Articles

Intégrer le meilleur du jeu vidéo dans la formation en ligne

Par Alexandre Roberge , le 15 décembre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 03 février 2012

Dans l’actualité de la formation à distance ou du e-learning, il semble que les serious games ("jeux sérieux") prennent de plus en plus d’importance. Alors qu’au début du mois de décembre se tenait à Lyon (France), la quatrième édition du Serious Games Session Europe, on peut se demander pourquoi au Québec, les jeux sérieux ne semblent pas être très présents au niveau de la formation. Pourtant, il ne serait pas impossible que le Québec entre dans la vague lui aussi prochainement, particulièrement à la lumière d’un jeu sérieux entièrement québécois qui a fait ses preuves : Tapis Rouge, une coproduction de TECHNOCompétences, un organisme de concertation qui promeut le développement de la main d’œuvre dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) au Québec et d'Ellicom qui développe des produits de formation en ligne.

Qu’est-ce que le Tapis Rouge ? C’est un jeu sérieux gratuit qui s’adresse surtout à une clientèle secondaire (de secondaire 3 à secondaire 5) qui donne un avant-goût et un survol des différentes tâches et métiers liés aux TIC. Dans Tapis Rouge, le joueur travaille pour une société de production de cinéma; il doit faire la promotion d’un film qui sortira prochainement. Il aura donc à travailler sur la promotion mais également à choisir du matériel informatique de qualité, travailler sur le réseau de la compagnie et le protéger en cas d’éventuelles attaques informatiques. Le jeu alterne les phases 3D où l’on se promène dans le bureau de la compagnie et les phases 2D (travailler sur l’ordinateur, par exemple). L'intérêt du jeu tient non seulement à l’immersion grâce à la 3D, mais surtout au fait qu’on y retrouve des aspects du jeu vidéo (que la clientèle visée par le jeu adore) tout en ayant une approche éducationnelle solide et intéressante, même pour les adultes.

Le 18 novembre dernier, lors du gala des Prix des Nouveaux Médias Canadiens, Ellicom remportait le prix d’excellence dans la catégorie « Domaine de l’apprentissage » pour le jeu Tapis Rouge. Face à ce succès, nous nous sommes entretenus avec Jean-Philippe Bradette, directeur des solutions de formation chez Ellicom, et l'un des responsables de ce jeu sérieux québécois.

M.Bradette, tout d'abord, quelle est l'origine de Tapis Rouge ? À qui s'adresse le jeu et pourquoi avoir abordé le thème des TIC ?

En 2007, le comité sectoriel de main d'oeuvre des technologies de l'information et des communications TECHNOCompétences a été mandaté par le Ministère de l’éducation pour développer un outil d’exploration sur les technologies de l’information à intégrer au projet personnel d'orientation (PPO), un nouveau programme pour les élèves du 2e cycle du secondaire dans le cadre du renouveau pédagogique.

TECHNOCompétences nous a donc contactés afin que nous les aidions à concevoir un outil virtuel qui permettrait aux étudiants de troisième, quatrième et cinquième secondaires de découvrir et d’explorer des emplois spécifiques en technologie de l’information, et ce, de manière ludique.

Pourquoi avoir opté pour un "serious games"/jeu sérieux pour ce sujet ?

TECHNOCompétences avait vu l’une de nos capsules ludiques de formation en ligne que nous avions développée pour un client et désirait que le PPO prenne cette forme. En analysant le contexte, j’ai constaté qu'un jeu sérieux de grande qualité avait ici toute sa place et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, notre public est exigeant puisqu’il baigne dans le multimédia à longueur de journée. Les adolescents jouent continuellement en ligne et sur console, et sont donc très critiques par rapport à ces jeux. Pour les intéresser et les motiver nous devions leur présenter un défi et avoir un très haut niveau de dynamisme, ce que le jeu sérieux nous permettait. Le jeu nous donnait  l’occasion de bien représenter les carrières en TI afin de les faire expérimenter aux jeunes, c’était un des objectifs principaux du projet. De plus, nous voulions démontrer que le jeu était une avenue efficace pour former. Nous voulions avoir de bons résultats afin d’envisager le développement d’une suite au projet.

Selon vous, quels sont les principaux atouts de Tapis Rouge ?

Je crois que Tapis Rouge se distingue principalement à quatre niveaux : l’utilisation du jeu sérieux pour former, le scénario et les activités interactives, la technologie et les résultats que nous avons obtenus.

Pouvez-vous nous expliquer chacun de ces points ?

Premier point: Utiliser le jeu pour former

Je crois que le Tapis Rouge se distingue par l’audace d’avoir essayé une nouvelle façon de former et ce, avec un budget limité. Les responsables du projet chez TECHNOCompétences ont accueilli nos propositionsavec beaucoup d’ouverture et ont vite adhéré à l'idée qu’il s’agissait d’une opportunité pour pousser le développement plus loin.  Ellicom et TECHNOCompétences ont tous deux investi beaucoup afin de démontrer que le jeu sérieux pouvait fonctionner dans le contexte du Projet Personnel d’Orientation (PPO) et, plus largement, dans un contexte de formation. En effet, on entend souvent parler du jeu sérieux sans voir de véritable exemple, surtout au Québec.

Deuxième point: Le scénario et les activités

En collaboration avec TECHNOCompétences, nous avons créé un scénario intéressant et le défi proposé pique la curiosité des jeunes qui s’intéressent à une carrière dans le domaine des technologies de l’information. Les activités interactives sont dynamiques et représentent bien la gamme des métiers en TI. L’activité du Virus par exemple, où l’apprenant doit gérer certaines variables, est grandement appréciée des apprenants.

Troisième point: La technologie

L’utilisation de la 3D à faible coût est un élément très intéressant du Tapis Rouge. Nous voulions utiliser la 3D pour rendre l’environnement réaliste et surtout donner l’impression d’un vrai jeu.  L’architecture est robuste et le temps de téléchargement est optimisé. De plus, le jeu ne nécessite pas de « plug in » et utilise des principes de la formation en ligne au niveau des activités. Le mixte de la 2D et de la 3D est bien proportionné.

Pour votre quatrième point, vous parliez des résultats. Quels ont été les résultats de Tapis Rouge ?

Depuis un an, 15 000 personnes ont visité le site du Tapis Rouge et environ 6000 personnes ont complété le jeu. Les commentaires sont très positifs et dans l’ensemble les gens ont apprécié le jeu. Les résultats nous démontrent également que les gens ont acquis de nouvelles connaissances en expérimentant des concepts de base de métier en TI, à l’aide du Tapis Rouge.

Le succès du projet a permis l’obtention d’un nouveau budget pour améliorer le jeu. Nous terminons présentement une nouvelle version plus interactive et plus immersive. Elle présente deux nouveaux métiers et le joueur pourra se déplacer à sa guise. Nous avons en outre choisi une vision générale (du style de celle qui est employé dans The Sims) plutôt que celle du joueur (voir image plus bas)qui avait été utilisée dans la première version. Cette nouvelle version vient d’ailleurs de subir son premier test auprès d’une classe de secondaire 5 du Collège Mont-St-Louis et les commentaires des élèves sont excellents.

Image tirée de la prochaine version de "Tapis Rouge"[Visuel de la prochaine version de Tapis Rouge]

Quels ont été les limites du projet original ?

Nous avions des limites importantes au niveau du budget; cela a imposé plusieurs restrictions qui limitent l’efficacité du jeu. De plus, certaines activités sont un peu trop faciles. La nouvelle version permettra d’améliorer ces aspects. En effet, le nouveau projet permettra de faire migrer le jeu existant dans un environnement 3D en temps réel immersif, d’améliorer l’interactivité et d’ajouter deux nouveaux métiers.

Image de la prochaine version de Tapis Rouge

À votre avis, les jeux sérieux sont-ils des outils d'apprentissage complets en eux-mêmes ou doivent-ils être vus comme des compléments d'apprentissage dans le cadre d'une formation utilisant différents supports ?

Dans le cas où un jeu sérieux est utilisé afin de résoudre une problématique de formation, le jeu sera beaucoup plus performant dans un système d’apprentissage cohérent et complet qui inclut l’encadrement (présence d’un tuteur) des apprenants. Lorsque le jeu est utilisé à des fins d’information ou de sensibilisation, il peut être utilisé sans encadrement. Tout dépend de l’objectif du jeu.

Un jeu sérieux pourrait être utilisé comme complément dans le cadre d’une formation, mais en raison des coûts importants de conception, je crois qu’on a intérêt de s’en servir comme stratégie principale de formation. En plus de l’efficacité, les entreprises désirent avoir un rendement sur leur investissement, ce qu'il est difficile d’atteindre avec un jeu sérieux utilisé de façon secondaire.

Comment entrevoyez-vous l'avenir en ce qui a trait au e-learning et aux serious games ?

Je crois que la formation en ligne va poursuivre sa croissance et ce, malgré le contexte économique actuel. Les entreprises voudront trouver des façons de réduire leurs coûts et la formation en ligne devient une option très intéressante principalement lorsque qu’il y a un fort volume d’apprenants à former sans diminuer la qualité des formations. Plusieurs entreprises ont débuté l’implantation et désirent des solutions plus performantes et interactives. Les approches seront plus diversifiées et plus efficaces, ce qui aura un impact direct sur la perception du e-learning (une perception de plus en plus positive). On reconnaîtra ses limites et l’utilisation sera plus judicieuse. De plus, on verra de plus en plus de formations en ligne qui permettront « véritablement » de simuler des situations de travail.

Au niveau du jeu sérieux

Je crois que nous allons entendre parler de plus en plus de jeux sérieux. Il y a aura un réel intérêt, les entreprises seront intéressées à trouver de nouvelles façons de former plus efficacement. Pour augmenter le nombre de jeux sérieux disponibles, le défi sera de trouver une façon de diminuer les coûts tout en améliorant l’efficacité. Par ailleurs, n'oublions pas que le jeu sérieux à des fins de formation n’est pas adapté à toutes les situations, car tout apprentissage ne peut pas encore être abordé par le jeu. Malgré tout, pour améliorer la motivation des apprenants et l’efficacité des formations en ligne, je crois que nous verrons de plus en plus de concepts et de méthodes du jeu vidéo incorporés dans les formations en ligne. Les gens du milieu devront également s’entendre sur une définition claire du jeu sérieux à des fins de formation.

Quels sont les projets à venir pour Ellicom ? Comment la compagnie compte-elle se positionner dans le marché grandissant de la formation en ligne et des jeux sérieux ?

Les projets pour Ellicom sont nombreux. Nous poursuivons le développement avec nos clients actuels comme Axa Canada, Hydro-Québec, Bombardier Transport, la Faculté de Pharmacie de l’Université Laval, et bien d'autres grandes organisations. Nous avons également débuté un projet de jeu sérieux avec Détail Québec sur l’étiquetage et l’exactitude des prix des produits proposés aux consommateurs dans les magasins.

Nous poursuivons notre croissance au Québec, au Canada et en Europe, notamment en distribuant les produits de la société française E-Doceo, pour lesquels il y a une forte demande au Canada.

En résumé, sur le marché du jeu sérieux, nous nous positionnons comme une entreprise développant des solutions de formation en ligne motivantes, mémorisables, significatives et dont les résultats sont mesurables.

Merci, M. Bradette.

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné