Articles

Les garçons aiment-ils lire ?

Par Denys Lamontagne , le 27 janvier 2003 | Dernière mise à jour de l'article le 18 mars 2009

En 2003, Julie Smyth publiait Study says boys do read, they just don't read books et nous en rendions compte de la manière suivante :

"Les enseignants devraient permettre aux garçons d’utiliser du matériel de lecture non conventionnel en classe, tels des cartes de Pokémon ou des écrits sur les Simpsons car c’est ce qui les intéresse.

Des chercheurs ayant étudié les choix de lecture de jeunes albertains de six classes différentes de niveau primaire en viennent à la conclusion que les garçons, contrairement aux croyances populaires, sont aussi des lecteurs.

En fait, les choix de lecture imposés par le curriculum ne les intéressent pas: les concepteurs de cours veulent que les étudiants apprennent à aimer la «vraie» littérature, mais n’est-ce pas plutôt de l’impérialisme culturel alors que certains étudiants évoluent dans des milieux très pauvres ? C’est une des questions soulevées par Kathy Sanford, de la University of Victoria et co-auteure de l’étude.

Les chercheurs estiment que les garçons sont en fait mieux préparés à la vraie vie puisqu’ils apprennent dès leur jeune âge à développer des qualités pratiques, grâce, entre autres, à l’utilisation de l’informatique qu’il s’agisse de jeux ou de séances de clavardage. Les enseignants devraient utiliser du matériel qui corresponde aux besoins de ces étudiants; ils gagneraient à connaître les intérêts de leurs élèves et à en tirer profit pour stimuler l’acquisition des notions qu’ils ont à transmettre."

Mais les études se suivent et se contredisent... Récemment, une journaliste de Radio Canada a mené l'enquête  dans une classe, alertée par les statistiques montrant une nette différence entre les performances de lecture des filles et celles des garçons.

Et là, surprise ! Nos gamins lisent, et même, ils lisent des livres, des vrais, avec couverture et tout et tout. Mais de quoi parlent les livres qui emportent leurs suffrages ?

En premier lieu, d'aventure, d'horreur et de suspense. Les garçons adorent avoir peur (voyez le succès de la collection Chair de poule !). Idéalement, le livre ne doit pas être trop long. Enfin, c'est vite dit : nombre de garçons adorent les sagas en X volumes, tels Les Chevaliers d'Emeraude ou le cultissime Harry Potter.

Ce qu'ils n'aiment pas ? Les romans d'amour ! On s'en serait douté... Plus sérieusement, ils froncent toujours le nez devant les livres imposés à l'école. Ceci parce que la lecture "C'est un passe-temps, cela ne doit pas être obligatoire". Bigre, l'école a le chic pour détourner les jeunes de la culture, comme nous l'avions déjà remarqué ici...

La conclusion de la journaliste est bien simple : "les garçons peuvent aimer la lecture, en faire une passion même, mais certaines conditions doivent être réunies: les livres doivent être adaptés à leurs goûts (bien différents de ceux des filles) et à leur âge. De plus, les adultes doivent avoir l'esprit très ouvert face aux choix de lectures des jeunes et leur laisser le droit d'aimer des oeuvres moins sophistiquées". On ajoutera à ceci, bien entendu, l'ouverture aux outils informatiques qui, contrairement à ce que l'on redoutait, ont redonné un statut primordial à l'écrit...

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné