Articles

Principes guides fondamentaux pour un animateur de communauté virtuelle de pratique***

Par Denys Lamontagne , le 15 mars 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Les communautés de pratique virtuelle (CoPV) peuvent apporter des avantages importants dans les organisations et les institutions éducatives... cependant, il existe des conditions à mettre en place et à favoriser pour les voir se concrétiser.

Ces conditions ont beaucoup à voir avec la capacité de changer des organisations... c’est ce que démontre clairement « Préoccupations, appropriation et efficacité des membres et des animateurs des communautés de pratique virtuelles», recherche produite pour le compte du Céfrio (Centre francophone d’informatisation des organisations) par Céline Bareil, Professeur aux HEC de Montréal.

Dans ce document pdf de 180 pages, vous trouverez le détail des observations et des conclusions.

«Force est de constater que le succès des communautés de pratique virtuelles dépend de plusieurs facteurs dont ceux liés à l’accompagnement, l’animation et aux conditions de mise en oeuvre.

La réussite de plusieurs changements organisationnels (dont ceux à teneur technologique à l’ère d’Internet) est souvent rattachée à la capacité à changer de l’organisation (Bernier, Bareil et Rondeau, 2003).

De ce point de vue, la question de la mise sur pied de communautés de pratique virtuelles réfère à la capacité de l’organisation à se transformer dans le cadre d’une organisation basée sur les connaissances et le partage de pratiques, de savoirs tacites et d’expériences.

Cette capacité à changer concerne la capacité d’appropriation de l’organisation envers ces nouveaux modes de travail et de collaboration. »

Il s’en dégage un intéressant modèle d’évolution des acteurs

Modèle adapté des phases de préoccupations à la communauté de pratique virtuelle.

  • Phase 1. Aucune préoccupation à l’égard de la communauté de pratique Donc, des préoccupations de tout autre ordre  
  • Phase 2. Préoccupations centrées sur le destinataire (le membre ou l’animateur) Ces préoccupations font état des impacts individuels de participer à la communauté pour le membre; ces préoccupations sont centrées sur le membre (Self)  
  • Phase 3. Préoccupations centrées sur l’organisation Ces préoccupations font état des impacts organisationnels de la communauté sur l’organisation hôte de la communauté; mais également de la légitimité de la communauté de pratique au sein de l’organisation et l’engagement de la Direction face à la stratégie de gestion des connaissances (ex. ressources accordées).

    Il est également question de la capacité de l’organisation à intégrer la gestion des connaissances dans sa culture  

  • Phase 4. Préoccupations centrées sur la communauté de pratique (le changement) Ces préoccupations font état de la qualité de la mise en oeuvre de la création et de la mise en place de la communauté ainsi que des processus inhérents au fonctionnement de la communauté

    Pour les animateurs, s’ajoutent des préoccupations centrées sur l’animation de la communauté en tant que nouveau rôle joué par le membre animateur de la communauté  

  • Phase 5. Préoccupations centrées sur l’expérimentation de la communauté de pratique Ces préoccupations font état des outils et de l’infrastructure (animation, soutien) facilitant l’adaptation et l’appropriation à la communauté. Elles incluent également des préoccupations au sujet de l’adaptation à la communauté et de la capacité individuelle des membres à s’adapter au travail (et à la vie) en communauté de pratique. Elles intègrent également les préoccupations liées au sujet de la capacité collective des membres à s’adapter à la vie en communauté de pratique  
  • Phase 6. Préoccupations centrées sur la collaboration Ces préoccupations font état de collaboration et de transfert des connaissances et des apprentissages à d’autres communautés  
  • Phase 7. Préoccupations centrées sur l’amélioration des pratiques de la communauté Ces préoccupations font état de l’amélioration continue des pratiques au sein de la communauté et de leur renouvellement

Parmi les conclusions les plus pratiques et faciles à mettre en oeuvre (outre celles de la volonté politique de la direction), on a clairement observé que :

  • plus les membres sont préoccupés de la légitimité de leur CoPV et de leur capacité collective à atteindre les objectifs, moins grande est leur évaluation de l’efficacité de leur CoPV.  
  • plus ils se préoccupent de leur propre efficacité (capacité à être efficace), plus ils estiment que leur CoPV est efficace.

Ainsi, un animateur gagne à :

  • encourager les membres à se préoccuper de leur efficacité au sein de la communauté;  
  • à établir clairement la légitimité de la CoPV et à répondre au plus tôt aux inquiétudes concernant la légitimité de la CoPV; à ce titre, l’appui clair de la direction est essentiel;  
  • à clairement établir la pertinence des objectifs de la communauté et à répondre aux doutes qu’il pourrait y avoir à leur égard.

Télécharger : Préoccupations, appropriation et efficacité des membres et des animateurs des communautés de pratique virtuelles

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné