Articles

Publié le 02 octobre 2000 Mis à jour le 19 septembre 2020

Prise de conscience en France : on veut une université virtuelle bien concrète.

Le colloque de l’Association européenne des universités enseignant à distance (EADTU), qui s’est tenu à Paris récemment (Wiring the ivory tower) a été le théatre d’une prise de conscience :

« C’est devenu une évidence : la réussite des universités passe par le cours en ligne et le campus virtuel. »

« L’université est en face d’étudiants-consommateurs qui veulent de la qualité. S’ils ne la trouvent pas dans les amphis français, ils se tournent vers d’autres ressources. Aucun pouvoir - politique ou administratif - ne pourra empêcher un étudiant de passer un diplôme outre-Atlantique [s’il] estime [qu’il est] plus prestigieux que celui auquel il pourrait accéder dans sa région. »

Jacques Vauthier, professeur de mathématiques à Paris-VI et membre d’Edufrance

La France a fait « le choix politique de la mutualisation et de la mise en réseau », cite-t-on au ministère de l’Education nationale.

Les premiers diplômes intégralement en ligne sont ouverts dès cette année. Deux exemple : l’Université du Maine (Le Mans) qui propose une licence de chimie avec cours et tutorat en ligne ou la Cyber Fac de médecine de l’Université René Descartes (Paris 5).

Dans le cadre des contrats liant l’État et les universités, 200 millions de francs vont être consacrés d’ici 2004 au développement de la formation en ligne, plus quelques centaines d’autres millions qui sont inscrits dans les contrats État-région pour l’essor des infrastructures. À titre de comparaison, il s’est investi plus de 20 milliards de francs dans les industries de la connaissance aux États-Unis en 1999.

Et les professeurs?

« Les deux tiers des universitaires européens sont très peu enclins à pratiquer les nouvelles technologies dans leur enseignement. » Viviane Reding

Ce qui laisse présager une transition graduelle et plutôt lente aux niveaux supérieurs...

Pour l’article complet : L’université virtuelle vers le concret, par Emmanuel Davidenkoff et Alain Auffray, dans "Libération", édition du lundi 2 octobre 2000.


Mots-clés: Reussite Universités Paris Théâtre colloque Ligne évidence Prise de conscience Eadtu Association Européenne Des Universités Enseignant à Distance Wiring The Ivory Tower

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !