Articles

Simulations commerciales de métiers et d’activités : où finit le jeu ?***

Par Denys Lamontagne , le 29 janvier 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 17 octobre 2008

Certains jeux éducatifs méritent examen, ne serait-ce qu’en raison de leur succès populaire en plus des reconnaissances éducatives.

Par exemple le jeu Restaurant Empire récolte dans les forums des témoignages de joueurs où ces derniers affirment mieux comprendre ce qu’implique la gestion d’un restaurant et la gestion d’une entreprise en général. On est loin des seules qualités de «plaisir».

Description officielle du jeu :

«Avec pour seules bases de départ un peu d’argent et une passion pour la grande cuisine, construisez votre restaurant, décorez-le, engagez vos serveurs et préparez les repas. Il ne vous restera plus alors qu’à vous mesurer à la concurrence.

Ferez-vous appel à vos dons de cuisinier pour prendre le dessus sur la concurrence ? Quelle tactique appliquerez-vous pour devenir le meilleur ? A vous de décider. Avec son mélange de stratégie financière et de jeu de rôles, son mode de partie rapide, ses trois grandes villes et autres lieux, et la trentaine de chefs que vous pouvez incarner, Restaurant Empire vous promet vraiment un festin pantagruélique !»

Où finit le jeu et où commence l’apprentissage ? J’ai tendance à répondre que le jeu ne finit jamais pour un véritable entrepreneur; en fait il finit le jour où il devient sérieux, que les enjeux sont devenus trop lourds pour lui. Pour certains le crépuscule arrive tôt et pour d’autres ce jour ne vient jamais. La simulation permet de garder le jeu en jeu mais n’exclut pas l’apprentissage.

Dans Zoo Tycoon une personne apprend à constuire un Zoo à la fois viable, agréable pour les animaux, intéressant et esthétique pour les visiteurs.

«Zoo Tycoon 2 permet de construire un zoo avec 30 animaux détaillés des animations et une collection d’outils de construction et d’objets mis à la disposition des joueurs, parmi lesquelles se trouvent des options de modification du terrain plus faciles d’utilisation, des décors, du feuillage, des bâtiments à thème, des abris pour animaux et bien plus pour concevoir des zoos créatifs.»

On y apprend l’organisation spatiale de différents points de vue et la gestion économiquement viable.

Par rapport à un jeu comme « Bridge Construction Set», on réalise à quel point l’esprit du jeu enrichit une activité. Il s’agit plus que de construire un Zoo, il s’agit de faire vivre un Zoo, avec toute la complexité dynamique que cela implique.

Comme la Tamagotchi et ses clônes apprenait aux enfants un certain sens de la responsabilité, ces jeux-univers continuent à évoluer sans que vous puissiez tout contrôler directement. Les réponses à apporter seront nécessairement différentes d’une façon ou d’une autre et à ce titre cette dynamique apporte une imprévisibilité qui augmente radicalement l’attrait du jeu et de la participation. Ajoutez-y les possibilités de jouer en réseau et vous obtiendrez une simulation qui s’approche de la vie.

La vie est-elle un jeu ou pas ? Je crois qu’elle en est un, tout dépend de notre capacité à ne pas prendre le jeu au sérieux. Le jeu est-il éducatif ? Dans cette optique, assurément : en jouant on devient un meilleur joueur dans le jeu et dans le jeu de la vie en général.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné