Articles

Réseau francophone de ressources éducatives libres

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 09 mars 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 22 mars 2012

Un séminaire ouest africain sur les Ressources Educatives Libres s'est déroulé du 03 à 05 mars 2009 à Dakar (Sénégal), co-organisé par une dizaine d'organisations dont l'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation la science et la culture (UNESCO), les Ressources éducatives libres en Afrique francophone (REL-AF) et le Réseau africain MERLOT-MAN.

L'expression Ressources Educatives Libres (REL, OER en anglais, mis pour Open Educational Resources) fait référence, selon Wikipédia, à un mouvement mondial initié par des fondations, universités, enseignants et pédagogues visant à créer et distribuer via internet des ressources éducatives (cours, manuels, logiciels éducatifs etc.) libres et gratuites. Ce sont des ressources d’apprentissages, des ressources de soutien pour les enseignants, des ressources pour assurer la qualité de l’éducation et des pratiques éducatives.

Le séminaire de Dakar, premier du genre en Afrique de l'Ouest, a réuni une soixantaine de participants des ministères de l’Education, des secteurs de la recherche en Afrique et des institutions internationales, issus de 9 pays d'Afrique de l'Ouest, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Togo, la Côte d'Ivoire et le Sénégal.

Cette rencontre a permis de réfléchir sur les questions suivantes : « Comment les politiques peuvent-ils encourager les enseignants et formateurs à mutualiser leurs compétences pour augmenter le nombre de supports mis à la disposition de tous ? Comment produire ces ressources ? Comment les classer et permettre leur recensement de manière systématique et homogène ? Où trouver des ressources de bonne qualité sur Internet ? Comment se les approprier dans un contexte pédagogique ? Comment rejoindre et jouer un rôle actif dans la communauté des REL au niveau international ? Comment engager les enseignants ? ».

Elle se veut donc le point de départ d’un réseau francophone regroupant les différents participants, réseau permettant l'échange et le partage de ressources selon une charte préétablie et validée par tous.

Un réseau qui vient à point nommé quand on sait que la plupart des projets de REL sont jusqu'alors anglophones dans leur contenu ou dans leur inspiration comme Teacher Education in Subsaharan Africa (TESSA), Free/Libre Open Source Software for Education (FLOSS4EDU), Open-Of-Course etc.

Question de mentalité ou manque de volonté ? En tout cas, il est évident que ce réseau voit le jour dans un contexte où les REL ont de la peine à se faire une place. En soi, il s'agit d'un coup de pouce louable, mais il ne suffira pas à lui seul à produire un changement dans la sphère éducative. Le plus important sans doute, c'est la volonté des acteurs de premier rang, enseignants et formateurs, de produire eux-mêmes leurs ressources d'une part, de les mettre à disposition de tous d'autre part. Les questions de l'infrastructure technique, du respect de normes, du classement des ressources... sont secondaires et ne présentent aucun intérêt tant qu'il n'y a rien à partager. Cessons de tourner autour du pot, et de faire appel aux politiques quand c'est à nous de prendre des intitiatives.

Voilà, vous êtes parvenu à la fin de cet article. Et si vous commenciez à réfléchir à votre prochaine ressource d'apprentissage ?

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné