Articles

Contrôleur de scénario pédagogique : nouveau rôle de l’enseignant***

Par Denys Lamontagne , le 05 novembre 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 26 septembre 2008

Enseigner consiste à faire apprendre quelque chose de relativement préçis, avec un résultat attendu. Celui qui aura appris sera normalement en mesure d’obtenir un certain résultat et éventuellement de créer une nouvelle réalité, ou de reproduire la même, avec contrôle et efficacité, que ce soit de la musique, un réseau de plomberie, une réaction chimique ou un champ de patates.

En principe l’enseignant sait ce qu’il y a à apprendre et à enseigner, reste à construire le chemin pour y arriver, sans nécessairement passer par tous les tâtonnements de ceux qui ont tracé ou découvert le domaine. Aussi bien dans ceux des arts que des sciences, on a affaire à des siècles de développement et un «cours» offrira un condensé des démonstrations, conclusions et savoir-faire qui ont mené à ce que l’on connaît aujourd’hui.

Le circuit pédagogique

Les méthodes d’enseignement se confrontent maintenant aux possibilités d’action et de participation des étudiants. On veut bien apprendre, mais pas uniquement en suivant LE chemin.

Dans « Récit d’une mise à l’essai concernant l’encadrement en ligne» par Geneviève Nault et Françoise Marceau du Cé[email protected], on trouve le témoignage d’un étudiant qui exprime bien les limites des scénarios pédagogiques :

«À prime abord, je dirais que «tout» semble là. Tout, tout, tout.

Tout est trop là!

Je sais, je devrais tout lire. Tout, tout, tout. Probablement que beaucoup de choses seraient plus claires. Le chemin semble tout tracé. Il ne faut que lire le mode d’emploi et le suivre. Il ne faut que remplir notre trousse de voyage et la remettre une fois le périple terminé. Pourquoi cela me paraît-il si évident et si rébarbatif à la fois?

Qu’est-ce qu’on est supposé apprendre? L’encadrement en ligne, me direz-vous. Alors, pourquoi toute cette paperasse si nous devons travailler en ligne.

C’est bien beau, mais découvrir le blogue par de belles lectures, ça ne m’inspire pas. J’aime bien mieux en créer un et en explorer les limites. À ce moment seulement, je pourrai vraiment porter un jugement significatif sur cet outil. J’aurai aussi appris à m’en servir»

Les auteurs notent que, dès le départ les étudiants «se sont souvent sentis à l’étroit dans la structure du cours. La démarche déductive qui veut que l’étudiant aborde d’abord la dimension théorique d’un enjeu pour ensuite aborder sa dimension pratique, a été rejetée par les participants, qui n’ont eu de cesse de critiquer une pédagogie trop théorique qui contrevenait non seulement à leurs aspirations, mais également aux besoins de leur apprentissage.

Ils ne se sont toutefois pas limités à la critique, ils ont surtout tenté de faire éclater la structure du cours, et ce, dès les premières tâches qu’ils eurent à accomplir.»

«Sans nier la nécessité d’une certaine linéarité dans le cheminement pédagogique, il faut, à notre avis, revoir les stratégies pédagogiques pour permettre une plus grande marge de manoeuvre dans l’expérimentation du travail collaboratif et des outils d’encadrement en ligne.»

«On constate que la collaboration exige un espace de liberté ainsi qu’un accompagnement intelligent qui respecte les différences de chacun tout en faisant appel à leurs expériences.»

La communication et l’activité contre le rôle traditionnel de l’enseignant

Mettre à profit les outils de communication disponibles, les capacités et les intérêts multiples des étudiants est apparemment difficile à concilier avec une scénarisation pédagogique linéaire ou étroitement encadrée. Et ce sont précisément par ces rôles de «préparateur de cours, de chercheur et de communicateur» que beaucoup d’enseignants se définissent.

On peut démontrer assez facilement que les résultats obtenus en enseignement ont peu à voir avec les vertus ou les défauts d’une pédagogie directive, permissive, à distance, en classe, linéaire, déductive ou autre; ce sont apparemment «les procédés pédagogiques faisant appel à une démarche d’enseignement explicite et systématique qui donnent les meilleures résultats».

En d’autres termes, peu importe la manière, ce qui doit être explicite ce sont les références qui appuient les informations et ce qui doit être systématique c’est la démarche intellectuelle qui ne se contente d’aucune zone d’ombre. S’il y a directivité à avoir, c’est dans la rigueur à maintenir, pas dans le moyen technique ou la méthode pédagogique.

Le scénario dont vous êtes le héros

Ainsi, si on en vient à une «scénarisation» mettant à profit les TIC, celle-ci devrait arriver à ce que chacun en arrive à obtenir tous les éléments nécessaires à l’apprentissage final, ce qui comprend :

  • les objectifs d’apprentissage (ce que l’on est supposé être capable de FAIRE, le résultat observable), ce qui sera certifié; que ce soit ceux définis par l’étudiant ou par l’institution;
  • les définitions;
  • les références;
  • les séquences (l’ordre dans laquelle les choses dovent être faites pour obtenir un résultat);
  • les éléments de qualification (pouvoir attribuer les importances selon les contextes);
  • les exercices;

le tout selon un ou plusieurs fils conducteurs cohérents (historique, technique, du simple au complexe, du général au particulier, etc.), mais qu’il est possible d’aborder en tout point et en tout sens. L’étudiant peut choisir l’approche qui lui apparaît la plus intéressante pour lui, selon ses critères en vue de l’atteinte des objectifs auxquels il a souscrit.

Ainsi un étudiant peut aborder le sujet par un point qui l’intéresse ou une question qu’il se pose, buter sur une définition, un symbole, une pratique qu’il ne connaît pas et à partir de là procéder systématiquement pour résoudre tous les points obscurs, avec où sans l’aide des autres.

Le nouveau rôle de l’enseignant

En pratique, on peut presque déjà obtenir tout le matériel nécessaire à l’atteinte des objectifs d’un cours dans Internet, avec le soutien de quelques personnes et de bons sites de références. La façon d’enseigner et d’apprendre va sans doute encore changer de manière importante dans les prochaines années.

Le rôle de l’enseignant risque fort de s’approcher de celui du directeur de thèse, de l’animateur intellectuel, de celui qui s’assure de la rigueur de la démarche individuelle de l’apprenant, de la qualité du scénario d’apprentissage de l’étudiant.

Inspiration :

Récit d’une mise à l’essai concernant l’encadrement en ligne

A Vision of Students Today

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné