Articles

Économie des idées et du savoir : l’excellence britannique***

Par Martine Jaudeau , le 18 juin 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 29 décembre 2008

Si l’Allemagne est bonne à faire des voitures et le Japon de la micro électronique, à quoi la Grande-Bretagne excelle-t-elle économiquement ? La réponse est les «services de la connaissance».

Le rapport «Le commerce des idées et de la connaissance» argue du fait que les services de la connaissance - vendant essentiellement l’intelligence spécialisée - est l’une des catégories de l’activité économique dans laquelle le Royaume Uni semble mener le reste du monde.

Analysant les résultats financiers officiels (du «livre rose» du gouvernement), le document constate qu’en 2005, le R-U a exporté la valeur de £75 milliards de services de la connaissance - partant de £28 milliards en1995, une augmentation de 170 pour cent - et d’une valeur actuelle de 6,3 pour cent du PIB.

Au sommaire du document :

  • Preface: Trading in ideas and knowledge
  • Section 1: The knowledge economy
  • Section 2: Trade in knowledge services
  • Conclusions

Trading in Ideas and Knowledge - The Work FoundationRapport préparé par Ian Brinkley pour le programme sur l’économie du savoir

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné