieux encore, les internautes par leurs commentaires peuvent donner des informations qualitatives et même des photos ce qui permet d’alerter les autorités avec des informations fiables.

Le pire scénario étant des accès régionaux très nombreux mais aucun provenant de la zone touchée, qui n’a plus d’accès directs.  

L’intérêt du service est qu’à toute heure du jour ou de la nuit, on trouve toujours des internautes branchés et que, quand la terre tremble, ce que ceux-ci faisaient perd soudainement beaucoup d’importance et que ce n’est qu’une question de secondes avant qu’ils ne tapent «tremblement de terre» dans un moteur de recherche et qu’ils aboutissent sur le site de référence...

Ainsi l’image créée par les internautes offre de meilleures qualités que celle des sismographes. Ces derniers sont comme autant de pixels des capteurs des appareils photo numériques. La clé étant de réussir à déterminer la position exacte des capteurs pour parvenir à créer une image cohérente.

Pour plus d’informations : 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné