Articles

L’école hors normes et murs en Afrique

Par Mohamed Ouzahra , le 24 février 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 27 août 2012

L’Afrique est par excellence le continent de l’oralité. Les contes y tiennent ainsi une grande place dans l’éducation des jeunes africains, comme d’ailleurs dans bien d’autres domaines de la vie. La vertu pédagogique du conte est certes universellement reconnue mais, en Afrique, l’histoire racontée aux enfants est souvent le seul moyen de sauver une connaissance. Qui ne connaît le cri du grand écrivain et pédagogue Amadou Hampâté Bâ, « en Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle ». Comment faire revivre alors les savoirs ancestraux enfouis dans les mémoires et transmis de bouche à oreille en une longue et fragile chaîne orale de sages aussi vénérés que craints ? Deux expériences originales, l’une kényane, l’autre marocaine, apportent une piste de réflexion intéressante. Elles montrent qu’il est possible d’organiser des apprentissages hors murs qui font sens et lien avec les connaissances et les us d’antan.

Le baobab de la connaissance

Qu’est-ce que l’éducation sinon un processus, qui s’entend à présent tout aulong de la vie, fait de continuités et de ruptures, de mouvements et de pauses ? Dans les régions reculées du continent, le parcours initiatique se déroule dans le vrai sens du terme, entre nomadisme vital et haltes reconstructrices. Des haltes pour échanger, apprendre et faire le point, qui se déroulent symboliquement sous un arbre. Sous nos cieux, auchêne de justicede Saint Louis et Robin des Bois fait pendant le tout aussi majestueux baobab,arbre de viequi plonge ses racines au plus profond de la terre d’Afrique.

C’est aussi souventl’arbre à palabres, forme originale d’exercice démocratique et de renforcement du lien social que l’intrusion des systèmes occidentaux à fait voler en éclats. Et ce n’est finalement pas étonnant que dans les villes africaines d’aujourd’hui, au quotidien souvent ubuesque, les efforts éducatifs se portent vers les franges de population les plus déracinées – le terme prenant tout son sens ici. CommeBaobab Family, cette expérience de réhabilitation des enfants de la rue menée à Mombasa, au Kenya, dont rend compte la chaîne Arte.

Les corsaires acrobates du Bouregreg

Au Maroc, une expérience à l’approche un peu différente mais visant aussi des enfants de rue existe à Salé, ville que sépare le fleuve Bouregreg de Rabat, la capitale du Royaume. Une association, dirigée par Touraya Bouabid, une authentique pasionaria de la solidarité, a su monter un projet d’enseignement au profit de jeunes, très tôt livrés à eux-mêmes. Il s’agit de Shemsy, une école du cirque désormais bien établie dans un quartier déshérité de la ville, qui produit un époustouflant spectacle biennal, Karacena (corsaires en arabe), où se mêlent récitation de légendes, exploits pyrotechniques et musiques du terroir.

La réussite de cette expérience n’est sans doute pas étrangère au fait qu’elle puise son sens dans une double tradition. La tradition de la course salétine et celle, plus méconnue, des prouesses funambulesques des Oulad Hmada Moussa, enfants d’une des confréries renommées du Souss, la région d’Agadir.

Sur le plan des pratiques, nos écoles "modernes" remettent parfois à l’honneur, et à leur façon, les sagesses africaines. Comme l’illustre, exemple parmi d’autres, l’utilisation que fait cette école primaire rémoise del’arbre de connaissances.

C’est en définitive un juste retour des choses. Par ces temps de crise et de doute, l’Afrique n’a pas fini de nous étonner et la pertinence de ses sages, dont la mémoire se perpétue tant bien que mal, est plus que jamais d’actualité. À nous de savoir préserver ce trésor en faisant un usage bien compris des technologies évoluées que l’Homme a su inventer. Une utilisation qui fait toute sa place au partage et à la solidarité.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné