Articles

L’éducation des filles est le meilleur placement pour le développement de la planète. -

Par Denys Lamontagne , le 28 février 2000 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

La Secrétaire britannique au développement international, Clare Short, le sait; presque chaque économiste le sait; la Banque mondiale le sait : l’éducation des filles est la meilleure façon (et la plus fiable) de réduire la pauvreté.

Plus de 125 millions d’enfants n’ont pas accès à l’école et des millions d’autres, en majorité des filles, ne se rendent pas au secondaire. Les écoles doivent pourtant accueillir aussi bien les filles que les garçons. La raison en est simple : toutes les évidences démontrent que sortir les filles des champs et des maisons et les mettre derrière des pupitres augmente la productivité économique, diminue la mortalité infantile et maternelle, réduit le taux de fécondité et entraîne une meilleure gestion environnementale.

Tous les pays qui ont implanté une politique d’égalité des sexes dans les trente ou quarante dernières années se sont développés plus rapidement et sont devenus des sociétés plus égalitaires. Ce sont les pays les plus pauvres qui n’ont pas de femmes aux postes d’influence et qui font le plus piètre figure pour ce qui est de l’éducation des filles. Il y a un lien clair.

Des exemples de changement à très court terme, un an ou deux, sont très bien illustrés en Guinée. À la demande de la Banque mondiale, une politique qui empêchait les femmes enceintes d’aller à l’école a été supprimée et toutes les écoles ont été tenues d’installer des latrines et des puits. L’effet de ces mesures : une augmentation de 16 % des inscriptions des filles et, dans au moins une région, le fossé de fréquentation scolaire entre les garçons et les filles complètement comblé.

Au Yémen, la Banque mondiale a favorisé un programme de construction d’écoles réservées aux filles seulement ainsi que la formation et l’engagement d’enseignantes qualifiées.

Pour l’article complet

Ajoutons que la clientèle traditionnelle de la formation à distance est majoritairement composée de femmes et que la FAD a tout avantage à développer des offres de cours accessibles aux plus démunis.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné