Articles

« Il faut comprendre au moins deux langues pour savoir qu’on en parle une »

Par Martine Dubreucq , le 20 janvier 2009

Le Billet du bilingue, était une lettre de diffusion qui s'adressait aux enseignants des établissements bilingues francophones. Il traitait de l'actualité du bilinguisme et de l'enseignement des disciplines non linguistiques (DNL). Vous pouvez retrouver ses archives sur le site du Centre International d'études pédagogiques.

http://www.ciep.fr/bibil/archives.php

Depuis janvier 2009 « Le Fil du bilingue », dont il est question en détail dans cet article, remplace cette lettre de diffusion : ce site internet propose un forum sur les pratiques et les contenus pédagogiques ainsi qu'un magazine d’actualités. Toutes les ressources mises à disposition sont libres de droits pour un usage scolaire.

http://lefildubilingue.org

Le temps lointain du français langue de la diplomatie et sa panoplie prestigieuse d'écoles élitistes est bien fini en Europe mais on assiste depuis un demi-siècle au développement de sections bilingues « francophones » dans l’enseignement public, théoriquement accessibles à tous.

Ces sections de français ont une longue histoire que la partie Panorama développe en insistant sur la grande variabilité des dispositifs d'enseignement.

Du bilinguisme au plurilinguisme

Dans de nombreux pays de l'Est, on est passé depuis quelques années du monopole du français et du russe à celui de l'anglais, les écoles bilingues françaises étant fortement dominées par les nouvelles sections bilingues anglophones. La concurrence est également très forte avec les écoles allemande et espagnole. Face à cette recomposition du paysage linguistique en Europe, la solution n’est certainement pas au bilinguisme mais au plurilinguisme !

L'Europe a à cet égard un rôle politique important à jouer dans la prescription de règles communes : l'apprentissage de deux langues étrangères obligatoires. On peut d'autre part favoriser la création de filières universitaires mixtes (francophones, anglophones, germanophones) qui deviendraient alors des sections plurilingues.

L'importance de la formation des enseignants

Une des clés de la réussite d'une politique linguistique est évidemment la formation des enseignants : sur ce point les pratiques pédagogiques ont grand besoin d'être renouvelées et d'évoluer vers des domaines comme l'intercompréhension entre langues voisines, comme les approches comparatives-contrastives entre les langues, comme la formation aux outils du Conseil de l’Europe tels que les portfolios, bref de prendre le chemin plus large du plurilinguisme préconisé par le Cadre européen commun de référencepour les langues (CECR).

Sur le site on peut lire également le très bel appel rédigé en amont des Etats généraux du multilinguisme, réunis à La Sorbonne le 26 septembre 2008 : « Plus d'une langue » qui appelle à la mise en oeuvre d'une véritable politique européenne de la traduction.

http://plus-dune-langue.eu/?petition=

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné