Articles

Les adolescents à l'école

Par Christine Vaufrey B , le 14 octobre 2009

Philippe Meirieu a écrit un chapitre de l'ouvrage Cultures adolescentes, publié en 2008 par les éditions Autrement. Son texte est en accès libre sur son site.

Dans ce chapitre, Philippe Meirieu traite des relations compliquées entre l'école et les adolescents. Aujourd'hui, l'école vit l’arrivée des « ados » comme une invasion de « barbares » qui font voler ses principes en éclats. Pourtant, il n'en a pas touours été ainsi : jusqu'en 1968 environ, l'école intégrait parfaitement les adolescents "révoltés", et leur donnait même les moyens d'exprimer cette révolte. Ceci, parce que les jeunes d'alors n'était pas en révolte contre la culture scolaire, mais contre la culture sociale. Les penseurs "révoltés" ou de rupture furent souvent d'excellents élèves.

Mais aujourd'hui, le divorce est consommé entre une large proportion d'adolescents et leur établissement scolaire. Meirieu voit plusieurs causes à cela :

  • L'école sépare les "enfants" des "adultes", ceux qui apprennent et ceux qui enseignent. Cette séparation perdure jusqu'à la fin du lycée, et même pendant les premières années d'enseignement supérieur. Ceci, alors que les jeunes vivent une période de mutation, voire de migration d'un état à l'autre. Rien ne prend en compte cette mutation dans le système scolaire.
  • L'école ne propose que des savoirs objectifs, détachés de l'existence de ceux qui sont censés les acquérir. Cette mise à distance est évidemment positive, dans la mesure où elle permet de s'ouvrir au monde, de relativiser ses propres expériences et de les relier à celles des autres. Mais les adolescents ont des difficultés à vivre cette mise à distance; ils ne sont pas accompagnés pour cela. 
  • La société produit une "culture jeune" largement relayée par les marchands qui voit dans les jeunes un marché très lucratif. Cette culture valorise le profil indifférent / agressif du jeune face aux savoirs scolaires. Les manifestations de la cette culture rejettent les langages valorisés dans le cadre scolaire : tags, mangas, rap, culture gothique... 

Comme il semble impensable de laisser les adolescents aux portes de l'école, P. Meirieu propose différentes pistes qui permettraient à l'institution scolaire (et principalement aux lycées) de mieux prendre en compte les aspirations et capacités des adolescents :

  • Accroître leur participation. Actuellement, les lycéens bénéficient de multiples instances pour se faire représenter dans l'organisation scolaire, mais ils n'ont pas voix au chapitre pour ce qui les intéresse le plus directement, à savoir ce qui se passe pendant les cours. P. Meirieu propose d'engager le dialogue avec les élèves sur les méthodes d'apprentissage, de travailler avec eux cette question qui les concerne tous : comment apprendre mieux ?
  • Rééquilibrer le temps de travail et le temps d'écoute au sein des lycées. En classe, les élèves passent leur temps à écouter leurs professeurs, ils sont très peu actifs. P. Meirieu pointe là deux erreurs : d'une part, ils n'ont jamais appris à écouter, il faut donc leur apprendre; d'autre part, il faut cesser de repousser le travail (l'activité) sur le temps personnel, hors de l'établissement. Leur proposer des activités complexes et significatives, qu'ils mèneront seuls ou en groupes. Apprendre en faisant, en somme.
  • Relier les disciplines scolaires aux grandes questions qui ont toujours habité l'humanité. L'école manque de souffle dans ses enseignements ! Et les adolescents ne voient pas le sens des disciplines. Il  faut donc relier ces dernières aux questions fondamentales que se pose l'homme dans le monde. L'adolescence est précisément la période à laquelle ces questions émergent (qu'est-ce que le temps ? qu'est-ce qu'aimer ? pourquoi court-on tous vers la mort ? les objets existent-ils lorsque je ne les regarde pas ? Etc.), il serait dommage de ne pas leur montrer que les savoirs disciplinaires y répondaient, avant que leur scolarisation ne les vide de leur substance fondamentale.

Voici un texte conforme à ce que l'on attend de Meirieu : de grandes idées, du souffle, parfois une petite tendance à l'exagération : tous les adolescents ne vomissent pas l'école et s'en acclimatent plutôt bien, puisqu'une majorité d'entre eux décroche le Bac qui permet d'en sortir... Une lecture stimulante.


Adolescent à l'école : est-ce possible ? Philippe Meirieu

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné