Articles

L'accès à l'éducation partout, même à l'hôpital

Par Alexandre Roberge , le 02 décembre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 03 décembre 2008

L'hôpital est rarement vu comme autre chose qu'un établissement où on soigne des malades qui y restent pour une période plus ou moins longue. Et si on ajoutait à la définition d'hôpital "lieu d'apprentissage" ? Est-ce possible ? En fait, si on se fie à des projets pilotes en Europe, la réponse serait oui.

Dans 6 pays d'Europe (l'Autriche, l'Allemagne, l'Espagne, la France, la Pologne et la Suisse) a lieu le projet eHospital. Qu'est-ce qu'eHospital ? C'est un projet pour établir du e-learning dans des hôpitaux. Ainsi, dans les 6 pays nommés, des universités se sont alliées avec des hôpitaux locaux pour établir une plateforme de e-learning. Pourquoi ? La prémisse de cette initiative est simple: à l'hôpital, les patients sont isolés, non stimulés et forcément déprimés par une situation de santé qui n'est pas toujours réjouissante.

Dans la lignée de la volonté européenne "d'apprendre tout au long de la vie", le projet eHospital donne donc l'opportunité à des malades de sortir de leur isolement, d'apprendre des choses intéressantes et de détourner leur attention - ne serait-ce que quelques heures chaque semaine - de leur état de santé ou des soins hospitaliers. Sans compter que pour certains, ils peuvent continuer la formation qu'ils avaient entreprise plus tôt (ou pour les enfants, s'avancer dans le cursus scolaire de leur niveau). Comme le souligne cette étude du elearningpapers sur le projet, il n'est pas incongru d'associer hôpital et apprentissage. Depuis longtemps dans les pays occidentaux, on s'assure que les enfants qui doivent être hospitalisés puissent suivre leurs cours malgré la maladie. Pourquoi ne pas appliquer ce principe non seulement aux plus jeunes, mais également aux adultes qui, pour nombre d'entre eux, retourneront sur le marché du travail après l'hospitalisation ?

Et c'est ce qu'a fait eHospital en proposant des programmes qui dépendaient du type de maladie ou de mal du patient. Par exemple, des exercices de créativité et d'histoire de l'art pour des patients en unité psychiatrique ou des cours basiques d'informatique et d'Internet à des patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Beaucoup de ces programmes utilisaient le "blended learning" (une partie de e-learning pur et une autre avec un tuteur ou une tutrice).

Les résultats de ces initiatives ? Tout d'abord, il faut signaler les problématiques. Forcément, un tel projet nécessite un chamboulement d'organisation dans les hôpitaux qui doivent gérer du personnel, des soins, des patients, mais également des tuteurs, des plateformes technologiques, etc. Dans un contexte où la médecine devient de plus en plus un "service" où les patients sont davantage des "clients", il peut être difficile de combiner le service de soins et d'apprentissage. De plus, un tel projet exige une collaboration étroite entre le personnel médical et le personnel enseignant qui doivent, chacun de leur côté, faire des compromis pour le bien des patients.

Cependant, les avantages sont là: le programme de e-learning répond aux besoins d'apprendre des malades, les désennuie, ils y trouvent des guides et des supports (c'est pourquoi d'ailleurs l'étude signale qu'un tel projet ne peut se faire sans "blended learning" et la présence d'un tuteur qui socialise avec les patients); il aide à entretenir ou augmenter les compétences intellectuelles des patients, particulièrement si les projets sont simples à utiliser et les infrastructures aussi. D'ailleurs, les projets de eHospital passaient beaucoup mieux dans les hôpitaux quand leur infrastructure était simple. 

Alors, est-ce qu'eHospital est applicable partout ? Il peut être tentant de répondre oui, mais il faut prendre en compte l'aspect essentiel de la collaboration entre hôpitaux et le service d'apprentissage. Cependant, le projet propose une idée intéressante : celle que l'on peut apprendre partout et que, dans la plupart des cas, cet apprentissage est bénéfique pour les gens à tous les niveaux (compétences, savoir, humain, etc.).

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné