Articles

Le plan audacieux de la France face au numérique

Par Alexandre Roberge , le 31 octobre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 03 novembre 2008

Dans les prochaines années, la France se tournera massivement vers le numérique : couverture Internet en masse, télévision numérique, systèmes numériques en entreprises, etc. C'est du moins ce qu'a annoncé Éric Besson en présentant le Plan numérique 2012. Ce plan consiste en 154 actions décidées par le gouvernement français pour que la France se convertisse aux technologies numériques. Presque toutes les sphères de la société seront touchées. Ainsi, l'éducation sera touchée par ces changements et de manière fort intéressante.

Tout d'abord, le plan propose davantage l'implantation de TIC (Technologies de l'information et de la communication) dans le système scolaire français. En effet, le plan fait état que la France est loin derrière certains pays européens en termes de taux d'équipement de TIC. On aborde un plan appelé "Visioconférences" où des institutions seront dotées d'une technologie importante pour l'apprentissage des langues. Dans la prochaine année, 1000 écoles possèderont cette technologie. On parle également de développements de classes numériques (ordinateurs dans les classes, tableaux interactifs, etc.), de cyberbases dans les écoles primaires et de formation en informatique (où il sera essentiel d'obtenir son brevet en informatique dans le cursus scolaire).

Au niveau universitaire, le plan appelle à "bâtir l'université numérique".  Ainsi, on veut que toutes les universités du pays offrent des bases numériques où l'on pourrait offrir des services (inscription, accès à des informations sur l'orientation ou sur les cours, etc.) et développer des documents numériques faciles à consulter et variés. Évidemment, on veut encore plus solidifier la formation à distance qui devient un pôle de savoir en importance, particulièrement pour les salariés en quête de formation. Ainsi, on veut que les sources de formation à distance se multiplient, que les offres de cours soient plus grandes et que le catalogue [email protected] se consolide.

En lisant ce plan, on se rend compte que le travail des 3 ou 4 prochaines années sera colossal dans l'Hexagone. Juste l'implantation des structures souhaitées en éducation sera un défi de taille. Néanmoins, on justifie l'effort par les expériences déjà accomplies et qui ont fait leurs preuves en France ou ailleurs en Europe. Le plan insiste que ce tournant est essentiel pour être tourné vers l'avenir, et les citoyens français ne seront pas lancés dans ce tournant crucial sans aides. On veut former la population en général à ce plan numérique, lui expliquer non seulement le fonctionnement, mais les avantages d'un tel système.

En éducation, par exemple, on connaît déjà les avantages apportés par des systèmes de formation à distance, de plates-formes numériques, de réseaux entre écoles nationales et internationales. Ainsi, l'application de ce type d'initiatives de manière massive peut sembler fort, mais logique dans la mesure où, de toute façon, des tournants numériques s'effectuent dans plusieurs pays européens et même en Amérique du Nord. Il serait hasardeux de comparer les différents tournants numériques internationaux à celui de la France. Une chose est certaine, c'est qu'à la lecture du Plan numérique 2012, l'Hexagone affirme qu'elle ne manquera pas le bateau du virage numérique mondial.

Le Plan numérique 2012 intégral se retrouve ici.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné