Articles

Tableau blanc interactif : qu'en pensent les élèves ?

Par Christine Vaufrey B , le 15 février 2009

Il paraît que le tableau blanc interactif ou TBI est une petite merveille. En France, le Ministère de l’Education Nationale encourage vivement son usage, en dépit de son prix élevé (entre1000 et 2000 euros en moyenne). Un certain nombre d’établissements scolaires en sont déjà équipés, et le magazine Science et Vie Junior a eu la bonne idée de demander aux jeunes, à partir d’une démonstration d’usage postée sur You Tube, ce qu’ils pensaient de cet objet. Plus de 30 jeunes ont posté des commentaires qui, pour être généralement brefs, n’en sont pas moins éloquents.

Des interrogations et des avis nuancés

Parmi ceux qui n’ont pas encore expérimenté le TBI, plusieurs se posent la question du confort de vision :

Je préfère un tableau classique... avec ça si t'as un peu trop de lumière dans la classe on voit 10x moins bien.

Et un autre de riposter avec humour :

C'est pour ça qu'un génie a inventé : LES RIDEAUX!^^

Parmi les utilisateurs du TBI, les commentaires sont nuancés, ce qui montre que les élèves savent très bien analyser les avantages et les inconvénients d’un nouvel outil :

On en a au lycée, c'est une bonne idée, efficace pour le multimédia mais absolument nul pour écrire. En effet le tableau répond tardivement à l'écriture du stylet, c'est pas beau et l'ombre de l'utilisateur se projette dessus.

Nous on en a trois au collège, et on ne s'en sert que très rarement, les profs perdent trop de temps à les calibrer et puis franchement je ne vois pas ce que ça apporte de plus qu'un rétroprojecteur sur un tableau classique !

Moi je trouve cela pratique mais que pour certaines matières . Au collège on en avait en math et c'est très bien pour les figures de géométrie ... mais au lycée il y en a pour des matières comme l'histoire et ce n'est pas très utile.

L’outil ne modifie pas les pratiques

De plus, on comprend au travers des commentaires que l’usage du TBI ne change rien aux pratiques d’enseignement : le TBI est utilisé pour de l’enseignement frontal, et pas pour son potentiel d’interactivité, contrairement à ce qu’avancent les fabricants pour les vendre. C’est ce que dit cet élève, sans s’en plaindre :

Je trouve ça très bien , l’élève est attiré par les faits et gestes du professeur et suit mieux le cours , moi je (suis) pour ^^

Et ce qu’exprime de manière plus critique Bruno Devauchelle, fin observateur de l’usage des TICE, sur son blog  :

Il faut donc dénoncer avec vigueur cette fausse idée selon laquelle le TBI améliore l’enseignement, il n’améliore que certaines pratiques pédagogiques considérées comme peu productives sauf pour les bons élèves : “ceux qui savent apprendre en dehors du cours”.

B. Devauchelle a bien entendu raison : ce n’est pas l’outil en lui-même qui modifiera les pratiques pédagogiques. Les élèves le savent, et savent aussi évaluer l’intérêt, même dans un dispositif classique, d’un nouvel équipement. On aimerait entendre plus souvent leur avis, non ?

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné