Articles

Vers la mort de Globenet ?

Par Franck Henry , le 22 février 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Cela sonne comme une grande gifle. Dès la page d’accueil. Jugez plutôt : "

Globenet, fournisseur d’accès et hébergeur associatif engagé depuis 1995 dans la promotion et la défense

  • d’un Internet éthique,

  • d’un contenu thématique pluriel pris en charge par ses utilisateurs,

  • de la mise en réseau de partenaires associatifs et de militants,

va peut-être devoir arrêter ses activités dans les prochains mois, faute de parvenir à équilibrer son budget.

Avec un endettement "

de l’ordre de 65 000 euros

" l’hypothèse d’un dépôt de bilan plane sur cette association militante. Et pourtant, au fil des ans, Globenet a su développer sa crédibilité : 300 adhérents dont 250 associations, hébergement de près de 400 domaines et 300 sites associatifs, 13 serveurs dédiés... Parmi certaines de ses réalisations, Globenet a participé à la création et est engagée dans la gestion technique de Gitoyen, opérateur de Télécommunication non-marchand dont elle est un des administrateurs. Elle est également impliquée dans des actions de terrain à destination du terrain associatif local, par son intervention dans la mise en place d’actions de formation à la Maison des métallos... L’association appelle "

à la mobilisation des adhérents, mais également de toutes structures et personnes concernées par la pérennité d’un Internet indépendant, non-marchand et réfléchi, sur la base des besoins d’espaces d’expression libres, fiables et sécurisés hors du marché que se partagent quelques gros opérateurs commerciaux.

" Car à travers l’hypothétique fermeture de Globenet, c’est un pan important de l’origine de l’Internet qui s’écroule. Au profit d’un autre... Comme le fait remarquer ses protagonistes, "

les questions d’accès à l’information ont trop souvent été abordées sous l’angle technique et non politique.

" Dès lors, "

La mort de Globenet ne signifierait pas la simple disparition d’un prestataire de services, mais bien l’échec d’un projet d’espace de rencontre, de partage et d’appropriation des modes et usages de l’information et de ressources techniques au sein d’un réseau associatif militant, projet qui a affirmé ses choix d’indépendance vis à vis des pouvoirs publics, a développé des projets de défense de l’expression libre, de la confidentialité des données échangées..., pour un large public.

" Concrètement, que faire ?Plusieurs actions sont proposées, notamment :

Indidivuels, associations, universités, entreprises... sensibilisés par l’Internet associatif, solidaire et non marchand, vous êtes prévenus...

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné