Articles

SIVU et connu

Par Franck Henry , le 05 février 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Le SIVU (Syndicat intercommunal à vocation unique) des Inforoutes de l’Ardèche a lancé, le 2 février 2004, l’opération " Un PC par classe", menée en collaboration avec le Conseil général, à laquelle ont déjà souscrit 124 communes adhérentes, pour renforcer l’équipement informatique des écoles du département. L’objectif, confié par le Conseil général de l’Ardèche au Sivu, est de compléter l’équipement des écoles ardéchoises d’un pc par classe sur la période 2004-2006. La convention prévoit aussi l’équipement d’accès publics à Internet dans les bibliothèques communales du réseau de la bibliothèque départementale de prêt (BDP) et le renouvellement du matériel mis à disposition des centres multimedia. Des sous... ris et des machinesEn ce qui concerne l’équipement scolaire, le Département de l’Ardèche subventionnera un équipement par classe au taux de 80 % dans la limite d’une dépense subventionnable de 1250 € H.T. par équipement. Le Sivu a à charge d’acquérir les matériels, de les installer et de continuer à assurer les prestations d’assistance et de dépannage. La commune a à charge les 20% résiduels et un forfait de 5% pour frais d’installation. Ce programme porte sur un total de 1150 classes sur trois ans, soit un montant de subvention de 1 150 000 €. La charge nette pour la commune s’établira à 312.50 € par équipement (pour un investissement de 1250 € HT.) Les établissements d’enseignement privés ayant passé avec l’Etat ne sont pas exclus de ce programme. Une école dont la municipalité avait déjà pourvu à un bon niveau d’équipement informatique peut aussi bénéficier de ce plan d’équipement. Libre comme l’air informatiqueSi l’on ne peut que se réjouir d’une implication territoriale forte, notamment de la part départementale, pour le développement d’un maillage numérique au service de tous, les moyens proposés, non pas financiers mais techniques, laissent perplexes. En consultant la liste des matériels disponibles, on s’étonne du primat Microsoft dans ces décisions politiques d’investissement. D’autant que des licences en appellent d’autres, le lien de dépendance avec des outils propriétaires dominants sur le marché informatique renforce ce monopole. Sans compter sur le manque de lisibilité éducatif possible auprès des utilisateurs (scolaires, professeurs, documentalistes...). Alors que des associations défendent les logiciels libres au sein du système scolaire comme moyen de communication indépendant et comme gain financier, il est étonnant qu’une telle piste n’ait pas été proposée. Pour mémoire, on rappellera l’ accord cadre entre le Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie (MENRT) et l’Association Francophone des Utilisateurs de Linux et des Logiciels Libres (Aful) concernant "

l’emploi des ressources informatiques libres et la disponibilité de ressources commerciales liées à l’informatique libre

". Sans oublier l’appel " Pour une véritable politique de développement du logiciel libre dans l’éducation nationale" lancé par des associations du logiciel libre et des organisations syndicales de l’éducation afin de "

définir une politique de développement de l’informatique dans l’éducation nationale qui soit libre de toute ingérence commerciale, reprenant en cela la tradition républicaine qui protège le système éducatif.

" Pour en savoir plus, Thot questionnera les protagonistes de ce programme d’équipement ardéchois. Histoire de donner plus de source libre à la politique territoriale proposée (en cours de réalisation)...

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné