Articles

Le monde de l’édition en mutation : l’avenir de notre culture en dépend. -

Par Thot , le 10 octobre 1999 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Voici quelques extraits d’un dossier que prépare Michel Cartier* sur l’urgence d’entreprendre ou de poursuivre les mutations qui s’imposent dans le monde de l’édition à l’heure d’Internet et de la mondialisation des lecteurs. La problématique décrite par l’auteur ainsi que les solutions qu’il propose s’appliquent en tous points aux éditeurs de cours pour la formation à distance.

L’élargissement du marché

«[...] les éditeurs traditionnels semblent écartelés entre le court et le long terme, entre le papier et le virtuel, et même entre le politique et l’économique [... dans] le contexte des problématiques soulevées : les ventes de livres, de magazines et de journaux ne sont plus qu’une partie d’un marché qui s’élargit depuis une décennie au point de devenir aujourd’hui l’industrie du contenu; les marchés [...] sont de moins en moins locaux et de plus en plus continentaux; dans [ces marchés] circulent à la fois des produits réels et d’autres plus virtuels.»

S’adapter ou disparaître

«Le monde de l’édition traditionnelle ne disparaîtra pas mais il doit s’adapter. Les mutations sont telles que les éditeurs qui ne peuvent s’adapter disparaîtront. LA question est : s’adapter à quoi? [...] Pour les éditeurs, les libraires et les imprimeurs, le danger vient de l’absence d’analyse à long terme du nouveau contexte. La menace ne vient pas tant de la fragmentation de nos petites entreprises, mais des "majors" externes pour qui le Québec est un territoire qui fait partie de LEUR continent.»

La convergence des technologies et des marchés

«Dans le passé, les imprimeurs et les éditeurs parlaient rarement aux artisans du cinéma ou de la télévision et comprenaient peu le discours des gens d’informatique ou des télécommunications. Ils ont interprété l’arrivée d’Internet et de l’informatisation à partir d’une vision de concurrence : le CD-ROM remplacera les livres, et le Web, les magazines. Parce que le numérique est la technologie de communication commune à la télévision, au téléphone et à l’imprimerie, les frontières protégeant le monde des journaux, des magazines et des livres tombent. Les forces à l’oeuvre sont celles de la convergence des technologies et surtout des marchés.»

La nouvelle édition

«On peut définir la nouvelle édition comme un médium qui offre au consommateur des contenus et des services, autant en ligne que hors ligne. Technologiquement, c’est un médium, qui combine la flexibilité des anciens manuscrits et la fixité de l’imprimerie avec l’image-écran interactive.»

Les jeunes et la lecture

«C’est un mythe que de penser [que les jeunes] ne sont pas intéressés par la lecture. Ils lisent autant que l’ensemble des adultes quand ceux-ci avaient leur âge, mais peut-être de façon plus hétéroclite! Ils ne sont pas de la génération du livre comme la précédente, mais celle de l’image-écran. Ceci ne les rend pas moins "cultivés", mais a façonné une génération "différente". Pour eux, l’image-écran interactive est un monde "naturel", pourquoi ne pas en profiter.»

Conditions de survie

«Les éditeurs québécois oeuvrent dans un petit marché local et francophone; pour survivre ils devront entreprendre des activités peu familières et devenir plus agressifs via-à-vis des Français et des Américains qui jouent durement pour occuper l’espace tablette ou l’espace virtuel. (...) Leur mise en réseau est essentielle, là se situe la guerre de l’accès aux marchés actuels et à venir, donc aux nouvelles clientèles. L’informatisation des entreprises, l’approche plurimédia, une nouvelle conception des droits intellectuels et une offensive du côté du réseautage qui suppose des alliances, permettrait de rétablir la situation. Car, il faut avouer que le retard actuel du Québec pèse lourd économiquement et socialement et d’autant plus s’il perdure.»

Le rôle essentiel des éditeurs

«Parce qu’ils traitent le matériau essentiel à notre développement, l’information, les éditeurs jouent un rôle non seulement économique mais aussi culturel. Un recul économique de leur part signifie aussi, à plus ou moins brève échéance, un recul culturel pour les citoyens du Québec. Nous devrions tous nous sentir concernés par cette situation qui pourrait hypothéquer notre futur, surtout celui de nos petits-enfants.»

À travers sa réflexion, Michel Cartier propose discrètement aux éditeurs un plan d’action (dont on comprendra mieux l’à-propos et l’urgence en lisant le dossier intégral).

  • Diffuser le contenu à travers des productions multiplateformes (le plurimédia) : imprimé, site Web, CD-ROM...
  • Utiliser Internet pour rendre les contenus de plus en plus accessibles : «L’accès est la question fondamentale».
  • Développer une nouvelle approche concernant les droits intellectuels.
  • Négocier des alliances dès maintenant si l’on vise une clientèle large ou opter pour la spécialisation si l’on vise un micromarché.
  • Favoriser une approche rédactionnelle par palliers, adaptée aux lecteurs des médias interactifs : d’abord, un survol, puis une synthèse et, enfin, les détails.
  • Préserver notre mémoire collective.

    «Non seulement les éditeurs ne disparaîtront pas mais ils pourraient, s’ils le désirent, redevenir essentiels à leur société en se préoccupant de la conservation du patrimoine collectif pour les générations futures. [...] Il faut créer aujourd’hui la bibliothèque de demain; celle-ci sera probablement virtuelle, donc en réseaux, et numérique. C’est le défi de l’archivage des textes et des images et de leur accès à long terme. S’il n’est pas traité ici, que restera-t-il du patrimoine québécois dans 50 ans? Que liront nos arrières-petits enfants?»

    On pourrait ajouter : Quels cours suivront-ils?

* Portrait de Michel Cartier

Le dossier «Le monde de l’édition pris entre le court et le long terme, et entre le papier et le virtuel» est aussi l’objet d’un article dans Multimédium. Il est possible de le télécharger en format PDF.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné