Articles

Portails éducatifs nationaux : comparez-les***

Par Denys Lamontagne , le 22 mars 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Entre le dizième et le tiers des budgets des États sont consacrés à l’éducation. Seuls la santé et l’armée la dépassent parfois. Comme il s’agit de la force la plus constructive et la plus en lien avec les citoyens, il va de soi qu’elle gagne à communiquer et à être accessible à tous.

Pour mesurer la volonté de communiquer et la qualité de cette communication, je vous invite à essayer de trouver une information précise en rapport avec l’éducation, n’importe laquelle, sur le portail de l’entité responsable de l’éducation dans votre pays.

L’expérience consiste à définir l’information recherchée avant de vous lancer dans votre recherche.

Vous pourriez rechercher :

  • une liste d’institutions universitaires;
  • la description des compétences terminales demandées dans le programme de mathématiques de fin de secondaire;
  • un portrait du système éducatif de votre pays;
  • le nom du sous-ministre responsable;
  • des ressources pédagogiques;
  • un formulaire de demande de permis d’étudiant;
  • etc.

Voici une liste de portails éducatifs nationaux des pays francophones et de quelques autres pays représentatifs.

Vous constaterez que les approches sont très diversifiées pour répondre au défi de présenter l’éducation. Vous constaterez aussi qu’il y a de bonnes chances pour que vous n’ayez pas trouvé ce que vous cherchiez. La raison en est simple, seule une minorité de ces portails ont défini un usage.

Le défi est grand: le citoyen peut avoir des besoins aussi précis que trouver une école pour ses enfants ou faire un plainte et aussi large que de comprendre comment le système éducatif est bâti.

Mais ce n’est pas tout, il n’y a pas que les citoyens: il y a aussi les professeurs, les administrateurs scolaires, les associations éducatives de toutes sortes, les facultés, les fédérations d’institutions, les écoles privées, les services para-éducatifs...

Bref, il y a place pour l’inspiration et l’amélioration de tous ces portails. Leur importance est stratégique pour la promotion de l’éducation.

Ce n’est pas qu’une question de développement, par exemple, le portail de l’Inde se compare avantageusement à celui des États-Unis en termes de clarté et d’accessibilité.

En fait, le principe de base en est justement un d’accessibilité et d’utilité, mais ce qui lui donne forme est la vision et l’organisation réelle de l’éducation avec ses partages des pouvoirs et des responsabilités.

Comparaisons

Ainsi le portail de la France, d’une approche très différente de celui de l’Italie ou de la Belgique, ne présente pas de modèle clair mais offre l’accès direct à toutes les ressources qu’il parraine; on en déduit un certain contrôle, mais visiblement partagé. Au moins on peut trouver rapidement.

En Angleterre... l’éducation y semble vraiment décentralisée puisque l’on n’a pas réussi à trouver un autre accès que le portail national des services aux citoyens.

Le portail de l’Australie est probablement le plus centralisé de tous mais aussi le plus riche, puisqu’il peut présenter, à partir de la même base de données, aussi bien les arrêtés ministériels que les ressources pédagogiques pour les professeurs de troisième année ou les résultats scolaires des élèves.

Celui du Maroc est le plus avancé des pays du Maghreb et reflète sans doute à la fois la volonté politique et l’état de l’intégration des TIC dans le pays. Nous pourrions dire la même chose de celui du Sénégal pour les pays d’Afrique francophone.

Quant aux pays en développement, sans beaucoup d’écoles branchées ni de citoyens, un portail ne revêt ni importance, ni utilité réelle, sauf de servir de vitrine face à la la communauté internationale.

En conclusion, les portails éducatifs nationaux sont des outils de promotion de l’éducation de première importance à partir du moment qu’écoles et citoyens ont accès à Internet. Nous gagnons tous à ce qu’ils soient soignés et accessibles et, au vu des visites de ces sites que nous avons pu faire, les citoyens de la plupart des pays ont beaucoup de raisons d’être plus exigeants face à leurs responsables.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné